Nouvel album de Metronomy en 2022 – Small World

Découvrez notre chronique sur le nouvel album de Metronomy - Small World

Note : 3.5 sur 5.

Un groupe devient une référence lorsque ses albums classiques sont honorés par des rééditions anniversaires. Metronomy a publié deux éditions de LP pour son dixième anniversaire : son deuxième album Nights Out en 2018 et son album le plus vendu à ce jour : The English Riviera. Avec le 7ème et nouvel album de Metronomy, Small World, le groupe ne s’est pas plongé dans des expériences EDM (electronic dance music) de niche ; il y a eu un effort concerté pour introduire des guitares, des orgues, du piano et occasionnellement des tambours non synthétiques.

Tout comme la direction musicale, la pochette de l’album a bouclé la boucle. S’éloignant des couvertures illustrées brillantes et effrontées habituelles de Metronomy. Il s’agit d’une vieille photo prise par la mère de Joseph Mount dans les années 90 des jardins près de Totnes, dans le sud-ouest de l’Angleterre, où il a grandi.

Notre avis sur le nouvel album de Metronomy ? Premier album écrit dans le confort de la maison de Mount, il est beaucoup moins intense que les précédents où Mount a passé plus de temps dans le « jardin à explorer et à soigner la nature ».

Y a quoi sous le capot de Small World, le nouvel album de Metronomy en 2022

En commençant par « Life and Death », l’auditeur pénètre dans un paysage sonore apaisant de piano de crooner au milieu de battements de tambours électroniques tranquilles. Les paroles de Mount abordent immédiatement des sujets profonds sur les rites de passage de la vie. On s’attend à ce que l’ouverture se développe avec des couches supplémentaires de production, mais au lieu de cela, le statu quo du paysage sonore tranquille se poursuit.

L’indie pop-rock instantané et accrocheur « Things Will be Fine » de l’ouverture moelleuse suit. Bien qu’il soit pratiquement dépourvu d’EDM, ce morceau qui fait plaisir à la foule deviendra un autre classique de Metronomy sur lequel les fans voudront danser. Mount y évoque à la fois le poids du monde qu’il ressentait lorsqu’il était adolescent et la facilité avec laquelle la vie était alors plus facile.

On continue le nouvel album de Metronomy avec le titre « Loneliness on the Run » qui s’ouvre sur une guitare basse profonde et obsédante et est accompagné d’un piano au milieu d’harmonies étonnamment réconfortantes. Ce morceau sombre parle de solitude, de sentiments blessés et de manque de chance.

Un morceau unique par rapport aux autres sur Small World est « I Lost My Mind », qui a une vibration de Ziggy Stardust parmi les influences de Bennie and the Jets d’Elton John – en particulier les boucles de piano. Les sifflements sont agréables, mais dans l’ensemble, Metronomy n’imprime pas ici sa personnalité.

N’ayez crainte pour les fans attirés par Metronomy en raison de la percée de la musique électronique ; plusieurs des neuf titres de Small World comportent des éléments EDM au milieu de chansons pop instantanément optimistes. « It’s good to be back » est le plus reconnaissable comme étant sous la propriété de Metronomy. Malgré la présence de guitares discrètes, « It’s good to be back » est délicieusement positif, parfait pour l’été et pour s’évader de la réalité géopolitique actuelle.

« Right on Time », qui comportait un hybride de guitares mélodiques et de synthétiseurs occasionnels, atteint son crescendo estival feel-good lorsque les cordes sont introduites et s’accompagne d’un orgue calypso. Alors que « I Lost My Mind » se tourne vers les années 1970, « Hold Me Tonight » s’aventure dans les années 1980 pour produire un son pop clair. « Love Factory », qui dépasse les cinq minutes, offre des paroles intéressantes sur la liste des choses à faire, mais est un peu trop long pour une chanson pop simple jouée à l’orgue.

Le nouvel album de Metronomy Small World, à bien des égards, fait ce que le groupe est censé faire : créer de l’excellente musique de danse et de la bonne évasion. Il va un peu plus loin et le fait sans être redevable aux éléments EDM et en permettant aux instruments non numériques de se joindre à lui en tant que partenaires égaux.

Metronomy tente aussi intelligemment d’être philosophique. Plusieurs répliques se démarquent, comme le texte « I have seen enough, but I just can’t look away ». Cependant, le fond musical ne parvient pas toujours à servir de béquille à ces paroles, qui n’agissent pas comme des chants de sirènes pour attirer les auditeurs qui, de ce fait, ne sont pas touchés émotionnellement.

Notre avis sur le nouvel album de Metronomy, Small World ? Small World est un autre changement de direction pour Metronomy, cette fois-ci une déviation plus grande que la normale. Malgré cela, la qualité de la production reste constamment élevée, confirmant, une fois de plus, que Joe Mount est l’un des meilleurs auteurs-compositeurs de sa génération.

Ecoutez ici Small World de Metronomy

Découvrez d’autres articles… rock !