Nouvel album de Exodus – Persona Non Grata

Découvrez notre chronique du nouvel album d'Exodus Persona Non Grata

Note : 4.5 sur 5.


Après, le bombardement ambitieux de plus de 70 minutes du Atrocity Exhibition enregistré en 2007, ou Blood In, Blood Out dernier album en date, sorti en 2014, qui a vu le retour triomphal de Steve « Zetro » Souza au poste de chanteur dans un mariage bien accueilli de l’esprit à l’ancienne du groupe et de l’écriture de chansons de l’ère moderne. En ce mois de novembre 2011, voici le nouvel album d’Exodus, Persona Non Grata, le 11ème du nom.

Y a quoi sous le capot de Persona Non Grata, le nouvel album d’Exodus en 2021

Les marqueurs standard de ce que tout le monde attend d’un disque d’Exodus sont toujours au premier plan, dans l’ensemble. Les grognements fulgurants de Souza se sont parfaitement intégrés dans le giron – à la fois en studio et en live – et reprennent rapidement de l’importance sur la chanson titre d’ouverture de l’album. Les riffs rythmiques et les solos saccadés qui ont personnifié le travail du groupe émergent rapidement et propulsent le morceau comme une forte salve d’ouverture, mais cela ne suffit finalement pas à maintenir la durée totale de 7 minutes.

Malheureusement, cette sensation de ballonnement imprègne d’autres pistes tout au long du disque qui auraient autrement bénéficié d’un montage plus judicieux. Quarante ans après le début de leur carrière, EXODUS reste l’un des meilleurs à intégrer des grooves, le prouvant ici avec « Slipping Into Madness ». Le riff mid-tempo qui alimente le refrain du morceau aurait fait palir Pantera il y a vingt-cinq ans, mais il perd en quelque sorte de son éclat la troisième fois qu’il apparaît à la fin de ses cinq minutes.

Le barrage de six minutes de « Antiseed » serait une fin furieuse pour de nombreux autres disques, mais ici, cela ne fait qu’ajouter au sentiment d’engourdissement que l’on trouve à la fin du disque.

Pour autant, on retrouve quand même de très bons titres sur le nouvel album d’Exodus Persona Non Grata qui viendront sans problèmes intégrer les sets live du groupe. On pense notamment à la chanson « R.E.M.F. », un thrasher qui serait un coup de chaos énergique à n’importe quelle époque du groupe, et à chaque instant où Souza crie « Mother Fuckers! » du haut de ses poumons pendant la chanson nous donne du baume au coeur, façon heavy metal.

Enfin, le titre « The Beatings Will Continue (Until Morale Improves) » est une explosion de fureur contagieuse de trois minutes alimentée par un refrain qui ne manquera pas d’être chanté bruyamment par une foule en concert.

Notre avis sur le nouvel album d’Exodus, Persona Non Grata ? Il y a de nombreuses indications que quelque part à l’intérieur de « Persona Non Grata » on aurait pu trouver un véritable chef-d’œuvre de thrash de 45 minutes. Exodus a réussi à rassembler les pièces du puzzle de leur production abondante dans le passé, mais le moment semble maintenant venu où une approche plus stricte de leur prochain album peut être bien justifiée.

Ecoutez ici Persona Non Grata d’Exodus

Découvrez d’autres articles… Métal !