Les meilleurs chansons des Chemical Brothers

Découvrez notre liste des meilleures chansons des Chemical Brothers

Depuis plusieurs décennies, les meilleures chansons des Chemical Brothers ont puisé dans des influences allant du psychédélisme au hip-hop, redéfinissant la notion de musique de danse. Depuis le début des années 90, les Chemical Brothers – Tom Rowlands et Ed Simons – n’ont cessé de repousser les limites de la musique électronique.

Exit Planet Dust
  • dans un emballage certifié sans frustration
Born in The Echoes
  • New Store Stock
  • Tom Rowlands (Auteur)
Surrender
  • New Store Stock

À une époque où la musique de danse était l’apanage des clubs, le duo a embrassé le hip-hop, le psychédélisme, le jazz et l’indie pour créer un son initialement qualifié de Big Beat et qui est devenu plus riche et plus éclectique à chaque album. Au fil des ans, les Chemical Brothers ont fait appel à un nombre impressionnant de collaborateurs pour leurs chansons, de Noel Gallagher d’Oasis à Q-Tip de A Tribe Called Quest, accumulant au passage les tubes.

Notre top 10 des meilleures chansons des Chemical Brothers

10 – Out Of Control (Surrender, 1999)


On commence notre liste des meilleures chansons des Chemical Brothers avec « Out of Control ». Le tube dance numéro 1 au Royaume-Uni « Out Of Control » mettait en scène deux héros indie de la jeunesse de Tom et Ed : Bernard Sumner de Joy Division/New Order et Bobby Gillespie de Primal Scream.

C’est l’une des chansons dansantes les plus percutantes de l’album Surrender des Chemical Brothers, avec des basses lancinantes, proches de la transe, et des rythmes usinés. Mais vers la quatrième minute et demie, le rythme s’essouffle et les guitares surmultipliées et les bruits électroniques se combinent pour un moment de magie avant que le rythme ne reprenne, un bref interlude qui démontre la compréhension instinctive de la dynamique par le duo.

9 – Galvanize (Push The Button, 2005) – l’une des meilleures chansons des Chemical Brothers.


Le premier single de Push The Button (et numéro 3 au Royaume-Uni) était un appel universel à l’action avec Q-Tip de A Tribe Called Quest au chant. Dix ans plus tard, les Chemical Brothers continuent d’élargir leur son : l’accroche instrumentale de « Galvanize » est un sample de la partie de cordes serpentant dans « Hadi Kedba Bayna », une chanson de la chanteuse marocaine Najat Aatabou.

« Galvanize » est un autre exemple de la capacité des Chemical Brothers à créer une musique de danse palpitante, prête à faire la fête, à partir de sources disparates. Il leur a d’ailleurs valu le Grammy du meilleur enregistrement de danse en 2006.

8 – Life Is Sweet (Exit Planet Dust, 1995)


En 1994, les Chemical Brothers ont remixé « Patrol » des Charlatans, ce qui a incité le chanteur Tim Burgess à participer au chant de ce morceau phare de leur premier album, Exit Planet Dust. Le duo manipule les voix de Burgess – en y ajoutant de la distorsion, en les faisant pivoter dans le paysage sonore du morceau, ce qui ajoute un sentiment d’inquiétude à une chanson des Chemical Brothers déjà très énervée.

Cela signifie que lorsque le chant de Burgess apparaît sans effets, il sonne comme un chérubin, ajoutant une dimension sentimentale au morceau. C’est un signe précoce qu’il y avait beaucoup plus pour eux que de remplir des clubs. L’une des meilleures chansons des Chemical Brothers.

7 – Go (Born In The Echoes, 2015) – l’un des meilleurs titres des Chemical Brothers


La deuxième chanson des Brothers à laquelle participe Q-Tip est une autre gagnante. La chanson « Go », vive et drôlement funky, a été portée à un autre niveau par les jeux de mots intelligents du rappeur et par le refrain qui fait l’effet d’un stade (« We’re only here to make you go » – comme si cela n’avait jamais fait l’objet d’un doute).

La chanson a également donné lieu à des retrouvailles entre les Chemical Brothers et le cinéaste Michel Gondry (Eternal Sunshine Of The Spotless Mind), qui a réalisé son clip typiquement stylisé et surréaliste.

6 – Hey Boy Hey Girl (Surrender, 1999) – l’une des chansons les plus connues des Chemical Brothers.


« Hey Boy Hey Girl » nous rappelle que si Surrender a permis au duo d’expérimenter des sonorités plus sophistiquées que jamais, il est toujours capable de livrer un banger bien senti. L’appel au dancefloor (« Superstar DJs, here we go ! ») a été samplé à partir de « The Roof Is On Fire » de Rock Master Scott & The Dynamic Three, faisant découvrir ce classique du hip-hop à une toute nouvelle génération.

5 – Setting Sun (Dig Your Own Hole, 1997)


Les Chemical Brothers n’ont jamais hésité à déclarer leur amour des chansons des Beatles, mélangeant régulièrement leurs propres « Chemical Beats » avec le titre révolutionnaire de Revolver « Tomorrow Never Knows » pendant leurs concerts. Lorsque l’on a appris qu’ils avaient travaillé avec Noel Gallagher, auteur-compositeur d‘Oasis, le titre très attendu a été surnommé « Tomorrow Never Noels » par la presse.

« Setting Sun » a répondu aux attentes. Basé sur une vieille démo d’Oasis, il s’agit d’une mise à jour intense et vivante du chef-d’œuvre expérimental des Beatles et d’un single numéro 1 au Royaume-Uni. Noel reviendra sur Surrender pour l’éblouissant « Let Forever Be », suggérant un univers parallèle dans lequel les Chemical Brothers ont produit le troisième album d’Oasis et créé un classique du psych-rock.

4 – Leave Home (Exit Planet Dust, 1995)


Le premier single sorti sous le nom de The Chemical Brothers (plutôt que The Dust Brothers) était une déclaration d’intention. Le sample répété de « The brothers gonna work it out » (tiré du morceau house de Blake Baxter du même nom) nous assure que nous sommes entre de bonnes mains avant qu’ils ne déchaînent les breakbeats tout-puissants et les lignes de basse diaboliques de « Leave Home ». Près de trois décennies plus tard, l’énergie et la puissance de cet album restent intactes.

Place au podium des meilleures chansons des Chemical Brothers

Block Rockin’ Beats (Dig Your Own Hole, 1997)


Le deuxième single des Brothers, numéro 1 au Royaume-Uni, est une distillation du son qui a fait leur réputation – ces beats étaient si gros qu’ils pouvaient très bien faire trembler des pâtés de maisons entiers. Un sample du morceau « Gucci Again » du rappeur américain Schooly D, sorti en 1989, a donné son titre à la chanson, tandis que le break de batterie irrésistiblement funky provient du solo de Bernard Purdie sur « Them Changes ».

Ajoutez à cela de nombreuses sirènes de raid aérien et une ligne de basse délicieusement crasseuse et vous obtenez « Block Rockin’ Beats ». Bienvenue sur le podium des meilleures chansons des Chemical Brothers.

The Sunshine Underground (Surrender, 1999) – l’une des meilleures chansons des Chemical Brothers


La pièce maîtresse de Surrender commence de manière béatifique, avec un sample de sitar en boucle et des lavis de synthé ambiants qui laissent place à une section groove qui n’aurait pas dépareillé sur les The Three EPs de The Beta Band. Le calme est interrompu par l’arrivée d’un rythme percutant, transformant cette chanson des Chemical Brothers en une rave cosmique fantastique et sans limites pour les âges.

Star Guitar (Come With Us, 2002)


En tête de notre classement des meilleures chansons des Chemical Brothers, on retrouve « Star Guitar ». Pure évocation de l’extase du dancefloor, « Star Guitar » est à la fois luxuriant, induisant la transe et inexplicablement émouvant. Le titre tire son nom d’un sample du premier riff de guitare acoustique de « Starman » de David Bowie, imbibé de phasers et d’effets et presque méconnaissable.

La voix répétée de Beverley Skeete, « You should feel what I feel, you should take what I take », ajoute à l’impression de fête communautaire et de réalité altérée. La chanson a pris une autre dimension grâce au clip inoubliable de Michel Gondry, une union parfaite entre la chanson et l’image.