Meilleurs albums de Sum 41

Découvrez le classement des meilleurs albums de Sum 41

Les meilleurs albums de Sum 41

Sum 41 est un groupe de rock canadien originaire d’Ajax, en Ontario. Le groupe a été formé en 1996 et se compose actuellement de Deryck Whibley (chant, guitares, claviers), Dave Baksh (guitare principale, choeurs), Tom Thacker (guitares, claviers, choeurs), Jason «Cone» McCaslin (basse, choeurs) et Frank Zummo (batterie). Souvent comparé à Blink 182 ou Offspring pour leur côté mélodique, le groupe aura su teinté sa musique d’une touche plus métal. Sum 41 (groupe formé le 41ème jour de l’été…Selon la légende), c’est 8 albums studio et une place en haut de la liste des groupes références du punk rock. Découvrons ensemble le classement des meilleurs albums de Sum 41.

Notre classement des meilleurs albums de Sum 41

A la 6ème place de notre classement des meilleurs albums de Sum 41

6 – 13 Voices (2016)
Sum 41

Après 5 ans d’absence et pas mal de turbulences, Sum 41 nous livre en 2016 leur 7ème album intitulé 13 Voices. Après Screaming Bloody Murder, Deryck sera admis en cure de désintox et en ressortira plus créatif que jamais, le batteur historique Steve Jocz quittera le groupe et le légendaire guitariste Dave Baksh reviendra dans le groupe. Il en découlera un bon 13 Voices avec rock percutant et refrains accrocheurs, deux atouts du groupe tout au long de sa carrière. L’album contient quelques titres légèrement décevants, mais il contient également certaines des meilleures pistes de Sum 41 à ce jour. On pense surtout à « Goddamn I’m Dead Again », « Fake My Own Death », « War ». On va quand même placer 13 Voices en bas de notre classement des meilleurs albums de Sum 41.

Order In Decline a toute sa place dans notre top des meilleurs albums de Sum 41

5 – Order In Decline (2019)
Sum 41

L’évolution musicale de Sum 41 aura été fascinante à regarder. A leurs débuts, ils ont émergé comme les héritiers du pop-punk marrant façon Blink-182. Mais au fil des années, ils se sont transformés en quelque chose d’un peu plus sombre, un peu plus nerveux et d’un son plus lourd. Order In Decline reprend exactement là où 13 Voices s’est arrêté.Cette fois-ci, cependant, tout a été augmenté d’un cran. Les passages les plus punk sont plus rapides, tandis que les riffs plus métal frappent encore plus forts. Pris dans son ensemble, c’est l’album le plus dur et le plus lourd qu’ils aient jamais réalisé. On notera l’intro au piano et le super riff et solo sur « Turning Away Kicks ». Le titre « Out For Blood » et son côté skate-punk nous rassure avant que « The New Sensation » et son groove nous surprend mais de façon très positive. Mention spéciale aussi pour la très belle ballade « Never There ». Bref cet Ordre In Decline est sans conteste un des meilleurs albums de Sum 41.

On a adoré Underclass Hero, un des tout meilleurs albums de Sum 41

4 – Underclass Hero (2007)
Sum 41

En 2007, Sum 41 sort son 5ème album studio, le 1er sans son guitariste légendaire – Dave Baksh – qui apportait la fameuse touche heavy du groupe. Et c’est bien ce qui pêche un peu avec cet album : un manque d’originalité et une perte de saveur, et ce par le fait que le groupe sans Dave ne compte que sur la rythmique de Deryck. Fini les influences métal, on retourne sur de la pop punk entraînante et sans chichi. Mais attention Underclass Hero n’est pas mauvais, loin de là. Certains titres nous auront un peu trop fait penser à du Blink 182 et du Green Day. Cependant, Underclass Hero mise quand même sur des mélodies accrocheuses, des paroles plus recherchées et un travail de composition plus approfondi. Nos coups de cœur de l’album : « Walking disaster », « Speak of the devil », « Count your last blessings », « March of the dogs », « With me »et « So Long Goodbye ». Loin d’être le meilleur album de Sum 41, Underclass Hero n’en reste pas moins un très bon album du groupe.

Bienvenue sur le podium des meilleurs albums de Sum 41

3 – All Killer, No Filler (2001)
Sum 41

Le 1er album de Sum 41, All Killer, No Filler, sorti en 2001 aura propulsé le groupe vers un gros succès grand public dès sa sortie notamment grâce leurs à deux titres : « Fat Lip » et « In Too Deep ». All Killer, No Filler est un parfait résumé de la scène pop-punk du début des années 2000. Le groupe ayant néanmoins entamé un virage plus lourd, plus sombre sur les derniers albums, All Killer, No Filler reste quand même un des préférés des fans. Cet album est une collection cohérente et solide de morceaux pop-punk qui ne repose pas seulement sur ces 2 principaux singles. Ecoutez « Nothing On My Back », « Motivation », « Summer » ou « Handle This ». All Killer, No Filler a toute sa place sur le podium des meilleurs albums de Sum 41.

2ème meilleur album de Sum 41 dans notre classement

2 – Does This Look Infected? (2002)
Sum 41

Beaucoup moins pop et plus métal, le successeur de All Killer, No Filler débarque seulement un an après. Does This Look Infected? propose un son beaucoup plus lourd. De très bons riffs et solos sur cet album comme sur les titres « Over My Head », « Mr Amsterdam » et « Hell Song » pour n’en nommer que quelques-uns. Et encore beaucoup de titres accrocheurs comme « My Direction » et « All Messed Up ». Que dire des titres « Still Waiting » et « No Brains » ?! Du pur Sum 41 comme on les aime. Does This Look Infected? est un des tous meilleurs albums de Sum 41.

Chuck est LE Meilleur album de Sum 41, tout simplement

1 – Chuck (2004)
Sum 41

Après deux très gros albums parus les années précédentes, le groupe réussi le pari de faire encore mieux avec Chuck, sorti en 2004 et qui est pour nous LE meilleur album de Sum 41. Beaucoup de groupes auront leur album de référence (Smash pour Offspring, Hybrid Theory pour Linkin Park…) ; c’est très clairement le cas de ce Chuck pour Sum 41. S’il apparait comme le plus lourd de la discographie, on notera quand même de très belles ballades « Pieces » et « Slipping Away ». Chuck est à la fois intense et mélodique, trouvant le juste milieu entre les deux pour un des meilleurs disques punk rock qu’il soit. L’intensité se ressent dans les excellents titres « No Reason », « Angels With Dirty Faces » ou « Welcome To Hell ». Le côté mélodique quand à lui fera des ravages sur les titres « We’re All To Blame » ou « The Bitter End ». Un bijou, tout simplement.