Powerwolf – Call Of The Wild – 2021

Découvrez notre chronique sur le nouvel album de POwerwolf en 2021 - Call Of The Wild

Note : 4 sur 5.

Notre avis du nouvel album de Powerwolf en 2021 : Call Of The Wild

L’année dernière, Powerwolf a sorti sa compilation Best Of The Blessed comme un moyen de se souvenir d’eux-mêmes en l’absence de tournées et de concerts. Cependant, pendant la période COVID, le groupe ne s’est pas reposé mais a enregistré son huitième album Call Of The Wild.


Notre avis sur le nouvel album de Powerwolf, Call Of The Wild ? Si vous connaissez déjà la musique de Powerwolf, vous savez exactement à quoi vous attendre et cela ne vous décevra pas : riffs Heavy/Power Metal, beaucoup de synthés, atmosphère pseudo-cléricale, épopée et la voix puissante d’Attila Dorn. Tout cela pleinement présent dans un nouvel album – le groupe adhère fortement à son concept, qui a rendu le groupe célèbre, mais essaie en même temps d’apporter quelque chose de nouveau.

Y a quoi sous le capot de Call Of The Wild, le nouvel album de Powerwolf en 2021

L’ouverture « Faster Than The Flame » commence donc par une construction lyrique lente avant d’exploser en un hymne métal rapide mais mélodique.

Les premiers singles « Beast Of Gévaudan » et « Dancing With The Dead » montrent bien ce que les fans obtiendront avec ce nouvel album de Powerwolf : nouvelle sortie: symphonie, chœurs mettant l’accent sur la voix d’Attila, refrains mémorables et mélodies entraînantes. Ce « Dancing With The Dead » sonne mieux que Beast Of Gevaudan.

Les éléments symphoniques qui ont été vraiment poussés en avant sur « The Sacrament Of Sin » et continuent là où ils se sont arrêtés et ne servent qu’à rendre le groupe encore plus grandiloquent. Il y a des moments où même le groupe s’approche de la référence Sabaton.

Il y a quelques nouveaux ingrédients sur Call Of The Wild. « Blood For Blood (Faoladh) » apporte une instrumentation irlandaise et une sonorité folklorique, tandis qu’« Alive Or Undead » n’est que leur deuxième grande ballade puissante, après « Where the Wild Wolves Have Gone ».

Tout adepte de Powerwolf devrait déjà connaître l’étendue des prouesses vocales de la chanteuse Atilla Dorn. À travers le tempo lent rare et poignant « Alive Or Undead », nous voilà avec l’une des interprétations les plus sincères et les plus belles que le chanteur ait jamais tirées.

Plus loin dans le nouvel album de Powerwolf, on peut toujours trouver l’hérésie effrontée et traditionnelle, cette fois sous la forme du morceau impropre « Undress to Confess ». « Glaubenskraft » épique et lent avec une mélodie entraînante rappelle un peu « Stossgebet » de l’album précédent.

Quoi penser de ce nouvel album de Powerwolf, Call Of The Wolf ? Quiconque aime le côté technique des musiques métal trouvera des performances extrêmement enthousiasmantes, une composition fantastique et une scène sonore magnifiquement théâtrale. C’est le genre d’album où même si le Power Metal n’est pas exactement votre tasse de thé, vous ne pouvez toujours pas vous empêcher d’apprécier et d’entrer dans l’esprit des chansons et d’être frappé par la nature dynamique de celles-ci. Un très bon album de Powerwolf.

Ecoutez le nouvel album de Powerwolf, Call Of The Wild ici