Les meilleures chansons de Sum 41

Notre liste des 10 meilleures chansons de Sum 41 se penche sur un groupe de rock canadien qui a contribué à définir le son du rock dans les années 2000. Le groupe Sum 41 s’est formé à la fin des années 1990 et a sorti son premier album en 2001. Au cours de sa carrière, le groupe a sorti sept albums studio et vingt-quatre singles.

All Killer No Filler
  • Record Label: Island
  • Catalog#: 07314 5486622
  • Country Of Release: NLD
  • Year Of Release: 2001
  • Notes: Prod. Jerry Finn (Green Day/Blink 182)
Chuck
  • Record Label: Island
  • Catalog#: 06024 9864191
  • Country Of Release: NLD
  • Year Of Release: 2004

Il s’agit de l’un des groupes de rock and roll canadiens les plus populaires du 21e siècle. Leur premier album était composé des musiciens Deryck Whibley, Dave Baksh, Jason McCaslin et Steve Jocz. Tom Thacker a ensuite rejoint le groupe en remplaçant Dave Baksh. Frank Zummo remplacera plus tard Steve Jocz.

Notre top 10 des meilleures chansons de Sum 41

10 – Out for Blood

Nous commençons notre liste des meilleures chansons de Sum 41 avec l’une des chansons les plus récentes du groupe, intitulée « Out For Blood ». La chanson a été publiée en 2019. Elle a été publiée sur l’album intitulé Order in Decline. La chanson a été écrite par Deryck Whibley et Mike Green.

Celle-ci commence avec un groove assez flippant puis explose en une mélodie massive de riffs de guitare rock emportée par un couplet et un refrain hyméniques. Après presque 20 ans, ces gars-là sont toujours en train de rocker dur et continuent de sonner oh combien bien.

9 – Motivation

Pour continuer notre liste de chansons de Sum 41, nous vous présentons le superbe morceau « Motivation ». Écoutez le son de cette batterie et ce riff de guitare qui va et vient au début de la chanson. Du pur rock and roll plein de puissance et de fièvre. La chanson « Motivation » est sortie sur l’album du groupe intitulé All Killer No Filler.

C’était le troisième single extrait du disque. La chanson a été extrêmement bien accueillie au Royaume-Uni, où elle a atteint la troisième place du hit-parade britannique du rock. C’est une excellente chanson de ce groupe canadien que nous aimons tous.

8 – Makes No Difference

Le son du rock and roll du début des années 2000 s’affiche pleinement ici sur le morceau intitulé « Makes No Difference ». Ce puissant morceau de rock and roll est le premier single du groupe Sum 41. La chanson est sortie au printemps 2000. Elle a été publiée sur un EP intitulé Half Hour Of Power.

La culture pop comprenait beaucoup de musique de Sum 41 au début des années 2000 ainsi que des groupes des années 90 et du début des années 2000 tels que Green Day, Blink-182, Fall Out Boy et tant d’autres. L’une des meilleures chansons de Sum 41.

7 – Still Waiting

Nous adorons la première partie de cette superbe vidéo qui montre le groupe rencontrant le responsable de l’enregistrement qui nomme Led Zeppelin les Led Zeppelin’s et qui veut changer le nom du groupe de Sum 41 en The Sums. C’est assez drôle.

Mais ce qui est encore mieux, c’est la superbe chanson qui suit, intitulée « Still Waiting ». Celle-ci est assez lourde, l’une des chansons les plus lourdes que le groupe ait jamais enregistrées et aussi l’une de leurs plus grandes réussites.

6 – Pieces – l’une des meilleures chansons de Sum 41

La sixième place de notre liste des meilleures chansons de Sum 41 est occupée par une chanson qui commence un peu différemment du reste des chansons de Sum 41. Il y a une petite touche de ballade à la Green Day au début de celle-ci. Un peu comme « Boulevard of Broken Dreams » de Green Day. La chanson « Pieces » est sortie sur l’album Chuck.

Le single « Pieces » a atteint la deuxième place du hit-parade rock canadien, ce qui en fait la chanson la mieux classée de leur carrière au Canada. L’album Chuck a également remporté un Juno Award en tant qu’album rock de l’année au Canada, leur pays d’origine.

5 – It’s What We’re All About

En cinquième position et à mi-chemin de notre liste de chansons Sum 41, nous nous tournons vers la spectaculaire chanson « It’s What We’re All About ». Le groupe ressemble aux Beastie Boys sur cette chanson. Cette chanson hymnique est sortie en 2002 sur le CD intitulé Music from and Inspired by Spider-Man. Le petit Spidey fait une apparition dans la vidéo, bien qu’il ne s’agisse que d’extraits du film Spider-Man.

4 – We’re All to Blame

Le groupe met la pédale douce sur ce morceau de rock and roll rugissant intitulé « We’re All to Blame ». Cette chanson commence de manière assez lourde, puis se transforme soudainement en une sorte de pré-chorus de ballade, avant de revenir au groove métallique qui vous frappe la tête contre le mur.

C’est une super chanson qui traverse tant de genres en un peu moins de quatre minutes. Nous adorons la vidéo et sa parodie de Solid Gold. La chanson est sortie en tant que premier single du grand album intitulé Chuck en 2004.

Place maintenant au podium des meilleurs titres de Sum 41

3 – Underclass Hero

Nous aimons tout simplement le crochet de guitare au début de cette chanson et la façon dont la batterie et la basse l’enveloppent alors que le groupe se réunit pour un morceau de rock and roll dynamique et palpitant qui est l’un des meilleurs des années 2000. Bienvenue sur le podium des meilleures chansons de SUm 41.

2 – In Too Deep l’une des meilleures chansons de Sum 41

La deuxième place de notre liste des meilleurs titres de Sum 41 est occupée par la chanson super amusante intitulée « In Too Deep ». Cette chanson est sortie sur le fabuleux album du groupe en 2001, intitulé All Killer No Filler. C’était le deuxième single du groupe issu de l’album et le deuxième titre consécutif à être certifié platine en termes de ventes.

1 – Fat Lip

Nous terminons notre liste des meilleures chansons de Sum 41 avec le single le plus vendu de la carrière du groupe, intitulé « Fat Lip ». La chanson a été publiée sur l’album All killer No Filler du groupe en 2001. La chanson « Fat Lip » a été publiée en tant que single principal de l’album où la chanson est devenue platine en ventes.

Les meilleurs albums de The Clash

Formé en 1976 notamment par Joe Strummer et Mike Jones, puis rapidement rejoints par Paul Simomon à la basse et Topper Headon à la batterie, le groupe a peut-être été le premier groupe de punk rock britannique d’envergure. The Clash étaient fougueux, idéalistes et doté d’une idéologie politique anarchiste. Dès le début, le groupe était plus aventureux musicalement, élargissant son hard rock & roll avec du reggae, du dub et du rockabilly. Alors qu’ils sont devenus des héros du rock & roll au Royaume-Uni, ll a fallu plusieurs années aux Clash pour percer le marché américain, et quand ils l’ont finalement fait en 1982, ils ont implosé plusieurs mois plus tard. Avec seulement 8 ans de carrière et 6 albums studios au compteur, The Clash aura redonné passion et protestation au rock & roll et auront marqué avec les Sex Pistols et les Ramones, les années 70 de leur punk rock. Découvrons ensemble notre classement des meilleurs albums de The Clash.

Notre classement des meilleurs albums de The Clash

En derniere place de notre classement des meilleurs albums de The Clash

6 – Cut The Crap (1985)
The Clash

Nous commençons notre classement des meilleurs albums de The Clash avec le dernier album studio du groupe intitulé Cut The Crap. L’album est sorti le 4 novembre 1985. C’est probablement le plus faible de tous les albums de Clash sortis. Mick Jones et Topper Headon ont été renvoyés du groupe. Seuls Joe Strummer et le bassiste Paul Simonon sont restés. Ces deux-là ont engagé des musiciens inconnus pour compléter le groupe. Cependant, il y avait quelques bonnes chansons sur l’album, y compris le single principal « This is England », qui était la piste la plus remarquable de l’album. Seulement pour les fans ; pour les novices de The Clash, passez votre chemin…

En bas de notre top 6 des meilleurs albums de The Clash

5 – Give ‘Em Enough Rope (1978)
The Clash

Poursuivant notre liste de classement des albums Clash, nous passons au deuxième album du groupe intitulé Give ‘Em Enough Rope. C’est tout simplement du punk rock à son meilleur, c’est lourd, c’est rapide, et c’est dans votre visage des cris de protestation, comme tous les grands punk rockers de la fin des années 1970 l’ont fait. L’album est sorti le 10 novembre 1978. Deux singles sont sortis de l’album, le premier étant « Tommy Gun », sorti le 24 novembre 1978 et le second étant un morceau politiquement chargé « English Civil War », sorti le 23 février 1979. C’est un excellent album de The Clash (avec de très bons titres comme « Safe European Home » ou « Stay Free ») et probablement celui avec lequel vous devriez commencer. Une des meilleurs albums de The Clash.

On a adoré Combat Rock

4 – Combat Rock (1982)
The Clash

Tout le monde connaît cet album. Le 5ème album studio de The Clash s’intitule Combat Rock. Il est l’album le plus vendu du groupe dans sa carrière. L’album a été alimenté par l’énorme succès de trois singles à succès intitulés « Rock the Casbah », « Should I stay or Should I go » et « Know Your Rights ». Combat Rock a été un grand succès aux États-Unis en vendant deux millions d’exemplaires. Alors oui, c’est l’album commercial du groupe, qui sera décrié par les fans de la première heure. Sans être l’un des meilleurs albums de The Clash, force est de constaté qu’il y a quand même de bonne chansons dans cet opus. On pense à « Straight To Hell » ou encore « Ghetto Defendant ». Combat Rock est le dernier album du line-up des débuts.

Bienvenue sur le podium des meilleurs albums de The Clash

3 – Sandinista! (1980)
The Clash

Comment surpasser le chef-d’œuvre du double album de l’année précédente London Calling ? Difficile mais The Clash a réussi l’exploit de réaliser un album encore plus riche avec non pas un double, mais un triple album de 36 titres ! Sandiniste ! n’est pas aussi génial que London Calling, mais une grande partie s’en rapproche. Combinant punk, ska, reggae, pop, jazz, R&B, folk et même un début de rap, l’album ne semble pas avoir beaucoup d’intérêt sur le papier. Pour autant, il y a quelques perles dans cet opus. On pense au titre d’ouverture « The Magnificent 7 », « Rebel Waltz », « Somebody Got Murdered », « Police On My Back », « The Call Up », ou encore « Charlie Don’t Surf ». Il y a quand même beaucoup de pistes dispensables (surtout sur le 3ème CD) mais réaliser un triple album seulement un an après le légendaire London Calling force l’admiration. Bienvenue sur le podium des meilleurs albums de The Clash.

En 2ème place de notre Top 6

2 – The Clash (1977)
The Clash

L’album The Clash est le premier album du groupe sorti en 1977. Il y a une énergie brute tellement incroyable sur ce disque qu’il mérite bien évidemment sa place sur le trio de tête des meilleurs albums de The Clash. Le premier single de l’album s’intitulait « White Riot » et a fait des ravages dans les charts anglais. Si le deuxième single « Remote Control » n’a pas eu autant de succès d’un point de vue commercial, elle n’en reste pas moins l’une des meilleurs chansons de The Clash. L’album a été enregistré en seulement trois semaines, ce qui a contribué à lui donner son aspect brut. The Clash est encore aujourd’hui considéré comme l’un des albums fondateurs du mouvement punk rock et l’un des plus grands album rock de tous les temps.

 

LE meilleur album de The Clash

1 – London Calling (1979)
The Clash

Comment ne pas placer en première position de notre classement des meilleurs albums de The Clash London Calling, le chef d’œuvre du groupe britannique ? Sorti en décembre 1979, London Calling deviendra culte dès sa sortie et marquera les esprits d’une génération entière. The Clash a pris la musique punk et l’a rendue grand public sans pour autant sonner grand public. Des chansons comme « London Calling » ont tout simplement dominé les ondes. Mais il y avait tellement plus sur le disque. « Rudie Can’t Fail », « Spanish Bombs », « The Guns Of Brixton », « Death Or Glory », le titre de clôture « Train in Vain »…autant de titres punk devenus des classiques. Il s’agissait d’un set de deux disques rempli de 19 chansons dont les fans ne pouvaient tout simplement pas se lasser.

Découvrez d’autres articles… Punk !

Les meilleurs albums de The Stooges

Pendant la brume psychédélique de la fin des années 60, le rock & roll crasseux, bruyant et implacablement sombre de The Stooges était manifestement à contre courant. S’inspirant du martèlement suramplifié du blues britannique, du garage rock américain et du rock psychédélique, The Stooges étaient bruts et vulgaires, réputés pour jouer couvert de sang pour plonger ensuite dans le public. Emmené par leur leader et chanteur charismatique Iggy Pop, le groupe est souvent considéré comme l’un des premiers à avoir popularisé le punk rock à la fin des années 60 ; les Sex Pistols, The Clash et les Ramones rajouteront encore une couche dans les années 70. Découvrons sans plus tarder notre classement des meilleurs albums de The Stooges.

Notre classement des meilleurs albums de The Stooges

En dernière place de notre classement des meilleurs albums de The Stooges

5 – The Weirdness (2007)
The Stooges

Suite aux retrouvailles du groupe au début des années 2000 et avec une série de concerts de plusieurs années, il était assez logique d’espérer un 4ème album studio de The Stooges. Ce sera chose faite avec The Weirdness sorti en 2007. Mais tandis que le groupe reconstitué sonnait magnifiquement sur scène, les retrouvailles studio elles ne seront pas à la hauteur de l’attente…Si globalement rien n’est mauvais, il est difficile de garder en mémoires de très bons titres qui resteront parmi les meilleurs chansons de The Stooges. Voila pourquoi on place The Weirdness en dernière place de notre classement des meilleurs albums de The Stooges.

On a adoré Ready To Die

4 – Ready To Die (2013)
The Stooges

Alors que le retour de Iggy Pop avec The Stooges en 2007 n’a pas fonctionné, le groupe revient en 2013 avec son 5ème et dernier album en date, Ready To Die. James Williamson remplace Ron Asheton (décédé) à la guitare. Un bien meilleur album que The Weirdness. Parce que Ready to Die ressemble à un album des Stooges dans tous les sens. La voix rocailleuse d’Iggy Pop est toujours là. Les mélodies de « Sex and Money », « Dirty Deal » ainsi que de « Unfriendly World » sont efficaces. La chanson titre « Ready To Die » vient apporter du mordant à l’album, qui manquait un peu jusque là. Ici, il y a un sentiment de joie d’être encore en vie et de pouvoir encore faire du bruit. Libérés du poids de leur histoire, ils sont juste prêts à rocker tant qu’ils le peuvent encore, et c’est pourquoi Ready to Die est, contre toute attente et sans être non plus un chef d’œuvre, un des meilleurs albums de The Stooges.

Bienvenue sur le podium des meilleurs albums de The Stooges

3 – The Stooges (1969)
The Stooges

Avec des influences évidentes (Rolling Stones, Velvet Underground…), le premier album éponyme de The Stooges ne ressemble pour autant à rien de ce qui existait déjà en 1969. Mais « 1969 », « I Wanna Be Your Dog », « Real Cool Time », « No Fun » sont rapidement devenus incontournables. Les frères Ron (guitare) et Scott Asheton (batterie), Dave Alexander (basse) et James Newell Osterberg (chant), surnommé plus tard Iggy Pop n’avaient certainement pas conscience du monument qu’ils venaient de sortir. Une partie du plaisir de The Stooges est, à l’époque comme aujourd’hui, que le groupe a réussi l’exploit difficile de sonner en avance sur son temps et entièrement hors de son temps, tout à la fois. Un des 3 albums cultes du groupe.

En 2ème place du top 5 des meilleurs albums de The Stooges

2 – Raw Power (1973)
The Stooges

En 1972, les Stooges étaient sur le point de s’effondrer lorsque l’équipe de direction de David Bowie, Main Man, a tenté sa chance avec le groupe à la demande de l’artiste. Selon la plupart des témoignages, les tensions étaient élevées lors de l’enregistrement de Raw Power, et l’album sonne comme le travail d’un groupe sur ses dernières jambes – bien que plutôt que de s’arrêter, The Stooges semblaient prêts à exploser comme une bombe à retardement. Le changement le plus remarquable est venu du chanteur ; Raw Power a révélé qu’Iggy était un génie hurlant, souriant et lunatique. Qu’il rumine tranquillement (« Gimme Danger ») ou invite à l’apocalypse (« Search and Destroy »), Iggy n’avait jamais semblé aussi concentré qu’ici, et ses paroles affichaient une intensité plus qu’inquiétante. Les chansons « Raw power », « Your pretty face is going to Hel » et « I need somebody » sont devenus des standards du rock. Un des premiers grands albums du punk rock qui envahira l’Europe et les Etats Unis quelques années plus tard. Succéder au génial Fun House n’était évidemment pas tache facile, Iggy & The Stooges l’ont fait et avec brio. Un des meilleurs albums de The Stooges.

 

LE meilleur album de The Stooges

1 – Fun House (1970)
The Stooges

Et c’est sur Fun House que le génie fou d’Iggy Pop a atteint son apogée ; ce qui était un ricanement lors des débuts du groupe était devenu le rugissement d’un animal en cage désespéré d’être libéré, et ses diatribes étaient bien plus passionnées et convaincantes que ce qu’il avait proposé auparavant. Les Stooges ont peut-être eu plus de tubes sur leur 1er album, mais Fun House a des chansons plus fortes. On pense à « Loose », au furieux « 1970 » ou encore à l’anarchie apocalyptique de « L.A. Blues ». Ajoutez à cela un superbement paranoïaque « T.V Eye » et le riff foudroyant de « Dirt », et vous avez là LE tout meilleur album des Stooges.

 

Découvrez d’autres articles… Punk !

Les Meilleurs Albums de Dropkick Murphys

Les Dropkick Murphys sont connus de beaucoup comme l’un des meilleurs groupes de rock celtique et de punk celtique. Le groupe punk celtique s’est formé dans la grande région de Boston au milieu des années 1990 et est notamment connu pour ses concerts légendaires lors de la Saint-Patrick. Ken Casey (chant) et Matt Kelly (batterie) seront de tous les albums. Une série d’autres musiciens viendront agrémenter certains albums avant que le groupe trouve une certaine stabilité en 2007. Si vous souhaitez connaître les meilleurs albums de Dropkick Murphys, ce classement répondra à vos questions.

Notre classement des meilleurs albums de Dropkick Murphys

En 6ème place de notre classement des meilleurs albums de Dropkick Murphys

6 – Do Or Die (1998)
Dropkick Murphys

Faisant suite à leur 1er EP Boys On The Docks, Dropkick Murphys sort en 1998 son 1er album Do or Die. Le mélange de punk hardcore avec des inflexions irlandaises traditionnelles donne un coup de frais au punk et installe le groupe comme un des groupes les plus originaux de la scène punk. De superbes paroles, de longs refrains, des riffs incroyables ont fait de ce Do Or Die un des meilleurs albums de Dropkick Murphys. De nombreux classiques du groupe sont dans cet opus ; on pense notamment aux excellents « Get Up », « Never Alone », « Road Of The Righteous » ou encore « Barroom Hero ». Après la sortie de Do or Die, le chanteur McColgan quittera le groupe et sera remplacé par Al Barr. Ce dernier ne mettra pas trop de temps pour prendre ses marques…

On a adoré Sing Loud, Sing Proud

5 – Sing Loud, Sing Proud! (2001)
Dropkick Murphys

Avec plusieurs changement de line-up récent derrière eux, Dropkick Murphys sort en 2001 leur 3ème album studio, Sing Loud, Sing Proud!. L’album mélange les sons de « Do or Die » et « The Gang’s All Here ». Les nouveaux membre James Lynch (guitare), Spicy McHaggis (cornemuse) et Ryan Foltz (mandoline) ont notamment permis à l’album d’avoir une instrumentalisation plus large, plus riche. Le groupe reprend ici une bonne quantité de chansons folkloriques et de pub : on notera notamment les très bons « Which Side Are You On? », « The Rocky Road to Dublin », « Good Rats » et à l’excellent « Fortunes of War ». Un duo retiendra particulièrement l’attention : « The Wild Rover » sur lequel l’ex Pogues Shane MacGowan vient chanté (le groupe ayant été une des plus grande influences des Dropkick Murphys). Si les touches celtiques y sont peut-être trop présentes, Sing Loud, Sing Proud! n’en reste pas moins un des meilleurs albums des Dropkick Murphys.

Très bonne place dans notre top des meilleurs albums de Dropkick Murphys

4 – The Warrior’s Code (2005)
Dropkick Murphys

The Warrior’s Code est un des meilleurs albums de Dropkick Murphys depuis leurs débuts. Depuis la sortie de leur 1er opus en 1998 et avec notamment l’excellent album précédent Blackout, le groupe américain n’a plus rien à prouver. Leur son semble naturel sur ce disque ; chaque membre ou instrument à part égale, sans dominer l’un ou l’autre. Le groupe ne se prend pas trop au sérieux sur « Wicked Sensitive Crew » ou sur la loufoque « I’m Shipping Up to Boston » (bien aidé lorsqu’elle a été utilisée dans le film primé aux Oscars de Martin Scorsese, The Departed). Le morceau de clôture « Last Letter Home », histoire vraie d’un fan de Dropkick Murphys décédé en Irak. Le groupe a joué à ses funérailles ; la musique alors prend tout son sens…

Bienvenue sur le podium des meilleurs albums de Dropkick Murphys

3 – Signed and Sealed in Blood (2013)
Dropkick Murphys

Après avoir essayé un style plus narratif avec leur concept album de 2011 Going Out in Style, Dropkick Murphys retrouve ses racines bruyantes sur son 8ème album, Signed and Sealed in Blood. Le groupe continue de faire la fête après toutes ces années avec des chansons qui donnent l’impression de devoir être écoutées tout en chantant ivre avec un bar plein d’amis partageant les mêmes idées, et également enivrés. Le titre « The Boys Are Back » est le prélude parfait à une nuit en ville dont vous ne vous souviendrez probablement pas le matin. Pour les autres chansons qui sortent du lot, on pense à « Rose Tattoo », « Jimmy Collins’ Wake » et le très ambiance de Noël « The Season’s Upon Us ». Cher et très bon Signed and Sealed in Blood, bienvenue sur le podium des meilleurs albums de Dropkick Murphys.

Blackout est le 2ème meilleur album de Dropkick Murphys

2 – Blackout (2003)
Dropkick Murphys

En 2003, après un très bon Sing Loud, Sing Proud!, le groupe américain sort Blackout, qui reste encore à ce joru l’un des tout meilleurs albums de Dropkick Murphys. De la joyeuse chanson « Kiss Me I’m #! @ * Faces » à la folie sur « The Outcast », Blackout capture l’esprit éternellement festif du groupe. Les chansons traditionnelles irlandaises comme « Fields of Athenry » et « Black Velvet Band » sont bien sur au rendez-vous et « Walk Away » représente bien la fraternité durable des Dropkick Murphys. Les riffs de rockabilly flambent sur l’excellent « Gonna Be a Blackout Tonight ». Les textes toujours agressifs et contestataires font mouche, et pas uniquement auprès de la classe ouvrière (thème central de leurs paroles). Mais contrairement à ces prédécesseurs, l’album donne moins de poids aux sonorités celtiques et plus aux guitares. Si l’ensemble semble moins celtique qu’à l’accoutumé, Blackout n’en reste pas moins tout aussi bon. Voire même excellent.

LE meilleur album des Dropkick Murphys

1 – The Meanest Of Times (2007)
Dropkick Murphys

Dropkick Murphys est un groupe étroitement lié à leurs racines de Boston, fiers enfants d’un quartier ouvrier où les enfants ont souffert de l’école catholique, ont grandi pour devenir des habitués du bar local et ont regardé leurs amis faire exactement la même chose. The Meanest of Times est certainement l’album qui retranscrit le mieux l’esprit Dropkick Murphys depuis leur création. Une collection sombre, passionnée et entraînante d’hymnes punk aux sonorités celtiques, imbibés de bière. The Meanest of Times est à ce jour leur album le plus cohérent bien que les titres soient parmi les plus travaillés et recherchés du groupe.

Le duo d’ouverture explosif « Famous for Nothing » et « God Willing » vous donnera le ton de cet excellent album. The Meaning Of Times raconte des histoires de familles brisées et d’amis perdus, les tristes réalités ne faisant que prouver que par-dessus tout, c’est être fidèle à vous-même et à ceux que vous aimez qui est le plus important. Que ce soit sur les excellentes chansons traditionnelles « Spancil Hill », « Fairmount Hill » ou « Lannigan’s Ball ». Le meilleur album de Dropkick Murphys, tout simplement.

Découvrez d’autres articles… Punk !

Meilleurs albums de Blink 182

Blink-182 est un groupe pop punk américain de San Diego, Californie, formé en 1992. Le groupe s’est formé avec le chanteur et guitariste Tom DeLonge, le chanteur et bassiste Mark Hoppus et le batteur Scott Raynor. Ce dernier sera remplacé par Travis Barker en 1998. Le trio aura frappé fort à la fin des albums 1990 avec des albums pop-punk destinés à un public ados. Le groupe aura été influencé par des groupes punk comme NOFX, Bad Religion, The Vandals mais aussi The Ramones ou The Cure. Référence du punk accessible, Blink 182 aura sorti 8 albums studios. Sans plus tarder, découvrons ensemble notre classement des meilleurs albums studios de Blink 182.

Notre classement des meilleurs albums de Blink 182

En dernière place du classement des meilleurs albums de Blink 182

6 – Nine (2019)
Blink 182

Avec sa pochette arc-en-ciel et son logo en néon, le 8ème album de Blink 182 intitulé Nine (petits farceurs…) prouve que l’apparence peut être trompeuse : c’est l’un des albums les plus sombres du groupe à ce jour. Les thèmes comme la dépression, le doute de soi, la peur et la frustration se cachent sous le son punk-rock caractéristique du trio. Fini l’humour scatologique des premiers opus, le territoire du groupe est plus sérieux : Hoppus, Skiba et Barker s’attaquent à la crise des tirs de masse aux États-Unis (« Heaven »), à l’alcoolisme (« Hungover You ») et aux abus de l’église (« Black Rain »). Mention spécial aussi aux titres à l’entrainant « Darkside » et au très speed « No Heart to Speak Of ». L’ensemble fonctionne bien même si il nous manque cette saveur teenager du groupe que l’on aime depuis leurs débuts. Voila pourquoi on place ce Nine en bas de notre classement des meilleurs albums de Blink 182.

California a bien sa place dans notre top des meilleurs albums de Blink 182

5 – California (2016)
Blink 182

1er album sans Tom Delonge à la guitare (remplacé par Matt Skiba), ce « California » est le 7ème album du groupe. Si leur précédent album Neighborhoods était sans grande inspiration, Blink 182 repart de plus belle ici. Avec California, le trio réinjecte de la vitalité dans leur compos, ingrédient indispensable d’un bon album de Blink. Le premier single « Bored to Death » en est le parfait résumé : des harmonies ensoleillées, une mélodie accrocheuse et un énorme refrain. « She’s Out of Her Mind » nous fait penser à « The Rock Show » et « The Only Thing That Matters » est un vrai clin d’oeil au son d’origine du groupe. A noter également les bonnes collab de Patrick Stump de Fall Out Boy sur « Sober » et de Martin Johnson de Boys Like Girls sur la chanson titre. California – sans être l’un des tout meilleurs albums de Blink 182 – est un bon cru, après un album précédent décevant.

On a bien aimé Dude Ranch de Blink 182

4 – Dude Ranch (1997)
Blink 182

Sur leur 3ème album, Dude Ranch, Blink 182 suit le même chemin que ses deux premiers, produisant 15 titres de punk-pop juvénile et punchy. Certains trouveront leur humour un peu lourd mais force est de constater que le groupe sait en faire des mélodies accrocheuses, qui pourrait convaincre les plus sceptiques. L’écriture des chansons est encore un peu inégale, mais dans l’ensemble, Dude Ranch est une amélioration par rapport à leur premier album, Cheshire Cat. On retiendra notamment les très bons « Pathetic », « Dammit », « Untitled » et « Josie ». C’est inégal mais surtout Dude Ranch sera le dernier album avec le batteur Scott Raynor qui sera remplacé par Travis Barker, qui ne mettra pas bien longtemps à s’acclimater…

Bienvenue sur le podium des meilleurs albums de Blink 182

3 – Take Off Your Pants (2001)
Blink 182

Atteignant le sommet des charts américains et se classant parmi les cinq premiers dans d’innombrables autres pays, le 4ème album de Blink 182 Take Off Your Pants And Jacket a été un succès fulgurant pour le groupe dès sa sortie. Un album pop-punk presque parfait avec notamment trois très gros singles avec les titres « First Date », « The Rock Show » et « Stay Together For The Kids ». Les chansons « Reckless Abandon » et « Everytime I Look For You » devraient être écoutées par tout groupe de pop-punk qui souhaite se lancer. Constamment accrocheur, Take Off Your Pants And Jacket est un des tout meilleurs albums de Blink 182. Bienvenue sur le podium !

2ème meilleur album de Blink 182 dans notre classement

2 – Blink 182 (2003)
Blink 182

L’album de la maturité arrive tôt ou tard dans la carrière d’un groupe. Pour Blink 182, qui a basé son style sur du pop-punk pour ado, on était en droit de se demander si cela arriverait un jour. Et bien oui, et il aura fallu attendre le 6ème album pour écouter cela. Comme beaucoup d’albums éponymes, le groupe essaie de se réinventer. Blink 182 reste toujours du pop-punk (on vous rassure) mais c’est un peu plus sombre, un peu plus inventif. On a même droit à un duo avec Robert Smith de The Cure. On alterne entre des morceaux pop-punk percutants et des compositions un peu plus étranges mais diablement efficaces comme « Down » ou « I’m Lost Without You ». Le titre intro « Feeling This » vous tiendra immédiatement en haleine et le gros riff de « Obvious » vous restera en tête un petit moment. Ca respire la cohérence et la qualité tout au long des 15 titres : voilà pourquoi on a placé ce Blink 182 en 2ème place de notre classement des meilleurs albums de Blink 182.

LE tout meilleur album de Blink 182, Enema Of The State

1 – Let Go (2002)
Blink 182

Comment en aurait-il pu être autrement ? Enema Of The State est bien évidemment LE meilleur album de Blink 182. Pour beaucoup, un des meilleurs albums pop-punk de tous les temps. Enema Of The State est une collection de chansons qui définit parfaitement ce que signifie être jeune et stupide. C’est le son d’un groupe prêt à conquérir le monde à sa façon : des récits absurdes sur la diarrhée (« Dysentery Gary ») et sur les ovnis (« Aliens Exist ») jusqu’aux hymnes rock que sont les titres « All The Small Things » et « What’s My Age Again? ». Le 3ème album de Mark, Tom et Travis est une collection de chansons dingues qui déferlera sur les ondes du monde entier pendant l’été 1999.

Découvrez d’autres articles… Punk !

Meilleurs albums de NOFX

NOFX est un groupe de punk rock américain, formé à Los Angeles en 1983. Le chanteur / bassiste Fat Mike, le guitariste Eric Melvin et le batteur Erik Sandin en sont les membres fondateurs. El Hefe a rejoint le groupe en 1991 pour jouer de la guitare et de la trompette, complétant ainsi le line-up actuel. NOFX, c’est à ce jour 13 albums studios et plus de 8 millions d’albums vendus ; ce qui en fait l’un des groupes indépendants les plus populaires. Cette popularité aura influencé de nombreux autres groupes de punk comme Blink 182, Sum 41 ou Lagwagon notamment. Découvrons ensemble notre classement des meilleurs albums de NOFX.

Notre classement des meilleurs albums de NOFX

Heavy Petting Zoo a toute sa place dans notre top des meilleurs albums de NOFX

6 – Heavy Petting Zoo (1996)
NOFX

6ème album du groupe Heavy Petting Zoo fait suite à l’excellent Punk In Drubblic, sorti un an plus tôt. Heavy Petting Zoo a vu NOFX progresser et expérimenter de nouveaux sons. « Philthy Phil Philanthropist » est peut-être la seule chanson punk rock à présenter un xylophone ! C’est dire…Certains titres sont parmi les plus longs jamais sortis par NOFX. On retiendra surtout les très bons titres « Liza », « Whatever Didi Wants » et « What’s The Matter With Kids Today? ». Heavy Petting Zoo reste un peu trop mélodique et accessible et donc moins réussi que son prédécesseur. Pas le meilleur album de NOFX mais un mais un bon album de punk pas trop sérieux ! Mention spéciale enfin à cette pochette d’album…

A la 6ème place de notre classement des meilleurs albums de NOFX

5 – Pump Up The Valuum (2000)
NOFX

Des morceaux comme « And Now for Something Completely Different », « Clams Have Feelings Too » et « Thank God it’s Monday » ont de superbes mélodies et des jeux de guitares impressionnants. Les titres « Dinosaurs Will Die » et « Total Bummer » sont vraiment bien écrits. Les deux sont des attaques véhémentes contre le mercantilisme. Ecoutez aussi le très bon solo sur « Pharmacist’s Daughter ». NOFX ne se soucie pas d’écrire des tubes, juste un tas de bonnes chansons. Il n’y a aucune prétention, même venant d’un groupe qui pourrait prétendre être des dieux dans le punk ! Sans être le meilleur album de NO FX, vous allez là un très bon album avec Pump Up The Vallum.

On a adoré The War On Errorism, un des tout meilleurs albums de NOFX

4 – The War Of Errorism (2003)
NOFX

Avec son 9ème album The War Of Errorism, NOFX nous montre encore que le groupe est un groupe politique. Mais ici, on passe un stade supérieur. Leur attention s’est tournée vers le président George W. Bush, comme on peut l’entendre sur les titres « The Separation of Church and Skate », « The Irrationality of Rationality », « Franco Un-American » (sur la politique globale du pays) et » Idiots Are Taking Over » (sur l’ignorance du peuple américain). On vous rassure, The War Of Errorism reste un album de NOFX : donc on y retrouve l’humour habituel du groupe (« She’s Nubs » et « Mattersville »). Pour leur premier album sur le label Fat Wreck Chords, NOFX nous sort ici un de ces meilleurs albums.

Bienvenue sur le podium des meilleurs albums de NOFX

3 – White Trash, Two Heebs And A Bean (1992)
NOFX

Voici un des meilleurs albums de NOFX : White Trash, Two Heebs And A Bean. Tout y est dedans. Différents styles musicaux (punk rock mélodique bien sur, mais aussi hardcore, ska, blues et jazz), de la satire (« Please Play This Song On The Radio »), de la parodie (« Straight Edge ») de l’humour (« Johnny Appleseed ») et même des chagrins d’amour (« The Bag » ou « She’s Gone »). Mention spécial pour le meilleur de l’album pour nous, « Stickin’ in My Eye ». C’est aussi le premier album avec El Hefe (guitare, trompette, chœurs), qui a clairement élevé le groupe à un niveau supérieur. L’écriture de Fat Mike s’est épanouie sur cet album. Du très très bon NOFX on vous dit.

2ème meilleur album de NOFX dans notre classement

2 – So Long And Thanks For All The Shoes (1997)
NOFX

So Long and Thanks for All the Shoes – le 7ème album de NOFX – est un pur disque punk rock classique du début à la fin. Musicalement, il couvre tout, du hardcore « (Murder The Government ») au skatepunk (« Dad’s Bad News ») en passant par le ska (« All Outta Angst »). Et le groupe passe toujours sans effort d’un genre à l’autre. Le titre d’intro « It’s My Job To Keep Punk Rock Elite » vous donnera le ton de l’album, qui ne descendra pas d’un iota sur les 15 chansons d’après. Mention spéciale à la reprise « Champs Elysées » ! Vous avez là un des tout meilleurs albums de NOFX

Punk In Drublic est LE Meilleur album de NOFX, tout simplement

1 – Punk In Drublic (1994)
NOFX

Considéré par beaucoup (dont nous..) comme LE meilleur album de NOFX, Punk In Drublic est aussi et surtout un des tout meilleurs albums de punk jamais écrit. « Linoleum », « Leave it Alone » et « Lori Meyers » sont devenus des classiques du groupe. Les chansons y sont plus complexes que sur d’autres albums. Prenez le titre « Perfect Government » avec son superbe solo de guitare dans l’intro et ses changements de rythmes. D’autre styles sont aussi présents : le ska / reggae sur le titre « Reeko » et du soft rock sur « My Heart Is Yearning ». Et toujours et encore du punk rock avec un bon humour débile comme sur « Punk Guy (Cause He Does Punk Things) » et « The Cause ». Punk In Drublic reste le plus grand succès de NOFX à ce jour et ce, sans l’aide d’un label majeur. Chapeau bas messieurs !

Découvrez d’autres articles… Punk Rock !

Meilleurs albums de Sum 41

Sum 41 est un groupe de rock canadien originaire d’Ajax, en Ontario. Le groupe a été formé en 1996 et se compose actuellement de Deryck Whibley (chant, guitares, claviers), Dave Baksh (guitare principale, choeurs), Tom Thacker (guitares, claviers, choeurs), Jason «Cone» McCaslin (basse, choeurs) et Frank Zummo (batterie). Souvent comparé à Blink 182 ou Offspring pour leur côté mélodique, le groupe aura su teinté sa musique d’une touche plus métal. Sum 41 (groupe formé le 41ème jour de l’été…Selon la légende), c’est 8 albums studio et une place en haut de la liste des groupes références du punk rock. Découvrons ensemble le classement des meilleurs albums de Sum 41.

All Killer No Filler
  • Record Label: Island
  • Catalog#: 07314 5486622
  • Country Of Release: NLD
  • Year Of Release: 2001
  • Notes: Prod. Jerry Finn (Green Day/Blink 182)
Chuck
  • Record Label: Island
  • Catalog#: 06024 9864191
  • Country Of Release: NLD
  • Year Of Release: 2004

Notre classement des meilleurs albums de Sum 41

A la 6ème place de notre classement des meilleurs albums de Sum 41

6 – 13 Voices (2016)
Sum 41

Après 5 ans d’absence et pas mal de turbulences, Sum 41 nous livre en 2016 leur 7ème album intitulé 13 Voices. Après Screaming Bloody Murder, Deryck sera admis en cure de désintox et en ressortira plus créatif que jamais, le batteur historique Steve Jocz quittera le groupe et le légendaire guitariste Dave Baksh reviendra dans le groupe. Il en découlera un bon 13 Voices avec rock percutant et refrains accrocheurs, deux atouts du groupe tout au long de sa carrière.

L’album contient quelques titres légèrement décevants, mais il contient également certaines des meilleures pistes de Sum 41 à ce jour. On pense surtout à « Goddamn I’m Dead Again », « Fake My Own Death », « War ». On va quand même placer 13 Voices en bas de notre classement des meilleurs albums de Sum 41.

Order In Decline a toute sa place dans notre top des meilleurs albums de Sum 41

5 – Order In Decline (2019)
Sum 41

L’évolution musicale de Sum 41 aura été fascinante à regarder. A leurs débuts, ils ont émergé comme les héritiers du pop-punk marrant façon Blink-182. Mais au fil des années, ils se sont transformés en quelque chose d’un peu plus sombre, un peu plus nerveux et d’un son plus lourd. Order In Decline reprend exactement là où 13 Voices s’est arrêté.Cette fois-ci, cependant, tout a été augmenté d’un cran.

Les passages les plus punk sont plus rapides, tandis que les riffs plus métal frappent encore plus forts. Pris dans son ensemble, c’est l’album le plus dur et le plus lourd qu’ils aient jamais réalisé. On notera l’intro au piano et le super riff et solo sur « Turning Away Kicks ».

Le titre « Out For Blood » et son côté skate-punk nous rassure avant que « The New Sensation » et son groove nous surprend mais de façon très positive. Mention spéciale aussi pour la très belle ballade « Never There ». Bref cet Ordre In Decline est sans conteste un des meilleurs albums de Sum 41.

On a adoré Underclass Hero, un des tout meilleurs albums de Sum 41

4 – Underclass Hero (2007)
Sum 41

En 2007, Sum 41 sort son 5ème album studio, le 1er sans son guitariste légendaire – Dave Baksh – qui apportait la fameuse touche heavy du groupe. Et c’est bien ce qui pêche un peu avec cet album : un manque d’originalité et une perte de saveur, et ce par le fait que le groupe sans Dave ne compte que sur la rythmique de Deryck.

Fini les influences métal, on retourne sur de la pop punk entraînante et sans chichi. Mais attention Underclass Hero n’est pas mauvais, loin de là. Certains titres nous auront un peu trop fait penser à du Blink 182 et du Green Day.

Cependant, Underclass Hero mise quand même sur des mélodies accrocheuses, des paroles plus recherchées et un travail de composition plus approfondi. Nos coups de cœur de l’album : « Walking disaster », « Speak of the devil », « Count your last blessings », « March of the dogs », « With me »et « So Long Goodbye ». Loin d’être le meilleur album de Sum 41, Underclass Hero n’en reste pas moins un très bon album du groupe.

Bienvenue sur le podium des meilleurs albums de Sum 41

3 – All Killer, No Filler (2001)
Sum 41

Le 1er album de Sum 41, All Killer, No Filler, sorti en 2001 aura propulsé le groupe vers un gros succès grand public dès sa sortie notamment grâce leurs à deux titres : « Fat Lip » et « In Too Deep ». All Killer, No Filler est un parfait résumé de la scène pop-punk du début des années 2000. Le groupe ayant néanmoins entamé un virage plus lourd, plus sombre sur les derniers albums, All Killer, No Filler reste quand même un des préférés des fans.

Cet album est une collection cohérente et solide de morceaux pop-punk qui ne repose pas seulement sur ces 2 principaux singles. Ecoutez « Nothing On My Back », « Motivation », « Summer » ou « Handle This ». All Killer, No Filler a toute sa place sur le podium des meilleurs albums de Sum 41.

Does This look Infected

2 – Does This Look Infected? (2002)
Sum 41

Beaucoup moins pop et plus métal, le successeur de All Killer, No Filler débarque seulement un an après. Does This Look Infected? propose un son beaucoup plus lourd. De très bons riffs et solos sur cet album comme sur les titres « Over My Head », « Mr Amsterdam » et « Hell Song » pour n’en nommer que quelques-uns.

Et encore beaucoup de titres accrocheurs comme « My Direction » et « All Messed Up ». Que dire des titres « Still Waiting » et « No Brains » ?! Du pur Sum 41 comme on les aime. Does This Look Infected? est un des tous meilleurs albums de Sum 41.

Chuck est LE Meilleur album de Sum 41, tout simplement

1 – Chuck (2004)
Sum 41

Après deux très gros albums parus les années précédentes, le groupe réussi le pari de faire encore mieux avec Chuck, sorti en 2004 et qui est pour nous LE meilleur album de Sum 41. Beaucoup de groupes auront leur album de référence (Smash pour Offspring, Hybrid Theory pour Linkin Park…) ; c’est très clairement le cas de ce Chuck pour Sum 41.

S’il apparait comme le plus lourd de la discographie, on notera quand même de très belles ballades « Pieces » et « Slipping Away ». Chuck est à la fois intense et mélodique, trouvant le juste milieu entre les deux pour un des meilleurs disques punk rock qu’il soit.

L’intensité se ressent dans les excellents titres « No Reason », « Angels With Dirty Faces » ou « Welcome To Hell ». Le côté mélodique quand à lui fera des ravages sur les titres « We’re All To Blame » ou « The Bitter End ». Un bijou, tout simplement.

Meilleurs albums de Green Day

Découvrons ensemble notre classement des meilleurs albums de Green Day. De la réinvention du punk avec Dookie et American Idiot, à tout ce qu’ils ont fait avant, entre et après, voici le catalogue de Green Day.

Ayant fait pour le pop-punk ce que Nirvana a fait pour le grunge, Green Day a depuis redéfini le genre et s’est redéfini lui-même, défiant et récompensant son public en cours de route. Nous vous proposons une visite guidée des 13 albums studio du trio californien à ce jour.

Découvrez aussi notre classement des meilleures chansons de Green Day.

Dookie
  • Burnout
  • Having A Blast
  • Chump
  • Longw
  • Welcome To Paradise
American Idiot
  • Ships in Certified Frustration Free Packaging

Notre classement des meilleurs albums de Green Day

13 – Father of All Motherfuckers (2020)

On commence notre classement des meilleurs albums de Green Day avec Father of All Motherfuckers. Le dernier album studio de Green Day avant l’arrivée de Saviors présente les caractéristiques habituelles d’un nouvel album d’un artiste historique : il a été accueilli par des critiques pour la plupart polies, puis rapidement oublié. Bien que l’ambiance rock ‘n’ roll de FOAMF soit constante, on a plus l’impression qu’il s’agit de l’œuvre d’un groupe de studio qui tue le temps en attendant qu’un producteur soit pris dans les embouteillages que de l’œuvre d’un groupe de la liste A qui gratte ses démangeaisons créatives.

« I Was A Teenage Teenager » est un exemple typique de cette approche : Des hommes de 50 ans chantent leur adolescence de très loin, tandis que le sample de Gary Glitter Oh Yeah ! est aussi approprié que votre vieux professeur de musique filmant une soirée disco à l’école.

12 – 21st Century Breakdown (2009)

Fort du succès d’American Idiot, Green Day a commis l’erreur de croire que plus était beaucoup plus. Comme son prédécesseur, 21st Century Breakdown est un autre « opéra rock », mais qui n’a pas l’urgence de l’album qui a donné au groupe sa renaissance.

L’apogée rock classique de la chanson-titre est un premier avertissement que ce pourrait être un voyage avec un grand « J », tandis que 21 Guns est typique de ses boudins qui plaisent à la foule, signalant la dérive/le changement du groupe vers le milieu de la route.

11 – ¡Tré ! (2012)

La conclusion de la prochaine étape audacieuse de Green Day – une trilogie d’albums plus courts et plus punk – ¡Tré ! souffre peut-être inévitablement du sentiment qu’il existe pour conclure une grande idée, plutôt que de se tenir debout en tant qu’album à part entière.

Le premier album, Brutal Love, contient des touches de rock ‘n’ roll dans lequel le groupe continuera à se pencher dans les albums suivants, mais sans l’urgence ou l’originalité de leurs meilleurs travaux. Et quand une chanson intitulée « Sex, Drugs & Violence » est un peu plus qu’un agréable toe-tapper, il est probablement temps de passer à autre chose. En bas de notre classement des meilleurs albums de Green Day.

10 – Revolution Radio (2016)

Conçu comme un nettoyeur de palais après deux opéras rock et une trilogie, Revolution Radio est le son de Green Day qui tente de revenir à l’essentiel. Avec seulement les trois parties Forever Now et Outlaws qui dépassent les cinq minutes, Revolution Radio est relativement précis et va droit au but, mais peine à se débarrasser du facteur de traînage de ce qui ressemble à des images et des idées recyclées.

Le premier single « Bang Bang « est une joyeuse exception, le groupe écrivant ce qui ressemble à leur propre musique de fuite, avec une vidéo de braquage de banque.

9 – ¡Dos ! (2012)

On poursuit notre remontée du top 10 des meilleurs albums avec l’un de la trilogie de 2012… ¡Dos!

Le segment central de la trilogie de Green Day a été conçu pour être le plus dépouillé et le plus direct. Et bien que l’indéniablement direct Fuck Time soit un gaspillage d’un grand titre de chanson, il y a quelques points forts ici : Stop When the Red Lights Flash et Lazy Bones forment un duo agréable, tandis que Lady Cobra se lance à fond dans le garage rock débridé.

Bien qu’imparfait, ¡Dos ! est sans doute l’expérimentation la plus audacieuse et la plus efficace que Green Day ait réussi à faire depuis ses premiers efforts.

8 – ¡Uno ! (2012) – l’un des meilleurs albums de Green Day

Le titre du single principal Let Yourself Go sert également d’énoncé de mission pour ce que Green Day a voulu faire avec ¡Uno ! Kill the DJ réussit également à être une missive délicieusement grossière, qui prend volontiers son temps, comme un bourreau joyeux qui prend plaisir à faire son travail.

Certes, ¡Uno ! n’a pas la consistance des albums classiques de Green Day, mais le leader Billie Joe Armstrong semble plus libre qu’il ne l’a été depuis longtemps, et c’est tant mieux.

7 – 39/Smooth (1990)

Place maintenant au 1er album de Green Day. Le groupe est un des plus grands groupes de musique de l’histoire de l’Europe, et il est le seul à avoir une telle influence sur la scène internationale.

La nostalgie sans prétention de At The Library témoigne de la remarquable tendresse que le groupe n’a pas hésité à afficher dès ses débuts, tout comme Going To Pasalaqua qui n’hésite pas à mêler la mélodie aux riffs rugueux, avec la voix inimitable de Billie Joe Armstrong qui s’y pose en cascade. Il y a aussi la curiosité d’entendre un jeune groupe s’inquiéter de son vieillissement sur 16 ans : c’est une bénédiction. L’un des meilleurs albums de Green Day.

6 – Nimrod (1997)

Le son de Green Day rencontrant son public de masse à mi-chemin sans compromis, Nimrod contient de nombreux moments intemporels. Le double d’ouverture de Nice Guys Finish Last et Hitchin’ A Ride prouve que l’œil du groupe pour un pop-punk vital et irrésistible est resté aussi clair que jamais, le crescendo tumultueux de ce dernier étant une joie passionnante à entendre toutes ces années plus tard.

Le smash acoustique Good Riddance (Time of Your Life) reste, pour commencer, le moment le plus calme le plus connu et le plus apprécié de Green Day, et ces points forts imposants suffisent à réduire le fait que Nimrod est trop long à une critique relativement mineure.

5 – Kerplunk (1991) – l’un des meilleurs albums de Green Day

Piquant et provocateur, Kerplunk n’a fait aucun prisonnier avec sa pochette caricaturale pleine d’armes ni sa plongée plus profonde dans le punk rock brut mais mélodieux. C’est l’album qui montrait le mieux les signes de ce qui allait suivre, avec « 2000 Light Years Away » restant un incontournable du live, « Dingo Noodle Dominate Love Slave », le groupe le plus ludique et « Welcome to Paradise » étant finalement réenregistré pour leur label major. début.

« No One Knows » est un autre rappel précoce que c’était un groupe qui n’avait pas peur de ralentir les choses et de regarder vers l’intérieur, avec une maturité d’écriture de chansons remarquable pour son âge.

4 – Warning (2000)

Le début des années 2000 marque l’échec de Green Day à mi-carrière. Même si les ventes d’albums sont restées respectables, ils se sont retrouvés plus bas dans la hiérarchie punk rock que Blink-182, et il y avait le sentiment général qu’ils étaient devenus le mauvais type de marginaux.

Tout cela fait de Warning un disque controversé mais convaincant. Pour ses critiques, c’est trop lent, trop folk et une écoute énergivore. Pour ceux qui l’aiment, c’est sans doute le geste le plus audacieux que le groupe ait fait : brut, discret et doté d’un titre qui les montre à leur meilleur.

Place au podium des meilleurs albums de Green Day

3 – American Idiot (2004)

Le deuxième acte de Green Day a commencé avec moins de fracas qu’un feu d’artifice complet et une résurrection à l’image du Christ. Il est difficile aujourd’hui d’exagérer à quel point American Idiot était inattendu : à parts égales un swing pour les clôtures par un groupe sur les cordes, et une assurance familière selon laquelle vous seriez idiot de douter de leurs compétences en matière de sens, d’ambition et d’écriture de chansons.

La chanson titre et « Holiday » sont de brillantes affiches anti-George W Bush, tandis que « Jesus of Suburbia » est l’une des deux épopées en plusieurs parties qui font toutes deux un pied de nez aux conventions et vous souhaitent la bienvenue à la fête. Un chef-d’œuvre du rock moderne. Bienvenue sur le podium des meilleurs albums de Green Day.

2 – Insomniac (1995) -l’un des meilleurs albums de Green Day

Comment donner suite à un album qui, de manière inattendue et simultanée, fait de vous à la fois des superstars mondiales et des parias parmi les puristes du punk ? En consacrant toute l’anxiété et l’énergie nécessaire à son suivi, bien sûr.

Insomniac est apparu seulement un an après que Green Day se soit annoncé sur la scène mondiale et c’est le son d’un groupe qui se débarrasse de son image de punks de dessins animés avec une plongée profonde dans la drogue, le doute et le dégoût de soi. « J’ai le don de tout foutre en l’air », a chanté Billie Joe Armstrong sur le typiquement plus gourmand Bab’s Uvula Who?, fournissant ironiquement la preuve qu’il ne l’a pas fait.

1 – Dookie (1994)

Comment ne pas placer Dookie en tête de notre classement des meilleurs albums de Green Day ?

Le troisième album de Green Day propulse le trio de Berkeley dans la stratosphère, rappelant au monde entier que le punk rock existait toujours. Une collection irréprochable et irrésistible de classiques instantanés, Dookie rassemble l’énergie frénétique de « Basket Case » avec le astucieusement contrôlé « When I Come Around « et donne aux deux sons comme s’ils étaient faits pour être ensemble.

Warners a sorti cinq singles, dont un réenregistré « Welcome To Paradise », du premier label du groupe, alors qu’il atteignait les 20 millions de ventes dans le monde. Mais la vérité est que chaque chanson sonne comme un single sur ce cocktail Molotov aux couleurs vives, mêlé à l’intelligence anarchique et au sens de l’amusement débridé de ses créateurs.

Les meilleurs albums de The Offspring

Découvrons sans plus tarder le classement des meilleurs albums de The Offspring. The Offspring est un groupe de rock américain originaire de Californie, formé en 1984. Formé à l’origine sous le nom de Manic Subsidal, le groupe actuel se compose du chanteur et guitariste Bryan «Dexter» Holland, du bassiste Todd Morse, du guitariste Kevin «Noodles» Wasserman et le batteur Pete Parada.

Smash (Remastered)
  • Record Label: Epitaph
  • Catalog#: E 68682
  • Country Of Release: NLD
  • Year Of Release: 2008
Let The Bad Times Roll
  • The Offspring- Let The Bad Times Roll

En près de 40 ans de carrière, le groupe aura sorti 9 albums studios pour devenir une des références du punk rock américain (au même titre que Green Day, Rancid, Bad Religion, NOFX et Pennywise). lls ont vendu plus de 40 millions de disques dans le monde, ce qui en fait l’un des groupes punk rock les plus vendus de l’histoire.

Notre classement des meilleurs albums de The Offspring

Days Go By (2012)

L’une des malédictions d’être un groupe punk qui atteint la longévité est la lutte pour offrir quelque chose de nouveau à chaque album, alors que la formule que vous avez perfectionnée est relativement simple. Days Go By n’est pas tant un mauvais album qu’un album anonyme.

La deuxième collaboration de The Offspring avec le super-producteur Bob Rock n’arrive pas à décider s’il veut adopter le son plus grand public qui a bien servi des groupes comme Rise Against ces dernières années. Un réenregistrement brillant du titre classique Dirty Magic ne fait qu’ajouter à l’impression d’un groupe qui a du mal à changer de vitesse. En dernière place de notre classement des meilleurs albums de The Offspring.

Conspiracy of One (2000)

Le début de la fin de la période commerciale la plus faste de The Offspring, Conspiracy of One n’a pas eu de mal à trouver son public mais semble étrangement indiscernable avec le recul. Original Prankster, un single classé dans le Top 10 au Royaume-Uni, sonne étrangement comme une deuxième reprise d’une formule déjà utilisée avec un effet supérieur, d’abord sur Come Out and Play, puis sur Pretty Fly (For A White Guy).

Malgré des singles solides (OP étant suivi par Want You Bad et Million Miles Away) et la puissance de feu de Come Out Swinging et Special Delivery, les 37 minutes de l’album ne sont pas exemptes de remplissage. Ce sera le dernier album du batteur Ron Welty, qui a rejoint le groupe à l’âge de 16 ans en 1987. Dispensable dans la discographie de The Offspring.

Splinter (2003)

Transition inégale vers ce qui allait devenir le son plus lent et tardif de The Offspring, Splinter a mieux vieilli qu’il n’aurait pu le faire. L’ouverture sombre de Neocon suggère que l’attention de ses créateurs a été aiguisée par la discorde politique du début des années 2000, tandis que le point culminant de l’album (Can’t Get My) Head Around You est un rappel bienvenu de ce à quoi ressemble Dexter Holland lorsqu’il laisse le désespoir existentiel se déverser.

En revanche, l’électro-pop parodique de Hit That est aussi grinçante que tout ce que le quatuor de SoCal a sorti, tandis que l’excentrique The Worst Hangover Ever est une nouvelle réécriture de Why Don’t You Get A Job, qui n’est pas l’une des idées les plus originales du groupe. En 8ème place de notre top des meilleurs albums de The Offspring.

The Offspring (1989)

Le premier album éponyme de la discographie de The Offspring ne distingue guère le groupe des autres punks de la côte ouest de l’époque, mais il n’est pas sans mérite. Bien qu’un son boueux et des riffs étranglés fassent penser à un groupe qui ferait la première partie de Bad Religion ou des Dead Kennedys il y a 30 ans, si l’on creuse un peu, le potentiel que le quatuor réalisera plus tard est évident.

Out on Patrol et Tehran sont empreints de l’énergie anti-autoritaire de leurs meilleurs premiers titres, tandis que crossroads est à la fois impressionnant par son absence de rythme et sa bruyante assurance.

Promo
Offspring
  • New Store Stock

Let The Bad Times Roll (2021)

On remonte notre classement des meilleurs albums de The Offspring avec Let The Bad Times Roll. Neuf ans après Days Go By, The Offspring s’est associé à Bob Rock pour l’étincelant Let The Bad Times Roll. Enregistré au milieu de changements de line-up et d’une pandémie mondiale, c’est tout à leur honneur que cet album sonne comme une version plus aboutie de son prédécesseur.

Certes, il s’agit d’un album très soigné, au rythme moyen, mais c’est aussi le son d’un groupe qui passe à l’âge mûr sans perdre son identité. La section de cuivres insérée dans We Never Have Sex Anymore prouve, s’il en était besoin, que Dexter Holland et consorts n’ont pas perdu leur sens de l’humour.

Let The Bad Times Roll
  • The Offspring- Let The Bad Times Roll

Rise and Fall, Rage and Grace (2008)

Le titre capture parfaitement l’esprit de ce qui semble être un groupe faisant le point et décidant de se débarrasser de ses vieilles routines. Bien que Rise and Fall, Rage and Grace ne se contente pas d’un rythme effréné (Trust in You, Hammerhead), il y a dans cette collection de chansons un flux et un reflux qui rappellent les meilleurs chansons de The Offspring.

Outre Kristy, Are You Doing Okay, une chanson écrite par Dexter Holland pour s’excuser auprès d’un ami d’enfance victime d’abus sexuels, le groupe ralentit les choses (A Lot Like Me) et les dépouille (Fix You) d’une manière qui ne plaira pas à tout le monde, mais qui offre le choc de la nouveauté. Et pour les amateurs de bonus, la reprise de The O.C. Life de D.I., qui figure sur l’édition japonaise de l’album, est à découvrir.

Americana (1998) l’un des meilleurs albums de The Offspring

Il peut être difficile de ne pas considérer le deuxième album le plus réussi de The Offspring comme un remaniement à gros budget de Smash, qui a battu tous les records, mais les ventes mondiales de plus de 10 millions d’exemplaires témoignent du fait qu’avec Americana, le groupe de Dexter Holland est au sommet de sa forme.

Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, « Pretty Fly (for a White Guy) » a dominé les classements de singles dans le monde entier avec son jeu de mots sur les banlieusards blancs qui cooptent la culture noire, tandis que « Why Don’t You Get a Job ? » a réussi à reprendre la mélodie de Ob-La-Di, Ob-La-Da des Beatles sans encourir de poursuites judiciaires de la part d’Apple Corps. Et même s’il ne s’agit pas de l’album le plus original du groupe, Americana a réussi à offrir un rappel à la réalité enrobé de sucre à tous ceux qui sont prêts à écouter les paroles de Holland, souvent plus intelligentes et plus incisives que vous ne l’auriez imaginé.

Americana [Import]
  • The Offspring- Americana

Le podium des meilleurs albums de The Offpsring est…

Ixnay on the Hombre (1997)

Pris en sandwich entre les énormes succès sortis de part et d’autre, Ixnay On The Hombre serait un album facile à oublier s’il n’était pas aussi bon. Smash a peut-être propulsé les punks de Garden Grove, en Californie, dans une nouvelle réalité, mais à aucun moment sur son successeur le quatuor ne donne l’impression de lutter contre – ou même d’être conscient – de sa notoriété et des pressions supplémentaires que son nouveau statut pourrait entraîner,

À certains moments, The Offspring peut sembler plus lent, plus sinistre ou plus crâneur qu’auparavant, mais ils ne donnent jamais l’impression de remettre en question leur public ou leur art. Me & My Old Lady est une chanson d’amour joyeusement impure, Cool to Hate joue avec le nihilisme qui vient du sentiment de n’être à sa place nulle part ni avec personne, et l’envolée de Gone Away n’a pas peur de faire son deuil en public. La sortie de « Smash 2.0 » aurait pu garantir quelques millions de ventes supplémentaires, mais Ixnay… était la première preuve que The Offspring n’était la marionnette de personne. Bienvenue sur le podium des meilleurs albums de the Offspring.

Promo
Ixnay on The Hombre [Import]
  • Ixnay On The Hombre
  • Type de produit : ABIS MUSIC
  • Marque : UNIVERSAL

Ignition (1992) – l’un des tout meilleurs albums de The Offspring

Avant qu’ils n’envahissent MTV et les playlists des radios du monde entier pour la première fois, The Offspring s’imposaient (pas si) discrètement comme des pourvoyeurs intelligents, acérés et profanes de punk rock mélodique. Ignition prend vie avec ce qui ressemble à la dernière confession d’un accro au sexe (Session), et passe avec agilité d’une introspection irrésistible (Kick Him When He’s Down) à des missives grinçantes sur la violence policière qui n’ont malheureusement pas pris une ride (L.A.P.D.).

C’est un monde loin de ce qu’ils sont devenus, mais la ballade grunge de Dirty Magic était un premier indice qu’ils étaient capables de bien plus. Indispensable dans la discographie de The Offspring.

Smash (1994) – Le summum de la discographie de The Offspring

Comment ne pas placer Smash en tête de notre top des meilleurs albums de The Offspring ? En 1994, l’industrie musicale – et la plupart des musiciens – ne s’attendaient pas à ce qu’une bande de débutants signés sur un petit label punk parvienne à conquérir le monde. Sorti chez Epitaph le 8 avril de cette année-là, le jour même où Kurt Cobain a été retrouvé mort à son domicile de Seattle, Smash a réussi à le faire en combinant l’énergie contagieuse du pop-punk, l’angoisse du rock alternatif et des poignées d’accroches irrésistibles, devenant ainsi l’un des albums les plus vendus jamais sortis sur un label indépendant.

Les tubes MTV Self Esteem et Come Out And Play restent des tubes punk-rock, tandis que la chanson-titre et Gotta Get Away ne perdent pas de temps à affronter leurs détracteurs et à s’enfoncer dans le vide, respectivement. Green Day et Rancid étaient peut-être plus cool aux yeux des critiques, mais en se connectant à une nouvelle génération d’adolescents désabusés, Smash a contribué à faire du monde post-Cobain un endroit un peu plus anarchique et insouciant. LE meilleur album de The Offspring.

Smash
  • vinyl album/LP (12″ size)
  • released 2017 in Europe by Epitaph (6868-1)
  • Genre: Punk/Hardcore North America- Alternative / Indie