Nouvel album de The Lumineers en 2022 – Brightside

Découvrez notre chronique sur le nouvel album de The Lumineers

Note : 4 sur 5.

Avec l’hiver qui bat son plein, c’est le moment des premières sorties majeures de 2022. Et The Lumineers ont décidément démarré les choses de manière optimiste. Le quatrième et nouvel album de The Lumineers, Brightside, retrouve le groupe en terrain connu, avec des paroles qui évoquent souvent de minuscules moments de romance. Notre avis sur le nouvel album de The Lumineers ? La musique est plus électrique et plus complète que sur leurs précédents albums, et cela fait un bien fou en ce début d’année.

Y a quoi sous le capot de Brightside, le nouvel album de The Lumineers en 2022

Une batterie silencieuse est associée à une guitare électrique sur le titre d’ouverture. Elle raconte une histoire d’engagement, à travers les bons et les mauvais moments. « Brightside » présente un son plus électrique et plus produit que celui que certains auditeurs de The Lumineers connaissent peut-être, mais cela fonctionne bien, surtout associé à des descriptions scéniques succinctes comme « I was stranded in the bed / You were listening to ‘The Dark Side of the Moon’/ I could barely see your eyes ».

Le morceau de conclusion, « Reprise », revisite l’ouverture mais présente un titre plus optimiste. Maintenant, Wesley Schultz et Jeremiah Fraites se dirigent vers le côté lumineux plutôt que d’être le côté lumineux. Le fait de placer les morceaux au début et à la fin de l’album fonctionne bien, car ils ne semblent pas réellement raconter la même histoire mais émettent la même imagerie.

« Where we are » est un mélange d’observations et de souvenirs. Schultz se souvient de sa relation et se demande sans cesse « What Was I? » à travers divers scénarios de la vie quotidienne, de l’expérience apaisante de regarder les ventilateurs de plafond au chaos des voitures qui s’écrasent sur les autoroutes de l’Arizona. « Where we are/ I don’t know where we are/ But it will be OK », chante-t-il à plusieurs reprises dans le refrain.

Le morceau le plus court de l’album, « Remington », dure moins de deux minutes et, une fois qu’il s’est construit, il est prêt à redescendre. Schultz fait référence à la puissance du soleil, décrivant le fait de se tenir debout et « d’attendre le soleil ce soir ». Le groupe a présenté ce titre en concert avec « Reprise » il y a plusieurs mois, et les deux chansons fonctionnent bien en tant que morceaux indépendants.

Parmi les cinq autres chansons de l’album de neuf titres, on trouve « Never Really Mine », où seule une guitare électrique soutient la voix vive et forte de Schultz. Il chante l’amour qui n’est pas conçu pour le temps. Il note que le temps qui passe prouve – sans le vouloir – que nous sommes réellement faits pour être ensemble.

Un interlude musical à mi-chemin de « Birthday » ralentit la chanson à son minimum, avec quelques applaudissements pour donner l’impression d’une performance live. Il reprend avec le même rythme trépidant alors que le duo chante « It’s all right/ We’re carrying on ».

Notre avis sur le nouvel album des Lumineers ? The Lumineers font le style de musique parfait à écouter à cette période de l’année. C’est chaleureux et réconfortant, et le groupe vise à répandre l’amour à travers ses chansons. Ils ne cherchent pas à se venger, et n’ont pas le cœur brisé. Si vous êtes envoyé en quarantaine, écoutez Brightside, car il s’agit sans aucun doute d’une très bonne demi-heure de détente.

Ecoutez ici Brightside de The Lumineers

Découvrez d’autres articles… Rock !