Nouvel album de Ozzy Osbourne 2022 – Patient Number 9

Découvrez notre chronique su rle nouvel album de Ozzy Osbourne

Note : 4 sur 5.

Place maintenant au nouvel album de Ozzy Osbourne, Patient Number 9. A ce stade, on peut dire ce qu’on veut d’Ozzy Osbourne. Il est un peu sourd après plus de 50 ans de légende absolue, co-architecte du heavy metal et survivant de multiples expériences de mort imminente et, c’est bien connu, il ne peut pas vous entendre. On peut se demander si le grand homme reviendra un jour sur scène, mais il mérite un grand crédit pour avoir surmonté ces problèmes de santé et enregistré un deuxième album studio en deux ans.

Le fait que Patient Number 9 soit vraiment, vraiment bon est encore plus méritoire. En abandonnant l’approche rationalisée et radiophonique de son prédécesseur au profit d’un metal épique plus sombre, plus lourd et plus nuancé, Ozzy a créé l’un de ses meilleurs albums depuis des décennies.

Y a quoi sous le capot de Patient Number 9 le nouvel album de Ozzy Osbourne en 2022 ?

Ce que Patient Number 9 a en commun avec Ordinary Man de 2020, c’est un grand nombre d’invités. Le résultat s’adresse directement aux fans d’Ozzy, qu’ils soient de la vieille ou de la nouvelle école, et au firmament du rock classique en général.

Le titre d’ouverture et titre éponyme du nouvel album de Ozzy Osbourne est une vitrine extravagante pour le légendaire Jeff Beck, avec Ozzy en pleine voix au milieu d’un arrangement changeant, teinté de prog, avec un refrain qui ne prend pas la route attendue et une coda folk rock.

De même, Eric Clapton tisse sa marque de blues autour des couplets doucement lysergiques de « One Of Those Days » et de son refrain strident et roots. Heureusement, nous sommes épargnés par les  » opinions  » d’Eric sur les relations raciales ou l’efficacité des mesures de confinement, et son solo est vraiment génial.

Le reste de Patient Number 9 est un festin d’hymnes effervescents, mélodiques et souvent monstrueusement lourds. « Immortal » a des échos quasi-mâchables du pic créatif d’Ozzy au début des années 80, plusieurs riffs brillants et un lead brûlant de Mike McCready de Pearl Jam.

Les titres « Parasite » et « Evil Shuffle » réunissent à nouveau Ozzy et Zakk, avec tous les crochets tranchants comme des rasoirs et le tonnerre barbare et bluesy que les fans attendent. Brutal, imprévisible et lyriquement piquant, « Mr. Darkness » est encore meilleur.

Le point culminant du nouvel album d’Ozzy Osbourne est évidemment le moment où Ozzy s’associe à Tony Iommi, pour la toute première fois sur un de ses albums solo. « No Escape From Now » est glorieux. Rempli de clins d’œil à l’ancien temps (l’effet vocal de Planet Caravan en particulier), c’est un labyrinthe d’idées lugubres et délirantes, qui n’a rien à envier aux 13 albums de Black Sabbath. Le blues metal meurtrier de « Degradation Rules » est presque aussi bon.

Notre avis sur le nouvel album de Ozzy Osbourne, Patient Number 9 ? Malgré tout ce que vous avez pu entendre sur le fait qu’Ozzy est à bout de souffle, Patient Number 9 ne sonne pas comme l’œuvre d’un homme en sursis. Au contraire, on dirait que le Prince des Ténèbres s’amuse comme un fou, avec une bande de copains et, bizarrement, un nouveau sens de l’ambition artistique.

Ecoutez le nouvel album de Ozzy Osbourne ici :

Découvrez d’autres articles…