Nouvel album des Pixies en 2022 – Doggerel

Découvrez notre chronique du nouvel album des Pixies - Doggerel

Place maintenant à notre avis sur le nouvel album des Pixies, Doggerel. Cela fait 18 ans que les Pixies se sont réunis. C’est plus de deux fois plus d’années que celles qu’ils ont passées en tant qu’avant-garde du rock alternatif de 1986 jusqu’à leur séparation soudaine en 1993.

Il est difficile de sous-estimer leur héritage. Kurt Cobain a dit de son groupe qu’il était un groupe de reprises des Pixies et le single « Creep » de Radiohead comportait un arrangement qui semblait tout droit sorti de Surfer Rosa.

Doolittle
  • Record Label: 4Ad
  • Catalog#: GADCD 905
  • Country Of Release: NLD
  • Year Of Release: 1998
Wave Of Mutilation
  • Record Label: 4Ad
  • Catalog#: CADCD 2406
  • Country Of Release: NLD
  • Year Of Release: 2004
  • Notes: …Mutilation

Près de deux décennies après leur renaissance, cet héritage projette encore de longues ombres d’attentes sur ce à quoi les Pixies « devraient » ressembler. Comme le dit Black Francis, « Pourquoi venez-vous ici ces derniers temps après tout ce que nous avons traversé ?« 

Cette question pourrait être adressée à un futur ex-amant sur le premier morceau de Doggerel, « Nomatterday », mais elle suggère une autre question : Que vient-on chercher dans les albums des Pixies en 2022 ?

Y a quoi sous le capot de Doggerel le nouvel album des Pixies en 2022 ?

Il est difficile de résister à la tentation de rechercher les touche familières de ces premiers albums, et Doggerel en est parsemé. Les lignes de basse rampantes de Paz Lenchantin conduisent des couplets menaçants et la guitare de Joey Santiago déchire toujours les chansons comme Ennio Morricone sur une planche de surf dans l’espace.

Mais au fur et à mesure que le nouvel album des Pixies se révèle, il troque souvent les formules contre la chimie. Une partie est explosive et une autre pétille, mais il est difficile de reprocher à Doggerel la façon dont il subvertit les attentes.

Par exemple, le morceau de 2010 « Candy » renaît avec un côté swing, tandis que des joyaux sous-estimés comme « Tripping » ont la chance de briller. L’effet est similaire sur des classiques tels que la ballade massive « Feel », les nouveaux enregistrements soulignant l’intemporalité des chansons.

Peut-être est-ce l’évolution artistique, ou peut-être est-ce le fait que les Pixies ont passé beaucoup d’années en 2019 sur la route avec Weezer, mais une grande partie de Doggerel porte un air de Blue Album.

Les Pixies ont toujours écrit de la pop ; ils avaient juste tendance à la recouvrir de leurs éclats sonores caractéristiques. Des chansons comme « Haunted House » et « Get Simulated » ont un certain charme à la Rivers-Coumo- auquel il est difficile de résister.

Et c’est de bonne guerre si l’on considère la dette de Weezer envers les Pixies. (Ecoutez « Sweater Song » et « I Bleed »).

« The Lord Has Come Back Today » et « Thunder and Lightning » sont agréables, aérés et optimistes. Ce sont des termes qui semblent étranges à attacher à la musique des Pixies, mais ils s’en sortent à parts égales grâce à la chimie du groupe et à la confiance.

Le folk-rock « Pagan Man » présente une fantastique performance vocale de Black Francis évoquant John Fogherty sur une ambiance Laurel Canyon des années 1970, à mille lieues de tout ce que le groupe a exploré auparavant.

Mais le nouvel album des Pixies Doggerel reste un album des Pixies, il comporte donc sa part d’explorations surréalistes, de changements de tempo inattendus et de flux de conscience hallucinatoires. Sur « Dregs of the Wine », Francis aboie des références à Redd Foxx, au LSD et à la Reine de Thaïlande sur une ligne de basse classique et un refrain explosif des Pixies.

Alors que de nombreux albums orchestraux réinterprètent drastiquement le matériel, les originaux de Robbie se prêtent bien aux enregistrements orchestraux et conservent l’essence des originaux, et ce qui ressort avant tout, c’est sa voix puissante sur chaque morceau, qui, après trois décennies dans l’industrie, reste en pleine forme.

« Vault of Heaven » a un crochet de guitare surf et des chœurs « la-la » qui auraient pu être sortis d’une session Bossa Nova en 1990. Sur le titre, on retrouve la guitare fantomatique de Joey Santiago qui serpente dans un arrangement funk clairsemé, tandis que Frank Black grogne un récit lassé du monde, où l’on erre d’un endroit à l’autre.

C’est une magnifique synthèse de l’esthétique pop de l’album, avec un peu de l’inquiétude rampante des premiers Pixies.

« Who’s More Sorry Now » est l’un des titres qui n’est pas à la hauteur du reste de l’album, mais il contient une phrase qui pourrait être la clé de la réussite de Doggerel : « Ne divise pas tes ventes sur moi/ Parce que ça n’a pas d’importance. » C’est peut-être là le but. Peut-être qu’après toutes ces années, il est temps de laisser le passé derrière nous et de laisser les Pixies évoluer.

Notre avis sur le nouvel album des Pixies ? Ils ne sont peut-être plus le moteur de la culture comme ils l’étaient autrefois, mais ils sont en train de conduire vers le groupe qu’ils veulent être ici et maintenant.

Ecoutez le nouvel album des Pixies ici :

Découvrez d’autres articles…