Nouvel album de Deep Purple en 2021 – Turning to Crime

Découvrez notre chronique sur le nouvel album de Deep Purple

Note : 4 sur 5.


Il est difficile de croire que le mythique groupe Deep Purple était autrefois défini par des reprises. En fait, les quatre premiers singles du groupe provenaient du catalogue d’autres personnes – Joe South, Neil Diamond, Ike & Tina Turner et les Beatles – plutôt que des propres mains du groupe. À partir de In Rock, ils ont laissé la notion de reprises dans le rétroviseur. Et c’est ce qui fait que le nouvel album de Deep Purple Turning to Crime est un peu un choc.

On pourrait se demander si le monde a besoin d’une autre reprise de « Rockin’ Pneumonia and the Boogie Woogie Flu », « See See Rider » ou « Let the Good Times Roll ». On pourrait poser la même question pour n’importe quelle chanson de Chuck Berry, mais on n’entend presque jamais de plaintes concernant les innombrables versions de « Roll Over Beethoven » ou de « Johnny B. Goode » qui existent.

Mais Deep Purple avec leur héritage de guitares fulgurantes, d’orgues d’inspiration classique et de tubes comme « Smoke on the Water », « Highway Star » et « Perfect Strangers », sortent du lot avec Turning to Crime. Notre avis sur le nouvel album de Deep Purple ? C’est un ensemble de 11 reprises (plus un medley essentiellement instrumental) qui, si elles ne sont pas toujours suffisamment retravaillées pour justifier leur existence, offrent généralement, pour le moins, une écoute intéressante.

Y a quoi sous le capot de Turning to Crime, le nouvel album de Deep Purple en 2021

Certaines de ces reprises sont intéressantes, ne serait-ce que parce qu’elles sont reprises par Deep Purple. En regardant la liste de chansons presque bizarrement diversifiée de Turning to Crime, on pourrait s’attendre à de véritables coups de théâtre. Prenez « The Battle of New Orleans » – oui, le classique de Johnny Horton de 1959. Entendre ces fidèles du hard rock (Ian Gillan, Roger Glover et le batteur Ian Paice, ainsi que les pas si nouveaux Don Airey et Steve Morse) s’attaquer à une telle chanson peut désorienter. Mais ils font de leur mieux et, avec le violon et le sifflet, c’est une écoute crédible et amusante.

De même, « Let the Good Times Roll », popularisé par B.B. King, Bobby « Blue » Bland et d’autres, est traité dans un style New-Orleans avec des cuivres un peu plus durs que le tube original. Il sonne comme Deep Purple – en quelque sorte – et c’est là toute la magie. C’est un groupe qui dit « Let the Good Times Roll » en s’attaquant à quelque chose que ses fans n’ont probablement pas l’habitude d’entendre de leur part. Un des meilleurs titres du nouvel album de Deep Purple.

En effet, les meilleures performances de Turning to Crime sont des interprétations rafraîchissantes de Deep Purple de morceaux souvent trop familiers. « Watching the River Flow » de Bob Dylan, une sorte de shuffle au piano, reçoit ici un arrangement rock plus rapide et plus standard. Le claviériste de longue date de Deep Purple, Airey, ne reproduit pas vraiment le style de piano de Leon Russell de l’original, mais se lance dans une fanfare presque classique pour terminer la chanson.

De même, le morceau « Shapes of Things » des Yardbirds reçoit le traitement Deep Purple, cette fois-ci plus lent et plus lourd que l’original. On peut se demander s’il s’agit d’une amélioration par rapport à la version des Yardbirds, mais si vous êtes un fan de Deep Purple, la réponse pourrait bien être « oui ». Il en va de même pour la prise difficile de « Oh Well » de Fleetwood Mac, une vitrine pour Morse, en particulier. Et « White Room » reprend le jeu de Cream et fait monter les enchères. Cette chanson apparait naturelle sur un nouvel album de Deep Purple, album de reprises ou pas.

Toutes ces chansons n’améliorent pas l’histoire. La reprise de « 7 And 7 Is », une chanson bizarre de 1966 du groupe psychédélique Love, n’est pas vraiment assez différente de l’original pour se démarquer (la version des Ramones est plus rapide, mais similaire, aussi). La chanson « Dixie Chicken » de Little Feat est traitée de manière assez fidèle, mais elle est surtout remarquable par son interprète. Mais entendre ces gars, qui ont la même approche de base du hard rock depuis 50 ans, s’attaquer à Little Feat ou B.B. King est, si ce n’est une révélation, certainement intéressant et parfois captivant.

Notre avis sur le nouvel album de Deep Purple, Turning to Crime ? Qu’il s’agisse de nouvelles interprétations ou de reprises assez simples, la plupart des chansons de Turning to Crime permettent à ces vétérans du hard rock de briller de manière inhabituelle. Le claviériste Airey montre ses talents de boogie-woogie sur « Rockin’ Pneumonia » et le medley de Mitch Ryder, et ses orgues sur plusieurs de ces morceaux feraient la fierté du regretté Jon Lord. Et Gillan, qui n’a jamais été le chanteur le plus polyvalent, fait honneur à la plupart de ces chansons très diverses.

Ecoutez ici Turning to Crime de Deep Purple

Découvrez d’autres articles… Rock !