Meilleurs albums des Smashing Pumpkins

Découvrez les meilleurs albums des Smashing Pumpkins

Découvrez notre classement des meilleurs albums des Smashing Pumpkins. The Smashing Pumpkins est un groupe de rock américain, créé par leur leader charismatique Billy Corgan et originaire de Chicago, qui connu ses heures de gloire dans les années 90. Le groupe éclata au grand jour avec leur 2ème album Siamese Dream et deviendra incontournable avec la sortie du cultissime double album Melon Collie And The Infinite Sadness. Le groupe propose des compositions raffinées, mélangeant rock progressif et gothique.

Mellon Collie and the Infinite Sadness
  • Record Label: Virgin
  • Catalog#: 8408642
  • Country Of Release: NLD
  • Year Of Release: 1995
  • Notes: …Infinite Sadness
Atum
  • New Store Stock

Suite à de nombreuses divergences internes, le groupe splittera en 2000 avant de se reformer quelques années plus tard, pour le plus grand bonheur des fans de la première heure. Si la magie opère moins bien, quel plaisir d’écouter encore ce groupe si particulier. Passons en revue le meilleur de la discographie des Smashing Pumpkins.

Notre classement des meilleurs albums des Smashing Pumpkins

Oceania (2012)

Michael Byrne n’avait que 19 ans lorsqu’il a battu des milliers d’autres batteurs qui auditionnaient pour rejoindre les Pumpkins en 2009. Au cours des cinq années passées au sein du groupe, Byrne a joué sur la majeure partie de Teargarden by Kaleidyscope, un opus tentaculaire qui s’étendait sur plusieurs EP et deux albums, bien que Billy Corgan ait mis un terme au projet après avoir sorti 34 des 44 chansons prévues.

Alors qu’Adore avait pallié l’absence du batteur Jimmy Chamberlin en proposant des ballades douces et des grooves de boîtes à rythmes, Oceania tente de restituer la puissance des Pumpkins du début des années 90, sans la formation classique. Byrne semble raisonnablement à la hauteur de la tâche par moments, déployant des fills puissants et des roulements de caisse claire sur l’ouverture « Quasar », mais il y a une qualité de vallée étrange que le groupe de jeunes embauchés de Corgan ne peut pas ébranler.

Lorsque l’album atteint un niveau éthéré qui inclut le méandreux morceau-titre de neuf minutes, Oceania devient une expérience d’écoute vraiment léthargique et ennuyeuse. En dernière place de notre liste des meilleurs albums des Smashing Pumpkins.

Cyr (2020)

Les expérimentations en matière de synthétiseurs et de boîtes à rythmes de groupes adorés par Billy Corgan, comme New Order et Siouxsie and the Banshees, ont souvent fait surface dans la musique des Smashing Pumpkins, parfois avec beaucoup d’effet sur « 1979 » et une grande partie d’Adore.

Cyr est un grand coup de pied dans la fourmilière de la synth-pop des Pumpkins, un monolithe de 72 minutes tristement ennuyeux où les guitares n’étouffent presque jamais les claviers. « Normalement, une telle volonté de transcender les frontières des genres serait louable, mais Cyr tombe à plat à bien des égards. Les textures luxuriantes abondent, mais il y a à peine une mélodie mémorable », écrit Phil Mongredien dans The Guardian. Un album oubliable dans la discographie des Smashing Pumpkins.

Shiny And Oh So Bright, Vol. 1 / LP: No Past. No Future. No Sun. (2018)

On poursuit notre remontée des meilleurs albums des Smashing Pumpkins avec « Shiny And Oh So Bright, Vol. 1 / LP: No Past. No Future. No Sun. « . L’année 2018 a été capitale pour les Pumpkins, puisque James Iha a rejoint le groupe pour la première fois en 18 ans, pour une grande tournée et un nouveau projet produit par Rick Rubin. Les huit chansons enregistrées avec le gourou barbu étaient à l’origine prévues comme deux EP, mais elles ont finalement été publiées sous la forme d’un album atypique et rapide de 32 minutes au titre typiquement verbeux.

Quelques chansons lourdes au piano, « Knights of Malta » et « Alienation », ralentissent l’album, mais Shiny and Oh So Bright contient certains des retours les plus convaincants des Pumpkins à leur apogée des années 90.

ATUM: A Rock Opera in Three Acts (2023)

Bien qu’il ait abandonné Teargarden by Kaleidoscope et la série Shiny and Oh So Bright au cours de la dernière décennie, Billy Corgan n’a pas eu peur de se lancer dans un autre énorme projet multi-albums.

Cette fois-ci, il l’a même terminé. Sorti en trois parties sur une période de six mois, ATUM : A Rock Opera in Three Acts est un album conceptuel qui poursuit l’arc vaguement autobiographique de Mellon Collie et Machina, le protagoniste de l’histoire, Zero, prenant désormais le nom de Shiny.

ATUM reprend en grande partie le son synth pop tiède de Cyr, mais des rockers comme « Spellbinding » et « That Which Animates The Spirit » insufflent un peu de vie à un album encore trop long. Un Ovni dans la discographie des Smashing Pumpkins.

Atum
  • New Store Stock

Zeitgeist (2007)

Pendant environ cinq ans, au début du millénaire, les Pumpkins ont été dissous et inactifs, et pour une fois, Corgan a concentré ses volumineuses énergies créatrices ailleurs. Le seul album du supergroupe éphémère Zwan et le premier album solo de Corgan, TheFutureEmbrace, n’étaient en aucun cas des chefs-d’œuvre, mais ils contenaient des moments prometteurs qui semblaient bénéficier de la respiration entre Billy Corgan l’humain et l’héritage épineux et compliqué des Pumpkins.

Il y a eu, inévitablement, de l’excitation lorsque Corgan et Chamberlin ont relancé la marque Pumpkins, suffisamment pour que Zeitgeist, sorti en 2007, se hisse à la deuxième place du Billboard 200. Cependant, cet album grandiloquent et vaguement politique ressemble à leur St. Anger – la tentative tendue d’un groupe vieillissant de prouver qu’il peut encore jouer vite et fort sans vraiment puiser dans ce que les fans aimaient chez lui.

Zeitgeist, le seul album des Pumpkins sorti sur Reprise Records, bien qu’il contienne quelques solos de guitare géniaux, vous pouvez probablement vous en passer.

Monuments to an Elegy (2014)

On remonte notre liste des meilleurs albums des Smashing Pumpkins avec Monuments to an Elegy. Plusieurs batteurs de renom ont remplacé les Pumpkins pendant leurs deux périodes sans Chamberlin, notamment Kenny Aronoff, le sideman de John Mellencamp, et Brad Wilk, de Rage Against the Machine.

Le batteur qui a le mieux réussi à remplacer Chamberlin est sans doute Tommy Lee, de Motley Crue, qui aurait été un choix impensable dans les années 90, lorsque le hair metal et le rock alternatif étaient considérés comme des tribus en guerre. Lee s’est avéré être une présence suffisamment puissante derrière le kit pour les chansons rapides et concises de Monuments to an Elegy, le seul album des Citrouilles sur lequel presque tous les morceaux se terminent en moins de quatre minutes.

Pourtant, l’album n’a pas bénéficié d’une promotion suffisante pendant une période délicate où le dernier volet de Teargarden by Kaleidyscope est sorti avant que Billy Corgan ne mette de côté le reste du projet et n’accueille Chamberlin à nouveau dans le groupe.

Machina/The Machines of God (2000)

Le quatuor classique des Smashing Pumpkins s’est reformé brièvement et pour la dernière fois avant le tournant du millénaire, se remettant de l’expérimentation d’Adore pour remonter les amplis. « The Everlasting Gaze » et « Heavy Metal Machine » sonnent comme l’un des grands groupes de l’ère grunge qui s’échauffe et tente de rivaliser avec la marée montante du nu-metal, et l’album aurait besoin d’un peu plus des mélodies grandioses de « This Time » et « Stand Inside Your Love ».

Machina II/The Friends & Enemies of Modern Music (2000)

Alors que les ventes d’albums des Pumpkins diminuaient régulièrement à chaque nouvelle sortie, Virgin Records, prudent, s’est montré réticent à faire plaisir à Corgan, d’abord en rejetant une version double CD plus longue de Machina/The Machines of God, puis en refusant de sortir les chansons restantes sous la forme d’une suite de l’album.

En septembre 2000, quelques mois avant les premiers concerts d’adieu du groupe, Corgan a pressé indépendamment 25 copies vinyles de Machina II/The Friends & Enemies of Modern Music, qui ont été données à des amis du groupe avec la permission de redistribuer l’album sur Internet. En tant qu’exemple précoce d’un grand label utilisant Internet pour offrir de la musique à ses fans, Machina II est un artefact fascinant, et en tant qu’album, il est en fait meilleur et plus varié que son prédécesseur.

On y trouve notamment un réenregistrement de la chanson que Virgin voulait sortir en tant que single d’Adore, « Let Me Give the World to You », et l’une des meilleures mises en valeur de James Iha, « Go ». L’un des meilleurs albums des Smashing Pumpkins.

Adore (1998) – l’un des meilleurs albums des Smashing Pumpkins

Tragédies et bouleversements menaçaient le difficile quatrième album des Smashing Pumpkins. Chamberlin et le claviériste Jonathan Melvoin ont tous deux fait une overdose après un concert en 1996 ; Melvoin est décédé et Chamberlin a été renvoyé du groupe. Sans son puissant batteur, le groupe a enregistré un album sombre et morose, rempli de synthétiseurs et de pianos, inspiré en partie par la mort de la mère de Billy Corgan.

Adore a amorcé le déclin commercial brutal et irréversible du groupe, mais il a suscité un culte passionné au fil des ans. « Ce n’est pas seulement un album de transition, c’est une rupture totale avec le passé. Au lieu de la grandiloquence des stades, Adore réduit le volume au niveau d’une berceuse », a écrit Greg Kot dans la critique de Rolling Stone. Un album important dans la discographie des Smashing Pumpkins.

Et le podium du meilleur de la discographie des Smashing Pumpkins est…

Gish (1991)

Gish n’a pas eu un impact aussi important sur le monde que l’autre album enregistré par le producteur Butch Vig au début de l’année 1991 (Nevermind de Nirvana), ou que les œuvres marquantes de Pearl Jam et des Red Hot Chili Peppers, avec lesquels les Pumpkins ont tourné cette année-là.

Mais « Rhinoceros » et « I Am One » ont permis au groupe de s’implanter solidement sur les radios universitaires et dans la vitrine alt-rock de MTV, 120 Minutes, avec un psychédélisme tourbillonnant et des mélodies rêveuses qui distinguent leur style grunge de celui de leurs contemporains de Seattle.

Gish présente également certains des grooves les plus profonds du catalogue des Pumpkins, avec des lignes de basse plus proéminentes et une approche du hard rock qui doit beaucoup à Jane’s Addiction. Bienvenue sur le podium des meilleurs albums des Smashing Pumpkins.

Gish – Edition Deluxe (2 CD + DVD)
  • Record Label: Emi
  • Catalog#: 9095962
  • Country Of Release: NLD
  • Year Of Release: 2011
  • Notes: 2Cd’S + Dvd, 6 Postcards

Mellon Collie and the Infinite Sadness (1995)

À l’époque du vinyle, un « double album » de 80 minutes remplissant deux microsillons était considéré comme le summum de l’ambition en matière de musique rock. Mais lorsque les disques compacts avec des durées d’écoute plus longues sont devenus la norme de l’industrie musicale, un double CD avec plus de deux heures de nouvelle musique est devenu une barre beaucoup plus haute à franchir, et les artistes qui ont osé les sortir étaient souvent des stars du hip-hop comme 2Pac et le Notorious B.I.G.

Les Pumpkins étaient le seul groupe alternatif de premier plan de l’époque à relever le défi, et Mellon Collie and the Infinite Sadness a dépassé All Things Must Pass de George Harrison en tant qu’album rock le plus long de tous les temps (il a été nominé pour sept Grammys et s’est écoulé à plus de 10 millions d’exemplaires aux États-Unis).

L’étendue de l’album, de la pop orchestrale de « Tonight, Tonight » au vicieux « Zero » en passant par l’épopée cinématographique « Porcelina of the Vast Oceans », est impressionnante, mais c’est surtout l’accroche et le savoir-faire de Mellon Collie qui l’élèvent au-dessus des autres doubles et triples albums du groupe. L’un des albums phares de la discographie des Smashing Pumpkins

Mellon Collie and the Infinite Sadness
  • Record Label: Virgin
  • Catalog#: 8408642
  • Country Of Release: NLD
  • Year Of Release: 1995
  • Notes: …Infinite Sadness

Siamese Dream (1993) : le summum de la discographie des Smashing Pumpkins

À une époque où la plupart des grandes stars du rock étaient ambivalentes ou torturées par la célébrité et le succès, Billy Corgan est devenu une sorte d’archi-méchant pour avoir été un maniaque du contrôle carriériste. Il a été critiqué partout, dans les chansons de Pavement comme dans les colonnes des magazines musicaux.

Il est cependant difficile de contester l’ambition pure et les influences du rock classique, surtout lorsqu’elles aboutissent à un album aussi délirant, agréable et durable que Siamese Dream. Corgan et le producteur Vig ont superposé des dizaines de prises de guitares pour construire les cathédrales de bruits d’amplis de chansons comme « Soma » et « Cherub Rock ».

Alan Moulder, qui avait conçu Loveless de My Bloody Valentine, a été chargé de mixer Siamese Dream et d’apporter un peu de cette magie shoegaze à un album qui s’est rapidement avéré être une percée multi-platine. L’écriture de Corgan, de plus en plus personnelle, a gagné en résonance et en universalité, en transformant les traumatismes de l’enfance en « Disarm » et les pensées suicidaires en « Today ». LE meilleur album des Smashing Pumpkins