Les meilleurs albums de PJ Harvey

Découvrez notre liste des meilleurs albums de PJ Harvey

Place à notre classement des meilleurs albums de PJ Harvey. PJ Harvey est un caméléon musical qui se réinvente à chaque album, ce qui lui a valu d’être qualifiée de « Madonna indie ». Mais les transformations de la musicienne originaire du Dorset d’un album à l’autre ont vite fait de rendre les comparaisons avec la puissante Madge myopes. L’examen le plus superficiel de son catalogue révèle ses premiers enregistrements indie, ses expérimentations en matière de sonorité et d’électronique, ses enregistrements bruts et exposés sur quatre pistes et ses démos, ses chansons folkloriques anglaises, sa pop de chambre gothique et ses récentes incursions multi-instrumentales dans l’histoire de la guerre.

La voix du chanteur Brandon Boyd est passée des raps rapides influencés par Mike Patton à une voix confiante et sans peur, qui s’exprime avec grâce sur des notes longues et aiguës. Sur le plan instrumental, c’est une bête en constante évolution, avec chaque nouvel album, les goûts de chacun des musiciens grandissent et changent. On peut entendre le guitariste Mike Einziger ne plus s’inquiéter de jouer des parties excentriques et rapides et se consacrer plutôt aux mélodies sereines et à la beauté.

Promo
Rid of Me
  • Record Label: Island
  • Catalog#: 07314 5146962
  • Country Of Release: NLD
  • Year Of Release: 2000
Dry
  • Record Label: Too Pure
  • Catalog#: PURECD 10
  • Country Of Release: NLD
  • Year Of Release: 2001
Stories From The City, Stories From The Sea
  • Stories From The City, Stories From The Sea

Dresser une liste des meilleurs albums de PJ Harvey, une artiste qui renouvelle complètement son son d’un album à l’autre est un véritable défi, de nombreux fans ayant de très bonnes raisons de s’identifier à une version plutôt qu’à une autre de sa carrière riche en rebondissements. Ce qui est certain, c’est que Polly Jean Harvey est l’une des plus grandes et des plus singulières artistes que l’Angleterre ait jamais produites. Elle est un trésor national et, sans elle, le paysage de la musique britannique moderne semblerait bien moins aventureux.

Notre classement des meilleurs albums de PJ Harvey

9) Is This Desire ? (1998)

On commence notre classeme,nt des meilleurs albums de PJ Harvey avec Is This Desire ?. Avec tout le respect qu’on lui doit, il se peut que nous ayons à nous battre avec Mme Harvey dès le premier obstacle. La chanteuse a déclaré au Telegraph : « Je pense que Is This Desire ? est le meilleur disque que j’aie jamais fait – peut-être que je le ferai jamais – et je pense que c’est probablement le point culminant de ma carrière ». En réalité, la multiplication des morceaux atmosphériques à base de claviers, de basse et d’électronique qui avaient fait le succès de l’album précédent, To Bring You My Love, a souvent donné lieu à des résultats médiocres (comme en témoigne le très ironique Joy).

8) Uh Huh Her (2004)

Après son plus grand succès commercial, Stories from the City, Stories from the Sea (2000), il semble que Harvey ne soit pas tout à fait à l’aise dans la position où elle se trouve. Elle a expliqué par la suite au magazine Time Out qu’elle « voulait revenir au côté terreux, roots, plus sale des choses » après avoir frôlé le courant dominant. En conséquence, Uh Huh Her donne l’impression d’essayer de contrarier et de confronter l’auditeur, mais le plus souvent, son sixième album studio apparaît comme un ensemble d’idées inachevées et précipitées (ce qui est d’autant plus étrange qu’il y a eu quatre ans d’écart entre les deux albums).

7) The Hope Six Demolition Project (2016)

Il y a un point commun entre les trois premiers albums de ce compte à rebours : ils ont tous les trois suivi des albums très réussis et acclamés par la critique dans la carrière d’Harvey. Le concept de son neuvième album est intrigant, Harvey s’inspirant du temps passé avec le photographe/cinéaste Seamus Murphy dans des zones touchées par la pauvreté à Washington D.C., au Kosovo et en Afghanistan. En conséquence, comme son prédécesseur, c’est un album qui regarde vers l’extérieur plutôt que vers l’intérieur, Harvey adoptant une approche lyrique d’observation plutôt que personnelle.

6) Dry (1992)

On pursuit notre remontée du classement des meilleurs albums de PJ Harvey avec Dry. Dry, le premier album acerbe et bouillonnant de PJ Harvey, n’a rien perdu de l’impact qu’il a eu lorsqu’il a été dévoilé à un public sans méfiance en mars 1992. PJ Harvey (un groupe à ce moment-là avec le batteur Rob Ellis et le bassiste Steve Vaughan) est arrivé complètement formé, même si les enregistrements sonnaient un peu rudes sur les bords.

La musique de Dry se tord et se convulse en réaction aux paroles féroces de Harvey, en particulier sur les conflictuels « Plants and Rags » et « Happy and Bleeding », passant du désir à la violence en un clin d’œil. Les singles « Dress » et « Sheela-Na-Gig » ajoutent une qualité ludique tout en étant non moins abrasifs, ces deux futurs classiques étant enregistrés alors que Harvey n’a que 22 ans.

5) Rid of Me (1993)

À la suite d’une guerre d’enchères entre labels qui a abouti à la signature du trio chez Island, Harvey a choisi Steve Albini pour enregistrer son deuxième album, déterminé à garder les choses brutes, déchiquetées et nerveuses tout en faisant ressortir les aspects les plus durs qui auraient pu être tempérés sur Dry. La dynamique de la chanson titre bénéficie immédiatement des techniques d’enregistrement d’Albini.

Installés dans un studio isolé du Minnesota pendant deux semaines au milieu de l’hiver, le groupe et le producteur ont été complètement isolés du monde extérieur, ce qui a permis de capturer l’intensité sur la bande. (Albini retournera au studio en février 1993 pour enregistrer In Utero avec Nirvana). Sorti seulement 14 mois après Dry, Rid of Me améliore presque tous les aspects du premier album de Harvey, mais il montre aussi d’autres facettes de la musicienne, »Missed » étant peut-être son moment le plus tendre jusqu’à ce jour. Rid of Me est une œuvre d’art stupéfiante, mais personne n’aurait pu se préparer à ce que Harvey allait faire en tant qu’artiste solo.

4) Let England Shake

Sur son huitième album, Harvey incarne l’esprit d’un correspondant de guerre, consacrant des heures de travail à la recherche sur l’histoire des conflits. La clé de Let England Shake est qu’à aucun moment Harvey ne nous dit ce qu’il faut ressentir, mais que nous arrivons inévitablement à nos propres conclusions.

Le cri d’ouverture « Goddam’ Europeans ! » sur l’excellent « The Last Living Rose » cache de nombreuses nuances de sous-entendus, en particulier dans une Grande-Bretagne post-Brexit. Harvey a adopté l’autoharpe sur plusieurs chansons afin de garder ses compositions fraîches, une approche qui fonctionne à merveille sur « The Words That Maketh Murder » et « All and Everyone ». Elle a également adopté un style de chant différent, affectant un cri fantomatique et hanté qui est particulièrement efficace sur England.

Place au podium…

3) Stories from the City, Stories from the Sea (2000)

Stories from the City, Stories for them Sea est la lettre d’amour de PJ Harvey à un New York qui n’existe plus, capturant comme elle le fait l’agitation de la Grosse Pomme avant le 11 septembre. Harvey capture parfaitement la confusion et le chaos de la ville sur la chanson d’ouverture « Big Exit », mais ailleurs, on a l’impression que sa fuite de neuf mois à New York a été un reconditionnement pour l’âme.

Plusieurs chansons semblent dépeindre une relation romantique (« Good Fortune », « Beautiful Feeling », la merveilleuse « You Said Something »), l’horizon de Manhattan étant un personnage aussi intrinsèque que l’amant de Harvey. Après les sonorités dures et dérangeantes qu’elle a évoquées pour To Bring You My Love et Is This Desire, Harvey voulait créer quelque chose de luxuriant, de somptueux et de beau, et cet album reste son plus accessible commercialement à ce jour. C’est aussi l’un de ses meilleurs. Bienvenue sur le podium des meilleurs albums de PJ Harvey.

2) White Chalk (2007)

Le septième album studio de PJ Harvey est un chef-d’œuvre gothique victorien, son album le plus obsédant, le plus glaçant et le plus calme à ce jour. Composé principalement autour du piano, un instrument dont Harvey n’avait jamais joué auparavant, les mélodies sont des berceuses sinistres, des chansonnettes simples qui semblent intemporelles. La plupart des chansons auraient pu être composées au début du XXe siècle, et encore moins au début du XXIe.

Harvey semble brisée, une Miss Havisham démunie sur des titres comme « The Devil », « When Under Ethe »r et « The Piano », tandis que l’éventail de voix qui conclut Silence est tout simplement l’une des choses les plus glaçantes et les plus belles qu’elle ait jamais enregistrées. Les moments forts sont nombreux, mais White Chalk est à son meilleur lorsqu’il est consommé dans son ensemble, comme un regard sombre et profond sur la psyché d’une femme. Il s’agit certainement de l’album le plus sous-estimé de Harvey, et il est grand temps que White Chalk soit réapprécié.

1) To Bring You My Love (1995)

La première réinvention majeure de PJ Harvey s’est avérée être la plus réussie et la plus séduisante. Visant à écrire ses propres versions des standards du blues et des chansons de Captain Beefheart qu’elle aimait depuis des années, Harvey est réapparue aux yeux du public avec ce qu’elle appelait son look « Joan Crawford on Acid » (Joan Crawford sous acide) sur le visage.

Les références bibliques lyriques donnent un sens du grandiose, To Bring You My Love tisse un mélange séduisant d’humeur et de mélodrame. Dans ce cadre, Harvey chante la traversée de plaines désertiques, de frontières et d’océans et la rencontre avec le diable tout en maudissant Dieu. To Bring You My Love est dangereux, malveillant et souvent carrément dérangeant. Même le grand succès « Down by the Water » tourne autour d’un sinistre refrain chuchoté : « Little fish, big fish, swimming in the water / Come back here man, gimme my daughter ». Pour nous, le meilleur album de PJ Harvey.