Nouvel album de Moby en 2023 : Resound NYC

Lire notre avis sur le nouvel album de Moby en 2023, Resound NYC

Place maintenant à notre avis sur le nouvel album de Moby en 2023, Resound NYC.

Le dernier album de l’artiste électronique Moby, Resound NYC, est peut-être la suite directe de Reprise, sorti en 2021, mais cette nouvelle réimagination de ses anciennes chansons fait largement abstraction de la forme symphonique traditionnelle de la musique orchestrale. Ces chansons sont à la fois bluesy, jazzy et même poppy.

Promo
Resound NYC
  • New Store Stock
Promo
Play
  • Record Label: Mute
  • Catalog#: 2561172
  • Country Of Release: NLD
  • Year Of Release: 1999

Ce qui relie ces 15 révisions- 14 originaux de Moby et une reprise de Neil Young – c’est que la plupart d’entre elles ne sont pas symphoniques et que l’artiste né Richard Melville Hall les a écrites ou enregistrées à New York entre 1994 et 2010. À l’exception de la reprise, qu’il se souvient très bien que sa mère lui jouait lorsqu’il avait 3 ou 4 ans et qu’il grandissait à New York, même si la chanson est écrite par un Canadien et qu’elle parle de l’Ontario.

Y a quoi sous le capot de Resound NYC le nouvel album de Moby en 2023 ?

Resound NYC démarre en fanfare sur « In My Heart », avec la partie de piano roulante d’origine, plus ample et chargée de réverbération. Des cordes symphoniques et un rythme rock font rapidement leur apparition, ainsi que la voix riche et profonde du musicien de jazz californien Gregory Porter, originaire de la Central Valley. La chanson, tirée de l’album 18 de 2002, est légèrement plus rapide et définitivement plus emphatique, en particulier lorsque des chœurs sont ajoutés, et elle semble prendre encore plus d’ampleur.

Porter est l’un des nombreux chanteurs invités sur l’album. Ricky Wilson, du groupe de Britpop Kaiser Chiefs, est invité sur deux chansons. La chanson « South Side », tirée de l’album phare Play, sorti en 1999, est un moment fort. Les éléments industriels inquiétants et la ligne de guitare grinçante sont remplacés par une section de cuivres brillante, une trompette jazz et le wacka-wacka de la guitare funk. C’est un peu comme si Moby avait été imaginé par le Buena Vista Social Club. Où est Gregory Porter sur ce morceau ?

Porter est l’un des nombreux chanteurs invités sur le nouvel album de Moby Resound NYC. Ricky Wilson, du groupe de Britpop Kaiser Chiefs, est invité sur deux chansons. La chanson « South Side », tirée de l’album phare Play, sorti en 1999, est un moment fort. Les éléments industriels inquiétants et la ligne de guitare grinçante sont remplacés par une section de cuivres brillante, une trompette jazz et le wacka-wacka de la guitare funk. C’est un peu comme si Moby avait été imaginé par le Buena Vista Social Club. Où est Gregory Porter sur ce morceau ?

Wilson apparaît également sur  » The Perfect Life « , qui figurait à l’origine sur l’album de Moby de 2013, Innocents, bien que, comme nous l’a dit le collaborateur original Wayne Coyne des Flaming Lips, cette chanson ait été écrite des années plus tôt. Celle-ci comporte de nouveaux accents de percussion, des bruits de guitare et de synthétiseurs ; elle est dans une tonalité différente. Il y a une autre partie de cuivre brillante pendant un pont instrumental qui se démarque le plus, mais ce n’est pas un changement radical par rapport à l’original comme l’est « South Side ».

L’autre chanson du nouvel album de Moby qui conserve le caractère grandiose de l’original, voire qui l’élève d’un cran, est « Extreme Ways » de 18 (la chanson thème des films « Bourne »), avec Doug Mandagi de The Temper Trap. Comme pour le début de l’album, le son est transformé en un mur de son plus grand, avec des cordes gonflées, ainsi que des cuivres et un chœur. Mandagi ajoute des textures supplémentaires au chant, parfois en fausset. Comme pour « The Perfect Life », il ne s’agit pas d’un départ brutal.

De l’autre côté du spectre de Resound NYC de Moby, on trouve des morceaux plus blues, comme « Flower (Find My Baby) », qui combine un morceau de Play et sa face B (avec des échantillons de « Joe Lee’s Rock » de Boy Blue). Les originaux sonnaient comme des trésors perdus depuis longtemps, trouvés lors d’une fouille de caisses. Cette nouvelle version, avec la voix grave d’Amythyst Kiah (qui, comme Porter, est apparu sur Reprise) et la section rythmique entraînante, sonne comme un blues rocker moderne.

Un autre joyau est « Run On », qui figurait à l’origine sur Play, et qui semble avoir été entièrement refait. Elle est plus lente, plus soul, sans la signature électronique traditionnelle de Moby. Le chant est assuré non seulement par Danielle Ponder, mais aussi par son père, Elijah Ponder. À eux trois, ils font honneur à la chanson originale de 1949 sur laquelle Moby s’est basé : « Run On for a Long Time » de Bill Landford et des Landfordairs, ainsi que le standard « God’s Gonna Cut You Down ».


La dernière chanson du nouvel album de Moby, « Walk With Me », tirée de l’album Wait for Me (2009), est dépourvue de synthétiseurs brillants et s’appuie plutôt sur des coups de caisse claire hypnotiques, des grattements de guitare et un violoncelle à une note, comme dans un conte de fées. Lady Blackbird s’occupe ici de la voix pleine d’âme.

Notre avis sur le nouvel album de Moby, Resound NYC ?

Moby se débarrasse d’une partie de l’instrumentation et ajoute deux minutes à « Signs Of Love », l’une des rares chansons qu’il chante lui-même. Bien qu’elle soit toujours mélodique et presque ambiante, elle sonne parfois plus comme une chanson rock lo-fi. Il réussit à créer la même ambiance sur « Slipping Away », tiré de l’album Hotel sorti en 2005, qui ne démarre plus par des percussions électroniques mais par une guitare acoustique, avant d’ajouter des cordes pour rejoindre la voix discrète (pensez à The Shins). Et « When It’s Cold I’d Like To Die », de l’album Everything Is Wrong de 1995, est désormais un morceau acoustique magnifiquement triste, emmené par un piano, la voix déchirante de P.T. Banks et des cordes plus enflées.

La chanson « Hyenas », tirée de l’album Last Night (2008), est également rallongée (de trois minutes et demie à six minutes). Moby conserve ici la mélodie sombre et intrigante de l’original, avec des synthés brumeux, mais la chanson trouve le moyen de sonner différemment. La chanson titre du nouvel album de Moby sonne moins lounge et plus jazzy ; les synthétiseurs remplacent le son de la guitare.