Nouvel album de Eels en 2022 – Extreme Witchcraft

Découvrez notre chronique sur le nouvel album de Eels - Extreme WItchcraft

Note : 4 sur 5.

Il y a quelque chose pour tous les fans du groupe sur le nouvel album de Eels, Extreme Witchcraft, mais celui-ci est surtout destiné à ceux qui préféraient l’époque Souljacker. Mark Oliver Everett, connu sous le nom de E, est une légende indé polyvalente. Lorsqu’il s’est associé à son coproducteur John Parish (qui a travaillé sur Souljacker en 2001), E avait clairement l’intention de faire du rock.

Notre avis sur le nouvel album de Eels ? La première moitié de l’album est pleine de riffs de guitare monstrueux et bourdonnants, dignes du rock garage. E a sorti quelques albums plus rock au cours de ses 13 années de EELS, mais il n’a pas vraiment joué dans ce bac à sable depuis un moment. Il prend clairement plaisir à le secouer.

Y a quoi sous le capot de Extreme Witchcraft, le nouvel album de Eels en 2022

Le morceau d’ouverture « Amateur Hour » fait son entrée en fanfare avec un son qui rappelle vaguement « What I Like About You » des Romantics.

« Good Night on Earth » combine un riff digne de Led Zeppelin qui tape du pied avec un orgue fantomatique et des claquements de mains, tandis que E chante comment il a trouvé où les choses ont mal tourné : “Once upon a time mom and dad felt fine/ Thought it was time for a birth/ Ever since then the trouble never ends/ But it’s a good night on Earth.”

Puis il y a un bref interlude moelleux qui rappelle les chansons plus simplistes des premiers EELS, comme « I Like Birds ». Sur « Strawberries and Popcorn », une ode à manger ce que l’on veut pour le dîner après une rupture, E déclare son indépendance de la manière la plus froide possible : “Slept all night with the TV on/ Spent the whole day with the curtains drawn/ Now I’m gonna eat some strawberries/ And popcorn for dinner ‘cause that suits me.”. Le ton décontracté et conversationnel est caractéristique de E, et vraiment, nous avons tous eu des repas nutritionnellement douteux pendant la pandémie.

On continue le nouvel album de Eels avec « Steam Engine ». Le titre est un surf rock entraînant avec une guitare chargée de réverbération, sur le temps qui passe. « Grandfather Clock Strikes Twelve » a un super groove et des grattements de guitare à la « Kiss » de Prince, et même des cuivres funky des années 70. E est connu pour être un grand fan de Prince, ayant repris plusieurs chansons de Purple One au fil des ans, cette chanson est donc sûrement un hommage.

« Stumbling Bee » ressemble plus aux débuts de EELS avec un jeu de clavier doux. C’est l’un de ces morceaux que les fans des premiers Eels apprécieront.

« The Magic » sonne comme Dire Straits, s’ils étaient un groupe de garage sale, alors que E se plaint de sa malchance habituelle en amour : “I saw you, you saw me/ I saw you look away/ I went to say hello/ You said you had a busy day.”.

« Better Living Through Desperation » fait écho au thème de la solitude : « Gonna go back home again/ Gonna switch the light/ Poor Mark alone in the dark/ Just another night, » chante E. « So Anyway » est une charmante petite chanson au piano qui ressemble à un passager clandestin des derniers albums de EELS, Wonderful, Glorious ou Tomorrow Morning.

E conclut le tout avec une chanson que toute personne en couple aimerait que sa moitié chante : « I Know You’re Right ».

Notre avis sur le nouvel album de Eels ? Extreme Witchcraft est un petit voyage amusant à travers les différentes timbres d’E. Il y a quelque chose ici pour tout le monde. Tout le monde y trouvera son compte,

Ecoutez ici Extreme Witchcraft de Eels

Découvrez d’autres articles… rock !