Nouvel album de Pearl Jam en 2024 : Dark Matter

Découvrez notre avis sur le nouvel album de Pearl Jam Dark Matter en 2024

Place à notre avis sur le nouvel album de Pearl Jam en 2024, Dark Matter. Pearl Jam est sans conteste le groupe de rock le plus fiable d’Amérique.

Les derniers survivants de l’âge d’or du début des années 90 dans le nord-ouest du Pacifique n’ont plus rien à prouver après 33 ans. Pourtant, ils poursuivent leur chemin, véritables mélomanes et frères de rock, qui n’ont pas changé de groupe depuis que Matt Cameron s’est remis de la séparation de Soundgarden pour rejoindre ses amis de Seattle en 1998.

Il est vrai que cela fait un moment qu’ils n’ont pas fait de grand disque ; Gigaton, en 2020, en était étonnamment proche. Mais ils n’ont jamais fait de mauvais disque. Il s’en est fallu de peu. Et la série se poursuit avec Dark Matter.

Ten
  • Record Label: Cbs
  • Catalog#: 4688849
  • Country Of Release: NLD
  • Year Of Release: 2004
  • Notes: =1991 Album + Bonustr.:Alive(Live)/Wash & Dirty Frank=

Y a quoi sous le capot de Dark Matter le nouvel album de Pearl Jam en 2024 ?

Pearl Jam est l’équivalent rock de Cal Ripken Jr. et de sa série de 2 632 matchs consécutifs en Major League Baseball. Il a toujours été l’un des meilleurs joueurs. Pas le plus spectaculaire, mais facilement le plus fiable pendant très longtemps. Et lorsque la série de Ripken a pris fin, c’est parce qu’il s’est retiré de l’alignement. Ce sera probablement le cas de Pearl Jam. Le leader Eddie Vedder a récemment déclaré à MOJO que le groupe avait probablement encore un ou deux disques dans le réservoir.

Pendant ce temps, le groupe continue d’avancer. Cependant, le nouvel abum de Pearl Jam possède un avantage et un enthousiasme que l’on n’avait pas entendu chez le groupe depuis longtemps.

La différence cette fois-ci est la présence du superproducteur Andrew Watt, qui s’est fait les dents en produisant des groupes pop comme Justin Bieber et Miley Cyrus. Ces dernières années, il a montré son véritable amour du rock en produisant des groupes tels que les Rolling Stones, Iggy Pop et Ozzy Osbourne. Né l’année où Pearl Jam s’est formé, il est également un fantastique guitariste (jouer de la guitare sur un disque d’Ozzy n’est pas un mince exploit, étant donné que ce poste a été l’un des plus convoités pendant des décennies). Il n’est donc pas surprenant que Watt, qui est un grand fan de Pearl Jam, ait fait appel aux guitaristes Mike McCready et Stone Gossard sur Dark Matter.

Le disque fait l’objet d’un buzz considérable depuis des mois, en partie à cause de la présence de Watt et en partie grâce au premier single et à la chanson-titre. Pour la première fois depuis 1998, Pearl Jam a atteint la première place du classement Billboard. « Dark Matter » s’est hissé à la première place du classement Mainstream Rock Airplay de Billboard. Il a également atteint la première place du classement Billboard Rock & Alternative Airplay.

Le premier morceau du nouvel album de Pearl Jam,  » Scared Fear « , est un riff de guitare direct et efficace qui rebondit entre les oreilles des auditeurs. Ce n’est pas le meilleur début, mais c’est un album qui s’améliore au fur et à mesure qu’il avance. « React, Respond » est tout simplement génial. Quelqu’un a donné de la caféine au bassiste Jeff Ament pendant qu’il écrivait cet album, car il est toujours aussi présent dans le mixage et la structure des chansons. L’enthousiasme est contagieux et on a l’impression que les musiciens s’éclatent.

« Wreckage » n’est pas aussi rapide et bruyant, mais c’est une meilleure chanson. Vedder fait appel à l’une de ses forces : l’émotion et le fait de chanter comme il le pense. Sa voix domine tandis que ses coéquipiers font exactement ce qu’ils doivent faire derrière lui. Ils savent tous quand relâcher l’accélérateur et quand l’enfoncer à nouveau.

Le titre est un choix intéressant pour un premier single. Ce n’est pas la chanson la plus accrocheuse de l’album, ni la meilleure. Cameron a l’occasion de montrer ses talents et le riff staccato ressemble presque à celui de Soundgarden (à plusieurs reprises sur le disque, on peut entendre des échos de Temple of the Dog« , le projet hybride Soundgarden/Pearl Jam de 1990, auquel beaucoup attribuent le décollage de la scène de Seattle). C’est vraiment enthousiaste, et Cameron et les guitares ne font que renforcer le chaos contrôlé à la fin.

Cela prépare  » Won’t Tell « , un autre exemple de l’habileté de Pearl Jam à relâcher l’accélérateur et à laisser à Vedder l’espace nécessaire pour travailler. C’est un domaine dans lequel le groupe a toujours été doué : donner à une voix rock unique et classique l’espace nécessaire pour écrire des accroches, tout en jouant de manière dynamique et sans sacrifier la puissance.

« Upper Hand » respire profondément, donnant à nouveau de l’espace à Vedder, mais avec des changements de guitare fantastiques. Le solo est parfait, très en avant, ce qui a sans doute été encouragé par Watt. Les fans de rock ont tendance à oublier que la guitare peut être tout aussi puissante lorsqu’elle est rythmée, plutôt que simplement déchirée. Comme la façon dont, sur « Upper Hand », il évolue avec le double temps inattendu de Cameron derrière le dernier lead. C’est très bien conçu.

« Waiting for Stevie  » est une chanson décente du nouvel album de Pearl Jam, qui se construit à la fin parce que, quand tout le reste échoue, la dynamique et un grand solo de guitare fonctionnent tout simplement. La chanson suivante,  » Running « , nous accroche les oreilles, avec un début de basse sauvage d’Ament et un tempo martelant qui se développe en un pont à mi-temps vers la fin, qui ne fait qu’accentuer la fin. C’est un groupe vétéran qui se lâche pour s’amuser comme un jeune punk.

« Something Special » donne à nouveau à Vedder suffisamment d’espace pour créer une grande mélodie. Les prouesses de Watt en matière de mixage se manifestent ici ; tout le monde est entendu en même temps, ce qui, dans des mains moins compétentes, peut être désordonné. L’arrangement est également excellent. Des chansons comme celle-ci sont amusantes à jouer, même si elles sont plus douces.

« Got to Give » a un riff mid-tempo et enjoué, avec Vedder qui remplit les vides jusqu’à ce que le groupe reprenne le dessus vers la fin. C’est peut-être le morceau le plus proche du remplissage que l’on puisse trouver sur Dark Matter, mais il est tout de même très agréable à écouter.

Dark Matter se termine par « Setting Sun », qui sonne comme si Pearl Jam en avait eu l’idée autour d’un feu de camp sur la plage. Ce qui commence agréablement, avec Vedder chantant que tout va bien, ajoute des couches et du volume et devient encore meilleur après la moitié de l’album, lorsqu’une ambiance est ajoutée autour du lead de la guitare. C’est bien placé et cela sert bien le reste de la chanson. Pearl Jam a encore de beaux jours devant lui. Même avec l’impressionnant catalogue du groupe, un ou deux disques de plus ne suffiront peut-être pas.

Notre avis sur le nouvel album de Pearl Jam, Dark Matter ? Dark Matter se termine par « Setting Sun », qui sonne comme si Pearl Jam en avait eu l’idée autour d’un feu de camp sur la plage. Ce qui commence agréablement, avec Vedder chantant que tout va bien, ajoute des couches et du volume et devient encore meilleur après la moitié de l’album, lorsqu’une ambiance est ajoutée autour du lead de la guitare. C’est bien placé et cela sert bien le reste de la chanson. Pearl Jam a encore de beaux jours devant lui. Même avec l’impressionnant catalogue du groupe, un ou deux disques de plus ne suffiront peut-être pas.

La tracklist de Dark Matter

  • Scared of Fear
  • React, Respond
  • Wreckage
  • Dark Matter
  • Won’t Tell
  • Upper Hand
  • Waiting For Stevie
  • Running
  • Something Special
  • Got To Give
  • Setting Sun

Ecoutez Dark Matter de Pearl Jam