Les meilleurs albums de AC/DC

Découvrez le classement des meilleurs albums de ACDC

Découvrons ensemble le classement des 10 meilleurs albums de AC/DC. Comment présenter en quelques lignes ce groupe de légende ? AC/DC est un groupe de rock australien, formé par les frères Young (Marcus et Angus). Son chanteur charismatique Bon Scott meurt en 1980 et sera remplacé par Brian Johnson.

La même année sort Back In Black, un monument du rock est encore aujourd’hui le 2ème album le plus vendu au monde (derrière Thriller de Michael Jackson) avec plus de 50 millions d’unités vendus. Lancé dans les années 1970, le groupe aura sorti 17 albums studio dans une très grande majorité aura inspiré les groupes de rock des années 80 à aujourd’hui. Quels sont les meilleurs représentants de la discographie de AC/DC ? Let’s Rock Baby !

Live
  • Record Label: Epic
  • Catalog#: 5107732
  • Country Of Release: NLD
  • Year Of Release: 2007
  • Notes: =Remastered In Digipack=
Promo
POWER UP
  • Package Dimension value is 0.26 H inches x 5.64 L inches x 5.3 W inches
  • Package Weight value is 1.92 ounces
  • POWER UP will be available in multiple configurations that will excite collectors and die-hard fans alike, including digital, CD, and deluxe versions
Highway to Hell
  • Ships in Certified Frustration-Free Packaging

Notre classement des meilleurs albums de AC/DC

Fly On The Wall (1985)

On commenc enotr eliste des meilleurs albums de AC/DC avec Fly On The Wall. En 1980, avec Back In Black, AC/DC avait tout bon. Mais cinq ans plus tard, avec Fly On The Wall, ils se sont trompés sur toute la ligne – terriblement.

Pour Flick Of The Switch (1983), sans Mutt Lange comme producteur, AC/DC a choisi la voie du bricolage, et ça a marché. Avec son son dépouillé et sec comme de l’os et quelques morceaux bien sentis, c’est leur disque le plus sous-estimé. Mais avec Fly On The Wall, ils ont perdu le fil.

En tant que coproducteurs, Malcolm Young et Angus Young ont réussi à faire sonner AC/DC comme un groupe en hommage à une mauvaise soirée, et en tant qu’auteurs, tout ce qu’ils ont pu rassembler, c’est une chanson à moitié décente, « Shake Your Foundations ». Au final, l’album est un désastre. Cela dit, il y a des gens qui l’aiment.

Fly on the Wall
  • Record Label: Epic
  • Catalog#: 5107682
  • Country Of Release: NLD
  • Year Of Release: 2003
  • Notes: =Remastered Album In Digipack=

Blow Up Your Video (1988) – l’un des moins bons albums dans la discographie de AC/DC

Harry Vanda et George Young, les hommes qui avaient orchestré le son d’AC/DC, étaient de retour pour produire Blow Up Your Video, et le groupe était prêt à se frayer un chemin vers le sommet du hard rock.

« Heatseeker » est le tube de l’album : une ode subtile aux racines Chuck Berry des années 50, qui ne vous assomme pas comme le font la plupart des méga-jams d’AC/DC, mais qui s’installe dans un groove sourd et profond et s’y tient. Le single suivant, « That’s The Way I Wanna Rock’n’Roll », s’éloigne des années 80, dominées par le métal, et imagine un Elvis Presley hard-rock. Le message était clair : les tendances vont et viennent, mais AC/DC est éternel.

Pourtant, Blow Up Your Video n’est pas l’un des grands albums d’AC/DC, loin de là. À l’exception de ces deux chansons, il s’agit en grande partie d’un album de morceaux profonds et sans intérêt. Et c’est là la principale différence entre les grands albums d’AC/DC et les moins grands : les bons sont tous des tueurs, sans remplissage, chaque morceau étant une bouchée finement élaborée de hard-core rock’n’roll si serré et si mortel qu’il ne peut être raisonné, empilé sur deux faces. En mauvaise position dans la discographie de AC/DC.

Blow Up Your Video
  • Record Label: Epic
  • Catalog#: 5107702
  • Country Of Release: NLD
  • Year Of Release: 2003
  • Notes: =Remastered 1988 Album=

Flick Of The Switch (1983)

Enregistré aux studios Compass Point à Nassau, aux Bahamas, où AC/DC a créé Back In Black, les Youngs ont cherché à revenir à l’essentiel, à quelque chose de plus immédiat, de moins raffiné que leur précédent album For Those About To Rock. C’est ce qu’ils ont fait, car Flick Of The Switch semble vraiment avoir été fait à la va-vite. Un peu d’agressivité n’a jamais fait de mal à une chanson d’AC/DC – le problème, c’est que les chansons ne sont pas exceptionnelles.

Le matériel va de faible (Bedlam In Belgium, Nervous Shakedown) à acceptable (Guns For Hire, la chanson titre, Badlands) en passant par ennuyeux (Rising Power, Deep In The Hole). Les riffs ont une saveur de restes réchauffés, tandis que le leitmotiv des paroles est passé de l’espièglerie à l’oisiveté. Le changement de Lange n’était pas nécessairement une erreur, mais le fait de ne pas avoir un producteur solide pour s’assurer qu’AC/DC soit à la hauteur l’était certainement. Loin d’être l’un des meilleurs albums de AC/DC.

Flick Of The Switch
  • Record Label: Epic
  • Catalog#: 5107672
  • Country Of Release: NLD
  • Year Of Release: 2003
  • Notes: .. =Remastered=

’74 Jailbreak (1984)

On poursuit notre remontée du classement des meilleurs albums de AC/DC avec Jailbreak. Il s’agit plus d’un EP que d’un album, mais par souci d’exhaustivité, il vaut la peine de se pencher sur ce mini-album sorti en 1984 par une maison de disques désireuse de continuer à offrir à AC/DC de bonnes choses. La démarche était peut-être cynique, mais elle a au moins permis d’attirer l’attention du monde entier sur le titre de l’album.

À l’origine, il s’agissait du dernier morceau de l’album australien Dirty Deeds Done Dirt Cheap et d’un single sorti en 1976. Jailbreak avait été supprimé de la version internationale de cet album, ce qui signifie que, quatre ans après la mort de Bon Scott, c’était la première fois que beaucoup d’entre nous entendaient son histoire joyeuse d’actes malhonnêtes et de mesures désespérées. Bon n’a jamais autant ressemblé à son héros Alex Harvey qu’ici, tandis que l’imitation par la SG d’Angus Young des projecteurs, des sirènes et des tirs de fusil est une touche de douceur.

Les autres titres sont tous apparus à l’origine sur la version australienne du premier album High Voltage. You Ain’t Got A Hold On Me est un rocker décent au rythme moyen, Show Business ressemble presque à Status Quo dans son boogie simple, tandis que Soul Stipper est AC/DC à son plus funky, avec un accompagnement qui aurait pu sortir tout droit d’un film de Blaxploitation. Baby, Please Don’t Go est une reprise de la chanson de Big Joe Williams rendue célèbre par le groupe Them de Van Morrison et qui a ouvert l’album High Voltage. C’est aussi le deuxième morceau le plus essentiel de l’EP : une déclaration d’intention d’un jeune groupe débutant, c’est le blues réfracté à travers un prisme australien – rapide, dur et ré-équipé pour les salles de bar de Sydney.

’74 Jailbreak
  • Record Label: Epic
  • Catalog#: 5107582
  • Country Of Release: NLD
  • Year Of Release: 2003
  • Notes: =Remastered 1984 In Digi-Pack=

Ballbreaker (1995)

Avec le retour du batteur Phil Rudd et l’arrivée de Rick Rubin, fan de longue date d’AC/DC, en tant que producteur et promettant de restaurer le son classique des premiers enregistrements du groupe, les choses semblent prometteuses. Cependant, en raison de problèmes de production, ils ont eu du mal à obtenir un bon son de batterie, ont jeté 50 heures d’enregistrement, ont changé de studio et ont débordé sur le projet suivant de Rubin (l’album One Hot Minute des Red Hot Chili Peppers). Soudain, AC/DC partageait son producteur – un producteur dont la technique consistait à leur faire jouer des chansons encore et encore jusqu’à ce que le groupe se lasse de les entendre.

Au crédit de Rubin, Ballbreaker sonne fantastiquement – aussi chaud et accueillant que le bourdonnement d’un ampli à lampes vintage – mais il ne contient pas de chansons vraiment géniales. Le morceau d’ouverture Hard As A Rock, avec son riff staccato et ses paroles ridiculement priapiques (« Her hot potatoes, will elevate ya ») est le meilleur de la bande, tandis que le morceau de clôture est aussi agréablement sale que n’importe quel morceau de Dirty Deeds, mais presque tout ce qui se trouve entre les deux est la définition de « remplissage ». Dans le bas du classement des meilleurs albums de AC/DC.

Promo
Ballbreaker
  • Ballbreaker

Stiff Upper Lip (2000)

Réuni avec George Young et de retour à Vancouver, mais cette fois au Warehouse Studio de Bryan Adams, AC/DC a rétabli l’équilibre entre l’authenticité et la qualité avec Stiff Upper Lip. Beaucoup plus nuancé et moins excité que son prédécesseur Ballbreaker, l’album puise dans les plus anciennes inspirations du groupe – les riffs de Chuck Berry, le boogie de ZZ Top, le blues électrique de Muddy Waters – pour façonner un disque que l’on pourrait presque qualifier de « mature ». Presque.

Un album qui commence par la phrase héroïquement stupide  » I was born with a stiff  » ne va pas être entièrement domestiqué, mais sur des morceaux tels que le roulant House Of Jazz, le suave Safe In New York City et le down-‘n’-dirty Satellite Blues, le groupe a exploité une partie de la même puissance discrète et contrôlée qu’il avait investie dans Powerage. Ici, AC/DC a réussi le tour de force qu’il avait maîtrisé pendant les années Bon Scott, à savoir faire sonner sans effort toute une préparation et un travail acharné. Un bon album de AC/DC.

Stiff Upper Lip
  • Record Label: Columbia
  • Catalog#: 88697 082902
  • Country Of Release: NLD
  • Year Of Release: 2007
  • Notes: W/16P.Booklet & Access To Online Bonus Footage

Black Ice (2008)

Après avoir insufflé une nouvelle vie et un nouvel objectif au son vieux de plusieurs décennies de Bruce Springsteen et du E Street Band sur deux albums à succès, le producteur Brendan O’Brien a réitéré cet exploit avec Black Ice.

Guitariste accompli, O’Brien s’est concentré sur le noyau de l’attaque d’AC/DC : le rythme métronomique de Malcolm Young et les interjections enflammées d’Angus. En particulier, il s’est efforcé d’obtenir d’Angus des accroches courtes et éclatantes : le genre de fioritures qu’il avait montré sur Highway To Hell ou Back In Black, mais qui avait pratiquement disparu de son répertoire. L’album est immédiatement récompensé par l’approche d’O’Brien. Rock ‘N’ Roll Train, un vibrant appel aux armes, est la meilleure ouverture d’un album d’AC/DC depuis Hells Bells.

Mais tout n’a pas été parfait. Avec 15 titres et 55 minutes, Black Ice est tout simplement trop long et trop dépendant des rockers mid-tempo couplet-refrain qui étaient devenus le réglage par défaut d’AC/DC. Cependant, avec huit titres plus que corrects, il a obtenu un taux de réussite plus élevé que tout autre album d’AC/DC depuis For Those About to Rock… en 1981. Il s’est également avéré être leur album le plus réussi depuis cette date. Sorti le 20 octobre 2008, il s’est hissé à la première place dans 29 pays et s’était écoulé à six millions d’exemplaires à la fin de l’année. L’un des meilleurs albums de AC/DC.

Black Ice
  • Record Label: Sony/Bmg
  • Catalog#: 88697 392382
  • Country Of Release: NLD
  • Year Of Release: 2008
  • Notes: 2008 Album / 4 Panel Digipack

Rock or Bust (2014) – l’un des meilleurs albums de AC/DC du 21ème siècle.

Rien ne peut durer éternellement. Pendant un certain temps en 2014, il a semblé que le temps d’AC/DC était peut-être révolu. Malcolm Young, qui a fondé le groupe avec son frère et collègue guitariste Angus en 1973, a été diagnostiqué comme atteint de démence et s’est retiré du groupe. Cela semblait impensable, mais, enfermés avec le producteur Brendan O’Brien dans un studio de Vancouver, et avec le neveu de Young, Stevie Young, qui les remplaçait sur le rythme, ils ont continué.

Et comment. Rock Or Bust, produit des temps incertains d’AC/DC, est une réplique imposante à toute idée que le groupe pourrait être fini. Comme son nom l’indique, c’est un album qui place sa foi aux pieds du rock’n’roll, à la fois comme force réparatrice et comme vaccin contre tous les maux. Cela n’est nulle part plus explicite que sur le morceau-titre, qui s’élève sur le type de riff monolithique qu’Angus Young a breveté aux alentours de l’âge de pierre. La batterie de Phil Rudd s’écrase, la basse de Cliff Williams s’agite et Johnson hurle un manifeste défiant la fin de la terre : «  In rock’n’roll we trust/It’s rock or bust « . Un album important dans la discographie de AC/DC.

Rock Or Bust
  • AC/DC
  • R&P CASTELLANO
  • INTERNATIONAL
  • MUSIC

Live at River Plate (2012)

Le premier album live d’AC/DC depuis 20 ans serait une très grande affaire, si ce n’était pour un simple fait : la version DVD, sortie l’année précédente en 2011, était bien meilleure.

En DVD, Live At River Plate est sensationnel. Tourné dans un stade de football de la capitale argentine, Buenos Aires, lors de la tournée Black Ice, il capture une performance brillante du groupe et l’atmosphère enflammée générée par une foule sud-américaine en délire. Le moment où le chanteur Brian Johnson regarde pour la première fois la masse de fans, les poings levés et le visage illuminé par l’étonnement, est inestimable.

En comparaison, cette version CD n’est qu’un pis-aller. Mais cela reste un excellent album live, avec une ambiance électrisante et une setlist parfaitement dosée : quatre titres de Black Ice, un classique culte avec Dog Eat Dog, et une suite imbattable de You Shook Me All Night Long, T.N.T., Whole Lotta Rosie, Let There Be Rock, Highway To Hell et For Those About To Rock (We Salute You).

L’un des meilleurs albums de AC/DC.

Live at River Plate
  • Record Label: Columbia
  • Catalog#: 88765 411752
  • Country Of Release: NLD
  • Year Of Release: 2012

Live (1992)

Le deuxième album live d’AC/DC a été enregistré sur plusieurs dates de la tournée The Razor’s Edge de 1991 et comprend des morceaux enregistrés à Glasgow, Moscou, Donington, Birmingham et Edmonton. Si vous l’avez considéré comme une suite à If You Want Blood, la setlist fonctionne comme une célébration des années Brian Johnson : des titres comme Heatseeker, Money Talks, Thunderstruck et, bien sûr, Back In Black, côtoient une demi-douzaine de morceaux de l’ère Bon – et ne souffrent pas de la comparaison. Ils ne souffrent pas du tout de la comparaison.

Live est une réfutation triomphante de tous ceux qui prétendent encore que  » DC est mort avec Bon « . Jonno a une belle voix et de l’humour tout au long de l’album, et le cadre du live permet à Angus de s’étirer un peu. Sorti en édition collector simple et double disque, il vaut la peine de se procurer ce dernier, principalement parce qu’il permet d’entendre la version épique de 14 minutes de Jailbreak, parsemée de solos, mais aussi parce que – duh – plus d’AC/DC est évidemment mieux que moins. LE meilleur album live de AC/DC.

Live
  • Record Label: Epic
  • Catalog#: 5107732
  • Country Of Release: NLD
  • Year Of Release: 2007
  • Notes: =Remastered In Digipack=

Une réflexion sur « Les meilleurs albums de AC/DC »

Les commentaires sont fermés.