Nouvel album de The Smile en 2022 – A Light For Attracting Attention

Découvrez notre chronique du nouvel album de The Smile

Note : 4.5 sur 5.

Voici enfin la sortie d’un album très attendu : l’album de The Smile, le nouveau groupe de Thom Yorke et Jonny Greenwood de Radiohead avec le batteur Tom Skinner. Historiquement, Thom et Jonny ont été les deux forces créatives les plus importantes de Radiohead, et Smile – leur nouveau groupe avec le batteur Tom Skinner – sonne plus souvent qu’à son tour comme Radiohead.

La production par Nigel Godrich, un architecte clé de l’esthétique Radiohead, souligne évidemment cette similitude, mais Godrich a également travaillé sur tous les albums solo de Yorke et sur le disque Atoms For Peace. L’arrivée de Jonny Greenwood dans le giron de ce projet parallèle donne une impression différente.

L’album de The Smile A Light For Attracting Attention, qui sort ce vendredi, est un ajout fantastique à l’univers étendu de Radiohead et le meilleur album non-Radiohead que Yorke ait jamais sorti.

Y a quoi sous le capot de A Light For Attracting Attention, le nouvel album de The Smile en 2022 ?

Les novices en percussion ne verront peut-être pas de différences significatives entre le jeu de batterie impeccable de Tom Skinner – surtout connu comme membre du groupe de jazz expérimental Sons Of Kemet de Shabaka Hutchings – et son homologue de Radiohead, Phil Selway. Selway est un musicien brillant qui a toujours été prêt à faire ce que la chanson exigeait ; ses rythmes ont défié la gravité plus d’une fois.

Mais le fait de travailler avec un nouvel atout créatif semble avoir débloqué une énergie débridée chez Yorke et Greenwood. Les morceaux plus rock sont dotés d’une brutalité viscérale rarement entendue de la part de ces gars, et peut-être même pas du tout depuis les morceaux de In Rainbows comme « Bodysnatchers » et « Jigsaw Falling Into Place »

Sur des chansons comme la magnifiquement funky « The Opposite » et l’hyperactive « Thin Thing », des riffs de guitare s’emmêlent en une chorégraphie noueuse. Le premier single, « You Will Never Work In Television Again », est le genre d’enfer basique qu’on ne pensait pas que Thom Yorke avait en lui. Quand The Smile se déchaîne de la sorte, ils pourraient presque passer pour un groupe de garage rock ; quand ils s’enferment dans un groove facile sur « The Smoke », cela peut rappeller The Private Press de DJ Shadow.

Skinner s’entoure de poids lourds de la scène jazz expérimentale de Londres, dont Theon Cross (tuba) et son frère Nathaniel (trombone) ainsi que les saxophonistes Jason Yarde, Robert Stillman (parfois à la clarinette) et Chelsea Carmichael (à la flûte), entre autres. Cette équipe permet à The Smile d’étoffer sa sonorité de base.

Parfois, cela signifie un retour au tourbillon orchestral de l’album le plus récent de Radiohead, A Moon Shaped Pool (2016), comme « Pana-vision » (un cousin des morceaux rythmiquement complexes mais mélancoliques comme « Decks Dark » et « The Numbers »), le magnifique « Open The Floodgates » (une suite sonore de « Daydreaming »), et l’époustouflant « Speech Bubbles » (un « Present Tense » 2022).

Et puis il y a les morceaux électroniques, qui s’intègrent plus maladroitement dans ce méli-mélo, mais qui font surtout leurs preuves. « The Same « , de loin le meilleur morceau de cette cohorte, ouvre l’album sans l’aide de Skinner : Yorke et Greenwood empilent méthodiquement des couches de synthé, de guitare et de piano jusqu’à la cacophonie.

Cela ressemble à une chanson de protestation, ou du moins à une chanson de solidarité avec les protestataires. Yorke se moque des « simples connards » qui font « une erreur après l’autre » et proclame : « Les gens dans la rue/ S’il vous plaît/ Nous sommes tous pareils/ S’il vous plaît/ Nous voulons tous la même chose ».

En revanche, le scintillement de « A Hairdryer » et les synthés de « Waving A White Flag » auraient pu apparaitre sur le premier album solo de Yorke, The Eraser. Plus l’album de The Smile se rapproche de l’alchimie du groupe en live, comme on peut le constater lors des concerts de The Smile diffusés depuis Magazine London, plus il devient convaincant.

Des paroles comme « picks me up, puts me down » se répètent en succession rapide et correspondent aux sons pop plongeants caractéristiques d’Antonoff, que l’on retrouve également sur des chansons de Taylor Swift comme « Out Of The Woods » ou sur Melodrama de Lorde.

En tant que parolier, Thom Yorke reste un pleureur urbain poétique, impénétrable et saisissant. Sur l’album de The Smile A Light For Attracting Attention, il revient avec une vigueur nouvelle à ses thèmes habituels, comme la corruption du pouvoir et le désastre environnemental. « You Will Never Work In Television Again » applique le vitriol de « Paranoid Android » à l’industrie du divertissement.

Les allusions à l’apocalypse et à la dystopie abondent, généralement par le biais d’une série de mots-images vifs qui évoquent une ambiance et vous laissent contempler le reste. Il revient sans cesse sur l’idée de lâcher prise, d’aller de l’avant et de trouver un moyen de progresser – en acceptant les circonstances et en se serrant les coudes, mais aussi en empruntant des voies déroutantes.

Notre avis sur l’album de The Smile A Light For Attracting Attention ? Bien que les chansons de l’album sonnent souvent comme du Radiohead, elles donnent aussi l’impression d’un nouveau groupe qui se sent à l’aise, qui s’amuse à trouver ce qui fonctionne et comment chaque membre s’intègre dans l’ensemble. C’est peut-être pour cela que ce n’est pas un album de Radiohead, et peut-être que cet exercice portera ses fruits lorsque Radiohead se réunira à nouveau. En attendant, A Light For Attracting Attention est un excellent album de 2022.

Celui-ci n’atteint pas le statut de chef-d’œuvre, tout en offrant suffisamment de frissons pour se hisser au niveau de la moitié inférieure du catalogue de Radiohead. Dans l’esprit et la pratique, il ressemble le plus à Hail To The Thief, moins une déclaration cohérente qu’un bric-à-brac de styles et d’idées.

Les deux dernières chansons ressemblent même à des rappels directs de cet album : « We Don’t Know What Tomorrow Brings » est un peu comme « Where I End And You Begin », tandis que « Skrting On The Surface » évoque « Scatterbrain » avec une élégante section de cuivres. Et au moins aussi souvent que sur Hail To The Thief, les résultats de ce méli-mélo sont inspirés.

Découvrez d’autres articles…