Lana Del Rey – Blue Banisters – 2021

Découvrez notre chronique du nouvel album de Lana Del Rey, Blue Banisters

Note : 4 sur 5.

Notre avis du nouvel album de Lana Del Rey en 2021 : Blue Banisters

Chaque nouvel album de Lana Del Rey est un évènement. Mais un nouvel album 7 mois seulement après la sortie de Chemtrails Over the Country Club est encore plus attendu. Le 8ème album de Lana Del Rey s’appelle donc Blue Banisters. Notre avis sur Blue Banisters, le nouvel album de Lana Del Rey ? En atteste les premiers titres sortis, Del Rey nous livre un album tout en douceur avec pour thème central la solidarité féminine.

Depuis 13 ans, Lana Del Rey produit de la musique aux paroles richement poétiques tout en créant un monde glamour et sombre de la société américaine. Tout trois sortis le même jour, les premiers singles tirés de Blue Banisters, « Blue Banister », « Text Book » et « Wildflower Wildfire » sont dans la droite lignée du registre favori de l’artiste américaine. Les deux premiers ont été écrits en duo avec Gabriel Edward Simon alors que « Wildflower Wildfire » a reçu l’aide appuyée de Mike Dean, un des plus grands collaborateurs de Kanye West.

Ces premiers singles pré-publiés présentaient la chanteuse se réconciliant avec des relations toxiques dans son passé grâce aux pouvoirs de guérison de la solidarité féminine – faisant allusion au reste du contenu de l’album.

Tout n’est pas nouveau sur le nouvel album de Lana Del Rey. La dernière partie de Blue Banisters est composée de morceaux qui remontent à 2013 alors qu’elle écrivait pour Ultraviolence avec son petit ami de l’époque Barrie-James O’Neil. Certains des autres ont été écrits avec Alex Turner et Miles Kane de The Last Shadow Puppets tandis que beaucoup d’entre eux ont été fraîchement écrits pendant la pandémie.

Y a quoi sous le capot de Blue Banisters, le nouvel album de Lana Del Rey en 2021

La chanson titre, « Blue Banisters », s’ouvre avec Del Rey récitant une conversation avec son amie Jenny. Jenny interroge Del Rey sur une photo d’elle assise sur un tracteur John Deere. En réponse, Del Rey déplore « Oklahoma » et chante un souvenir flou dont elle ne se souvient pas. Dès le début, Del Rey fait allusion à un passé troublé et à une version d’elle-même qu’elle ne connaît plus, se présentant comme en voie de guérison.

Les premiers couplets de cette chanson sont truffés d’images similaires à celles qui ont dominé « Chemtrails Over the Country Club ». La référence de Del Rey à l’Oklahoma se connecte au morceau « Tulsa Jesus Freak » où elle chante une relation passionnée « chauffée à blanc » qui l’a fait ne plus se sentir comme « une bougie dans le vent ».

Le refrain de la chanson informe les auditeurs sur le symbolisme derrière les « Blue Banisters ». Del Rey chante un homme dans son passé qui lui a promis le bonheur et un avenir tant qu’elle a peint ses rampes en bleu (Blue Banisters). Lorsque le refrain se répète, Del Rey change les paroles pour parler de «ses sœurs» qui tentent de guérir le «trou dans son cœur» en peignant ses rampes «vertes et grises». Il est clair que cette chanson est axée sur l’amitié féminine et la guérison collective, contredisant le personnage qu’elle dépeint dans « Tulsa Jesus Freak »

Le morceau suivant, « Wildflower Wildfire », emmène les auditeurs dans un autre domaine inexploré de la vie de la chanteuse – sa relation avec sa mère. Cela met en évidence une autre relation féminine, bien que troublée. Elle chante comment son « père n’est jamais intervenu / quand sa femme se mettait en colère contre moi ». Elle laisse entendre que cette relation l’a amenée à avoir des problèmes de santé mentale

Le dernier des trois premiers singles du nouvel album de Lana Del Rey, Blue Banisters, « Text Book », évoque le désir de Lana Del Rey de se réconcilier avec son père et mentionne « réécrire l’histoire ». Elle fait référence à son mécontentement dans sa relation avec l’homme de « Blue Banisters » et à la version d’elle-même qu’elle était avec lui. Les hommes qu’elle a rencontrés qui s’étaient un jour « sentis bien » ont fini par la trahir. En fin de compte, cette chanson examine ses relations amoureuses à travers sa relation avec sa figure paternelle. La chanson semble parler de son regret d’avoir laissé ses relations avec les hommes modeler la façon dont elle se voyait.

On continue le nouvel album de Lana Del Rey Blue Banisters avec « Black Bathing Suit » qui parvient d’une manière ou d’une autre à synthétiser le son de toute la carrière de Del Rey en une seule chanson. Le titre a l’obscurité d’Ultraviolence, l’esthétique bad girl de Born To Die et la vulnérabilité de Norman Fucking Rockwell.

Del Rey a le don de faire sonner ses ballades comme des standards américains qui existent depuis des générations. « If You Like Down Next To Me » est le « Let Me Love You Like A Woman » de l’album mais avec une performance vocale beaucoup plus audacieuse. Del Rey s’accroche à la fin d’une relation avec une chanson à la fois tragique et romantique. Une des meilleurs chansons de l’album.

On enchaine avec « Thunder », une ballade tentaculaire et vintage avec l’une des productions Del Rey les plus complètes que nous ayons entendues. Là aussi, l’un des moments forts du nouvel album de Lana Del Rey.

Les titres de clôture des albums de Lana Del Rey sont souvent des prouesses artistiques. « Sweet Carolina » ne déroge pas à la règle. C’est une belle pièce pleine d’espoir écrite avec son père et sa sœur.

Notre avis sur le nouvel album de Lana Del Rey, Blue Banisters ? L’album vous frappe plus immédiatement que Chemtrails. Il a beaucoup plus de franchise qui a fait le succès de Norman Fucking Rockwell et qui le rend instantanément sympathique. C’est un regard vivant et largement dévoilé sur sa vie qui aborde de front les critiques sur son authenticité. Très peu de déchets (« Cherry Blossom », « Interlude -Trio ») et encore une fois un album de haut niveau pour la chanteuse américaine. Un des meilleurs albums de 2021.

Ecoutez le nouvel album de Lana Del Rey, Blue Banisters ici :

Découvrez d’autres articles !