Les meilleures chansons de Alice Cooper

Découvrez notre classement des meilleures chansons de Alice Cooper

Place à notre article sur les meilleures chansons de Alice Cooper. Le groupe original d’Alice Cooper – un quintette dirigé par Vincent Furnier, originaire de Détroit, qui s’est approprié le nom du groupe – a duré un peu plus de cinq ans. Pendant cette période, le groupe a pratiquement inventé un style de rock horrifique théâtral qui a été adapté par d’innombrables artistes (et moins) au fil des ans.

Welcome To My Nightmare
  • Alice Cooper- Welcome To My Nightmare
Killer
  • Record Label: Wea
  • Catalog#: 7599272552
  • Country Of Release: NLD
  • Year Of Release: 1988
Promo
Hey Stoopid
  • Record Label: Epic
  • Catalog#: 4684162
  • Country Of Release: NLD
  • Year Of Release: 2005

Mais Alice Cooper, le groupe et l’homme, c’était plus que des guillotines, des chaises électriques et des serpents à gros cul ; ils avaient de bonnes chansons qui alimentaient leurs spectacles visuellement excitants, qui étaient comme des productions de Broadway pour les gens qui aimaient les films de monstres sanglants. Le chanteur s’est lancé en solo en 1975, emportant avec lui le nom et les spectacles de théâtre choc. Notre liste des 10 meilleures chansons de Alice Cooper couvre 20 ans de chaos.

Notre liste des meilleures chansons de Alice Cooper

10 – Desperado

Nous commençons notre liste des 10 meilleures chansons de Alice Cooper avec « Desperado ». À plusieurs reprises, Alice Cooper a déclaré que la chanson « Desperado » de l’album Killer parlait de Jim Morrison ou d’un personnage du film The Magnificent Seven. Quoi qu’il en soit, la chanson raconte l’histoire d’un jeune homme désireux de mourir. Il s’agit en partie d’un western fantastique, en partie d’un récit de pistolero et en partie d’une fanfaronnade floue de la part d’un renégat qui s’auto-mythifie.

9 – Welcome to My Nightmare

Lorsque Cooper s’est lancé en solo en 1975, il s’était totalement investi dans son personnage d’hôte des horreurs qui hantent le monde moderne. L’album Welcome to My Nightmare était à la fois un album concept et la bande originale d’un programme télévisé spécial (oui, il en était arrivé là). Il comprend même une ballade à succès, « Only Women Bleed ». La chanson-titre suit un groove qui passe du disco au jazz, au hard rock et au R&B avec des cuivres en l’espace de cinq minutes.

8 – Be My Lover

Avec un riff emprunté au Velvet Underground et une attitude empruntée aux Rolling Stones, « Be My Lover » est l’une des meilleures et des plus conventionnelles chansons du groupe original d’Alice Cooper. La chanson n’a pas atteint le Top 40 (elle s’est arrêtée à la 49e place), mais ses lignes de guitare prêtes pour l’arène et son refrain à tendance pop sont parmi les meilleurs de Cooper.

7 – Poison

Après une décennie d’insignifiance, Cooper est revenu en 1989 avec son meilleur album depuis des années, Trash. « Poison », le premier single de l’album, est devenu le premier tube de Cooper à figurer dans le Top 10 depuis la ballade « You and Me » de 1977 et a égalé « School’s Out » (voir n° 1 sur notre liste des 10 meilleures chansons de Alice Cooper) en tant que chanson la plus performante.

« Poison » ressemble parfois à une chanson pop-métal typique des années 80, mais l’intensité de Cooper lui confère un tout autre niveau. L’une des chansons les plus connues de Alice Cooper.

6 – Under My Wheels

On remonte notre classement des meilleures chansons de Alice Cooper avec « Under My Wheels ». Le premier single du quatrième album du groupe présente l’une des meilleures performances du quintette original. De la batterie trébuchante qui introduit la chanson au riff de guitare qui l’alimente, en passant par l’une des voix les plus fortes de Cooper, « Under My Wheels » est du rock ‘n’ roll pur et dur joué par un groupe dont la grandeur a souvent été éclipsée par son côté théâtral.

5 – Billion Dollar Babies – l’une des meilleures chansons de Alice Cooper

L’une des dernières grandes explosions du groupe original d’Alice Cooper était aussi le titre de leur seul album numéro 1. Avec l’aide vocale de Donovan, auteur-compositeur-interprète écossais des années 60, « Billion Dollar Babies », comme « Elected » (voir n° 3 sur notre liste des 10 meilleures chansons de Alice Cooper), fonctionne mieux dans le contexte de l’album qu’en tant que single. Mais il s’agit tout de même d’une dernière chance.

4 – No More Mr. Nice Guy

Contrairement aux autres singles issus du seul album d’Alice Cooper classé numéro 1, le quatrième fait une entrée fracassante à la radio. Armé d’une accroche massive et d’un riff de guitare percutant, « No More Mr. Nice Guy » reste l’une des chansons emblématiques de Cooper, une déclaration d’indépendance de la part d’un artiste qui a brisé les règles dès le début.

Place maintenant au podium des meilleurs titres de Alice Cooper

3 – Elected

« Elected » est sorti en single à l’automne 1972, juste à temps pour l’élection présidentielle. Ce rocker à base de riffs – la suite du premier succès de Cooper dans le Top 10, « School’s Out » – s’est hissé dans le Top 30. L’album, Billion Dollar Babies, a été le seul numéro 1 de Cooper. Bienvenue sur le podium des meilleures chansons de Alice Cooper.

2 – I’m Eighteen – l’une des meilleures chansons de Alice Cooper

L’attrait initial d’Alice Cooper n’était pas tant les serpents, le sang et les têtes décapitées que les hymnes à la jeunesse désespérée qu’ils produisaient régulièrement à l’époque. Leur tube phare en est la parfaite illustration. Peu de choses résument mieux les adolescents désillusionnés qui se dirigent vers un âge adulte encore plus écrasant que les lignes immortelles « I’m a boy and a I’m a man / I’m 18, and I don’t know what I want ».

1 – School’s Out

Le cinquième album du groupe leur a enfin permis d’entrer dans le Top 10. Et son premier morceau, premier single et chanson-titre, est devenu leur premier succès dans le Top 10 (et le premier Top 40). Comme leur chanson phare « I’m Eighteen » (voir n°2 de notre liste des 10 meilleures chansons d’Alice Cooper), « School’s Out » s’inspire de la désolation des adolescents.

Mais cette fois-ci, il s’agit plutôt d’une célébration : un hymne prêt à être diffusé sur les radios et qui donne des coups de poing pour marquer le dernier jour d’école. Peu de couplets dans l’histoire du rock sont aussi décontractés que « We got no class / And we got no principles / And we got no innocence / We can’t even think of a word that rhymes ». Un vrai classique.