Premier album de Kirk Hammett en 2022 – Portals

Découvrez notre chronique du premier album de Kirk Hammett, Portals en 2022

Note : 4 sur 5.

Kirk Hammett, guitariste de Metallica, ne manque pas de punch dans son premier album, Portals. Ce disque de quatre pistes est un voyage stylistique de près de 30 minutes qui traverse les genres, les humeurs et la musicalité. L’arrivée du tout premier album de Kirk Hammett est assez significative, car Metallica a évité les projets parallèles pendant des années. C’est en partie la raison du départ de l’ancien bassiste Jason Newstead, après tout. Hammett est impliqué dans plusieurs projets parallèles, dont The Wedding Band, mais avec le bassiste de Metallica, Robert Trujillo.

En tant qu’amateur de films d’horreur, l’un des meilleurs guitaristes du monde a appliqué une approche cinématographique à la formation de cet opus, créant des partitions semblables à des bandes sonores qui montent et descendent et font appel à toute une gamme d’émotions. Bien qu’il ne s’agisse pas de métal, la musique est certainement axée sur la guitare, et les fans du son de Metallica y trouveront probablement leur compte.

Hammett a recruté une équipe de choc comprenant Edwin Outwater, du San Francisco Symphony (qui a dirigé la symphonie sur S&M2), le producteur Bob Rock, les batteurs Jon Theodore et Abe Laboriel Jr, le bassiste Greg Fidelman et l’arrangeur Blake Neely, récompensé par un Emmy Award.

Y a quoi sous le capot de Portals, le premier album de Kirk Hammett en 2022 ?

On commence le premier album de Kirk Hammett Portals avec « Maiden and the Monster « . Un morceau expansif qui canalise une partie du drame de « The Call of the Ktulu ». Le jeu de guitare de Hammett varie de calme et nuancé à vaillant et puissant. La nature lyrique de son jeu transparaît à chaque fois qu’il plie les cordes. Les touches orchestrales d’Outwater ajoutent un sentiment d’urgence au morceau.

Le morceau de rock progressif « The Jinn » oscille entre une transe orchestrale lunatique et un hard rock lourd et entraînant. La signature sonore d’Hammett est une fois de plus évidente, tant dans ses riffs que dans son shredding imprégné de wah-pedal. Les derniers instants du morceau rappellent même légèrement le breakdown lourd du morceau classique de Metallica « One ». Hammett a enregistré cet album à Los Angeles, Paris et Oahu. Le changement de décor a probablement contribué aux variations de ton et d’humeur de l’album. Pour lui, Portals est le résultat de « voyages musicaux et métaphysiques ».

On poursuit le premier album de Kirk Hammett Portals avec le titre « High Plains Drifter » est peut-être le morceau le plus court de l’EP, mais il procure certains des frissons les plus électriques. La chanson est un voyage passionnant d’un peu moins de cinq minutes. Divinement arrangé, il aurait facilement pu être un morceau instrumental dans l’un des spectacles « S&M » du groupe.

L’album se termine par « The Incantation », un autre voyage spatial qui traverse une variété de décors musicaux. Cette chanson est la plus lourde de l’EP, mais pas à cause de la façon dont Kirk Hammett joue de la guitare. L’émotion de ce morceau provient de son arrangement orchestral, qui constitue un excellent contrepoint à l’excellent travail de guitare de Kirk Hammett. Il s’agit d’une rupture avec le son Metallica, mais c’est un voyage qui mérite l’attention.

Ecoutez ici Portals de Kirk Hammett

Découvrez d’autres articles…