Les meilleures chansons de Alice in Chains

Découvrez notre liste des meilleures chansons de Alice in Chains

Place à notre liste des meilleures chansons de Alice in Chains. Alice In Chains est l’un des groupes les plus en vue du mouvement grunge du début des années 90. Il fait partie du « Big Four of Grunge« . Ils ont propulsé un son qui leur était propre, en contraste frappant avec les styles individuels qui sont devenus synonymes de groupes comme Nirvana, Pearl Jam et Soundgarden.

C’était une pincée de Heavy Metal, avec un chaudron de morosité, de désespoir, de toxicomanie et de démons personnels bien mélangés à cette essence alternative tranchante qui allait bientôt changer le paysage de la Génération X, entre autres choses.

Original Album Classics
  • Record Label: Sony
  • Catalog#: 88697 944482
  • Country Of Release: NLD
  • Year Of Release: 2011
  • Notes: Jar Of Flies / Sap / Unplugged
Promo
Greatest Hits [Import]
  • Record Label: Epic
  • Catalog#: 5041232
  • Country Of Release: NLD
  • Year Of Release: 2001
Alice in Chains
  • Record Label: Sony
  • Catalog#: 4811142
  • Country Of Release: NLD
  • Year Of Release: 2001

Chaque membre du groupe a apporté sa propre touche au son qui allait nourrir l’angoisse et le désespoir des nihilistes de l’après baby-boom. Alors profitez de nos dix meilleures chansons d’Alice In Chains :

Notre liste des meilleures chansons de Alice in Chains

10 – Real Thing

C’est la chanson qui clôturait leur premier album, Facelift, et elle ne déçoit pas en laissant une impression durable sur vous une fois que vous avez atteint la fin de cet album.

Avec ses riffs imbibés de whisky, ses paroles sinistres empreintes de violence et d’excès, la jovialité grandiloquente de Staley dans la façon dont ses cris vous bousculent par la clavicule, et son ambiance générale propice à la bagarre, Real Thing est un classique d’Alice In Chains. Et n’oubliez pas la référence à Coming to America à la toute fin de la chanson.

9 – Sludge Factory

Leur album éponyme de 1995 est probablement le plus méconnu, car il est beaucoup plus structuré que leurs albums précédents et n’est pas aussi palpitant ; il y a toujours une bonne part d’utilisation de guitares lourdes, mais c’est un son beaucoup plus distinctif qui met davantage l’accent sur la mélodie que sur le volume.

« Sludge Factory » est une exception, c’est sans aucun doute la chanson la plus lourde de l’album. Le voyage périlleux dans la descente de la folie totale ne peut pas être ignoré, même avec le swagger influencé par Black Sabbath qui est présent tout au long de l’album ; l’outro parlée qui sonne comme un robot coké vous entraînant vers Thanatos est assez mémorable.

8 – Rain When I Die

Plusieurs chansons de leur deuxième album classique, Dirt, seront omniprésentes dans cette liste. La chanson commence par l’un des licks de basse les plus méchants avant de descendre dans un travail de guitare à plusieurs niveaux qui broie vos nerfs comme des tronçonneuses excitées avec des hurlements wah wah qui donnent l’impression que la hache de Catrell fait une crise d’épilepsie.

Et puis il y a ce riff principal, mec ; il serait difficile de ne pas se taper la tête dessus. Et la façon dont la chanson s’estompe lentement vers la fin avant d’augmenter son pandémonium et les chants de Staley jusqu’à ce qu’elle s’arrête brusquement : tout simplement fabuleux. L’une des meilleures chansons de Alice in Chains.

7 – Bleed the Freak

Cet album est sorti en vinyle uniquement sur l’album Facelift. C’est l’un des morceaux les plus menaçants du groupe, qui parle de ce genre de personnes qui ne cherchent qu’à vous abattre dès qu’elles en ont l’occasion ; c’est un hymne puissant qui combat ce genre de scepticisme.

C’est un hymne puissant qui combat ce genre de scepticisme. De plus, il contient l’un de leurs riffs les plus sombres ; du pur doom, baby ! Une 7ème place bien méritée dans notre liste des meilleurs titres de Alice in Chains.

6 – Nutshell

C’est la solitude, la tristesse et la mort dans sa forme la plus brute. Bien qu’elle ne soit pas sortie en single, elle est toujours reconnue comme l’une de leurs meilleures, bien qu’il faille être d’une humeur particulière pour s’asseoir et l’écouter sans avoir à se lever et à prendre une douche.

La version live de MTV Unplugged est évidemment la meilleure ; on y entend les cris d’un homme frêle et vaincu qui met toute son âme dans ces paroles sinistres. Ce numéro acoustique est tout simplement magistral.

5 – I Stay Away

Lorsque Alice In Chains a sorti Jar of Flies en 1994, ils ne se doutaient pas qu’il deviendrait le premier E.P. de l’histoire de la musique à débuter à la première place du Billboard 200. C’est ici que le groupe a pris un détour stylistique, remplaçant sa lourdeur par une certaine sérénité (voir Nutshell pour un exemple évident).

Coécrit avec le bassiste Mike Inez, I Stay Away est la seule chanson du groupe à faire appel à un orchestre à cordes, et génère un ton plus émouvant qui n’a rien à voir avec la morosité habituelle du groupe. Layne Staley n’a jamais été aussi harmonieux vocalement qu’ici, et c’est pourquoi cette chanson fait partie du top 5.

4 – Rooster

C’est une chanson magnifique et hard-rock sur les effets psychologiques de la guerre. Jerry Cantrell a écrit cette chanson à propos de son père qui a combattu au Vietnam ; Rooster était le surnom qu’on lui donnait quand il était jeune, en référence à ses cheveux qui dépassaient toujours. Les paroles passent en revue chaque étape pénible de la guerre et les conséquences néfastes qu’elle a sur l’esprit, le corps et l’âme.

Avec sa progression d’accords persistante trempée dans le flanger, ces croons imminents offerts par Staley et Cantrell, et ce refrain percutant avec cette ligne impactante, « no we ain’t gonna die », Rooster est l’un des plus engageants de l’histoire du groupe.

Place maintenant au podium des meilleurs titres de Alice in Chains

3 – Man in the Box

Si vous cherchez une introduction digne de ce nom à Alice In Chains, voici la chanson qu’il vous faut. Elle a tout ce qu’il faut : des riffs de tueur masqués par une boîte à paroles, des paroles ambiguës habillées d’un symbolisme troublant, un solo de guitare meurtrier, et Staley qui sort une tessiture de la taille d’un bazooka dans sa cornemuse. Ce n’est pas pour rien que cette chanson est la plus connue et la plus aimée du groupe. Bienvenue sur le podium des meilleures chansons de Alice in Chains.

2 – Down In A Hole

Il s’agit sans doute de leur composition la plus vulnérable, qui présente le groupe à un moment très profond de sa carrière. Il s’agit d’une ballade écrite pour l’amour de longue date de Cantrell, mais ne vous laissez pas tromper par ses sensibilités tendres ; la chanson est toujours aussi puissante. Les embellissements sont à savourer, qu’il s’agisse de la progression en la bémol mineur, du merveilleux unisson entre les voix de Staley et de Catrell, ou de l’imagerie de bon goût contenue dans les paroles.

La mécanique est presque poétique, ce qui n’est généralement pas omniprésent dans un morceau d’Alice. On ne peut nier la beauté du vers « I’ve eaten the sun so my tongue has been burned of the taste » (j’ai mangé le soleil, ma langue a été brûlée), ou de ce vers dans le refrain : « Je voudrais voler, mais mes ailes m’ont été refusées. » Il y a quelque chose d’angélique dans la chanson quand les interprétations visuelles prennent le dessus.

1 – Would ?

La chanson numéro 1 de notre liste des 10 meilleures chansons de Alice in Chains est « Would ? ». Il nous a fallu du temps pour choisir une chanson qui soit la « meilleure » autoproclamée, mais nous avons l’impression qu’il s’agit de la chanson qui résume le groupe. C’est la bonne conclusion pour un album presque parfait. « Would ? » a servi d’éloge funèbre au chanteur du groupe Mother Love Bone, Andrew Wood, décédé d’une overdose d’héroïne en 1990. Ce fut l’un de leurs plus grands succès, et ce pour des raisons évidentes.

Le riff de basse roulant, le rythme giratoire, la présence réservée de la guitare et l’évocation du cœur des années quatre-vingt-dix en font leur chanson la plus essentielle. Fait amusant : la chanson est apparue pour la première fois en 1992 dans le film Singles, consacré à la scène grunge de Seattle ; Alice In Chains y a fait une apparition, aux côtés de Pearl Jam et Soundgarden, et a interprété la chanson en direct.