Nouvel album de Liam Gallagher en 2022 – C’Mon You Know

Découvrez notre chronique sur le nouvel album de Liam Gallagher en 2022, C Mon You Know

Note : 4 sur 5.

Place maintenant au nouvel album de Liam Gallagher en 2022, C’Mon You Know. Liam Gallagher s’est toujours penché sur l’esthétique Britpop, avec une base Beatles-esque sur laquelle l’ancien chanteur d’Oasis et de Beady Eye a construit un héritage depuis des décennies. Si Gallagher s’appuie sur cette formule éprouvée sur C’Mon You Know, son troisième effort studio, cela ne signifie pas qu’il n’y a pas quelques surprises en cours de route.

Gallagher a récemment déclaré qu’il n’avait pas vu son frère depuis plus d’une décennie, mais cela ne signifie pas qu’il fait cavalier seul sur ce nouveau disque. Sur son premier album depuis As You Were de 2017, il a recruté des personnes comme Dave Grohl des Foo Fighters et Ezra Koenig de Vampire Weekend. Dans une interview récente avec NME, Gallagher a qualifié le fait d’être un artiste solo d' »ennuyeux », l’une des raisons pour lesquelles il pourrait puiser dans l’esprit de collaboration sur son dernier travail.

Y a quoi sous le capot de C’Mon You Know, le nouvel album de Liam Gallagher en 2022 ?

Le premier virage à gauche s’opère dès les premières notes de « More Power », qui met en scène une performance du St. Andrew’s Cathedral School Choir. L’intro mélodique, chantée sur une guitare légèrement grattée, fait écho à la chanson « You Can’t Always Get What You Want » des Rolling Stones, mais les comparaisons s’arrêtent là. Koenig intervient à la basse sur la chanson. « Les coupures ne guérissent jamais vraiment, juste assez pour arrêter l’hémorragie », chante Gallagher. Le morceau est introspectif, il donne de l’élan et du blues.

« Diamond In the Dark » est un morceau de blues rock bien ficelé, où la voix de Gallagher occupe une place prépondérante. La chanson se glisse dans un pont rythmique et lisse avec une guitare légère au ton fuzz.

La transition se fait naturellement vers « Don’t Go Halfway », qui ressemble beaucoup plus aux Beatles. Sur le plan sonore, elle se situe quelque part entre le rock garage et un sentiment de mur de son spatial. L’intro amusante de cette chanson donne l’impression d’être jouée à l’envers !

La chanson titre est un gospel rocker, avec des claquements de mains qui donnent le rythme et le Music Confectionary Choir qui ajoute les harmonies sacrées au mélange.

On poursuit le nouvel album de Liam Gallagher avec la surprenante « Too Good for Giving Up » est une chanson sérieuse au piano qui a tous les ingrédients d’une power ballade. « Regarde jusqu’où tu es allé/ Plus fort que les dégâts causés/ Sors de l’obscurité sans crainte« , chante Gallagher.

Après, le titre « It Was Not Meant to Be », quant à lui, tente d’accomplir un certain nombre de choses à la fois. Sur le plan vocal, la mélodie est en accord avec le son de Gallagher, influencé par les Beatles, mais un rythme de batterie haché dans l’espace et une toile de fond acoustique lumineuse se combinent pour créer un certain clash. En fin de compte, les ingrédients se mélangent pour former un ragoût sonore.

« Everything’s Electric » saute immédiatement aux oreilles, avec un caméo de Dave Grohl à la batterie. C’est urgent et demande votre attention. Le travail de Grohl derrière la batterie, associé à la voix directe de Gallagher, constitue l’un des moments les plus efficaces de l’album.

Ensuite, l’album s’assouplit sur « World’s In Need », un rocker orchestral auquel se mêle un stomp acoustique aux sonorités américaines. La cinématique « Moscow Rules » est ensuite complètement dépouillée avec une mélodie de piano inquiétante et une forte dose de cordes – et même un saxophone.

Liam Gallagher revient ensuite à l’essentiel pour lancer « I’m Free », un rock rétro à quatre temps qui devient ensuite un morceau trippant et spatial. Il fait des allers-retours entre les deux mondes avant que Gallagher ne ramène les choses à la maison, en y ajoutant une attitude punk rock.

« Better Days » change à nouveau les choses. Il commence par des cordes superposées à une mélodie de synthétiseur, qui s’estompe rapidement pour laisser place à une mélodie de batterie et de basse de style Madchester. Le morceau est dynamique et planant, et frôle la crise d’identité. Enfin, « Oh Sweet Children » conclut le nouvel album de Liam Gallagher à peu près là où l’on s’attend à ce que Gallagher le fasse, une ballade audacieuse au piano qui rappelle Oasis.

Notre avis sur le nouvel album de Liam Gallagher, C’Mon You Know ? L’album cherche à accomplir beaucoup de choses, et la plupart du temps, il y parvient. L’album s’inspire de plusieurs générations d’histoire musicale. Cela donne souvent lieu à un choc de sons qui fonctionnent ensemble même s’ils n’iraient pas ensemble autrement. Le voyage est amusant.

Découvrez d’autres articles…