Les 20 meilleures chansons des Smashing Pumpkins

Découvrez notre liste des meilleures chansons des Smashing Pumpkins

Découvrons maintenant ensemble notre top 20 des meilleures chansons des Smashing Pumpkins. Lorsqu’il s’agit de classer leurs plus grands titres, il est impossible de ne pas être immédiatement attiré par cette longue période des années 1990 où ils ont fait le lien entre les phénomènes grunge, gothique et rock industriel (en y ajoutant d’innombrables fioritures ésotériques qui leur sont propres) pour se forger une réputation de groupe parmi les plus grands et les meilleurs de la planète.

Mellon Collie & The Infinite Sadness (2 CD)
  • Record Label: Virgin
  • Catalog#: 9785532
  • Country Of Release: NLD
  • Year Of Release: 2012
  • Notes: .. Infinite Sadness

Le leader Billy Corgan a toujours été le génie tourmenté au cœur de l’ensemble, exploitant ses traumatismes passés et sa mentalité d’outsider avec un effet fascinant, mais l’axe original composé du bassiste D’arcy Wretzky, du guitariste James Iha et du batteur Jimmy Chamberlin mérite d’être salué comme l’un des groupes de rock alternatif les plus emblématiques de leur génération, capable de canaliser sans effort l’électricité souvent sous-estimée de leur musique.

Leur implication dans de nombreux morceaux est particulièrement révélatrice, tandis que le récent retour de James et Jimmy est inextricablement lié au regain de forme de ces dernières années.

Notre top 20 des meilleures chansons des Smashing Pumpkins

20 – To Sheila (Adore, 1998)

Trois ans après le succès retentissant du troisième album Mellon Collie And The Infinite Sadness – un disque que Billy Corgan a comparé à The Wall de Pink Floyd pour la génération X – les Smashing Pumpkins ont été confrontés à la tâche presque insurmontable de passer à autre chose. Jimmy Chamberlin ayant (temporairement) quitté le groupe, ils ont décidé de délaisser les riches tons sépia de l’album précédent pour la synth-pop gothique et monochrome d’Adore.

L’ouverture de l’album, To Sheila, nous a permis d’entrer dans le vif du sujet, avec quatre minutes et demie de guitares douces et désaccordées et les paroles de plus en plus contemplatives de Billy :  » Strong as I feel / It meant the world to hold a bruising faith / You make me real / But now it’s just a matter of grace…  » (Fort comme je me sens / Cela signifiait le monde de tenir une foi meurtrie / Tu me rends réel / Mais maintenant, c’est juste une question de grâce).

19 – Stand Inside Your Love (Machina/The Machines Of God, 2000)

Après la contre-performance critique et commerciale d’Adore, l’album cinq marque une nouvelle réinvention. Cette fois, Billy a imaginé un album conceptuel complexe qui jouait sur les personnalités publiques exagérées du groupe, avec l’histoire d’une rock star (nommée Zero – plus de détails ci-dessous) qui entend la voix de Dieu, se rebaptise Glass et appelle son groupe The Machines Of God (les machines de Dieu).

Le premier single international Stand Inside Your Love, cependant, était le son des Smashing Pumpkins à l’état pur : une chanson d’amour alternative qui voyait Billy confesser : « Je te dis à quel point j’ai besoin et saigne pour / Tes moindres mouvements et tes moindres sons… » Il reconnaîtra par la suite que c’est la seule « vraie » chanson d’amour qu’il ait jamais écrite et une sorte d’hommage à sa petite amie de l’époque, Yelena Yemchuk. En bonne place dans notre classement des meilleures chansons des Smashing Pumpkins.

18 – Jellybelly (Mellon Collie And The Infinite Sadness, 1995)

Le premier des nombreux titres de Mellon Collie And The Infinite Sadness de notre liste des meilleures chansons des Smashing Pumpkins est presque le plus lourd et le plus acerbe de ce légendaire double album. « Living makes me sick / So sick I wish I’d die / Down in the belly of the beast / I can’t lie ». Mais au-delà de la rage et du dégoût de soi, il y a un côté rédempteur.

Le titre abstrait Jellybelly reste l’un des plus difficiles à interpréter dans le canon des Smashing Pumpkins, mais les dernières lignes de la chanson (« And forever, forever, you’re forever to be / Forever, forever, you’re forever to me… ») suggèrent qu’il s’agit soit d’un terme de ressentiment, soit d’un terme d’amour contrarié.

17 – Starla (face B de I Am One, 1992)

Exposés à des éléments inconnus de l’industrie du disque à ce stade précoce de leur carrière, les Smashing Pumpkins ont réalisé qu’ils avaient besoin d’une face B inédite pour accompagner le deuxième single de Gish, I Am One, afin que les fans qui avaient déjà acheté l’album se procurent également le single. À l’époque, Starla n’était qu’un concept à moitié écrit qu’ils allaient compléter au cours d’une session d’une nuit entière, se terminant juste au lever du soleil.

Dans les années qui ont suivi, ce titre est devenu l’un des préférés des fans. Avec un peu plus de 11 minutes, c’est la première véritable épopée de Billy et une classe de maître cathartique qui s’étend de son premier acte méditatif à une outro instrumentale tentaculaire, construite vague après vague de solos audacieux.

16 – Siva (Gish, 1991)

On remonte notre top 20 des meilleures chansons des Smashing Pumpkins. Billy avait étiqueté des dizaines de cassettes avec le nom Siva avant même d’avoir écrit la chanson. Fasciné par les concepts tantriques masculins/féminins opposés de Shiva et Shakti, il y avait à l’origine un « H », mais il a été supprimé pour éviter toute association avec la divinité hindoue du même nom.

L’article fini deviendra le premier single de leur premier album, Gish, et un enregistrement clé lors de la session de la BBC avec John Peel la même année. Plus grinçant et plus direct que la plupart de leurs travaux ultérieurs, il se caractérise par le duel de guitares entre Billy et James Iha et par des paroles toujours aussi pressantes : « All this pain smothers me / Like a bomb that you can’t see / Tell me, tell me what you’re after / I just want to get there faster… »

La décision des Pumpkins de se séparer le 2 décembre 2000 a brisé le cœur de nombreux fans, mais leur « réunion » de 2006 avec seulement Billy et Jimmy du quatuor de l’époque classique a laissé beaucoup à désirer. Quoi qu’il en soit, le premier single de l’album Zeitgeist, sorti en 2007, tient la route de manière impressionnante, 14 ans plus tard.

Tarantula a été intitulé en l’honneur des légendes du rock allemand Scorpions – avec qui Billy avait récemment collaboré sur The Cross – mais son rock garage teinté de psychédélisme est typiquement Smashing Pumpkins, avec des paroles qui font allusion à l’agitation du retour du groupe :  » Can’t stand the blazing sun ? / Can’t stand the morning rain ? ». L’un des meilleurs titres des Smashing Pumpkins.

14 – Muzzle (Mellon Collie And The Infinite Sadness, 1995)

Le douzième titre de Dawn Til Dusk – le premier disque de Mellon Collie And The Infinite Sadness – offre une fenêtre fascinante sur l’âme de Billy Corgan, expliquant ses motivations en tant qu’auteur-compositeur et chef de groupe pour ne jamais s’abaisser à la banalité du quotidien.

Sous l’impulsion des percussions de Jimmy et d’une six cordes spectaculairement criarde, de larges touches de tendre romance et d’indomptable bravade s’infiltrent au fur et à mesure que la chanson progresse, chaque élément se combinant en un cocktail enivrant qui a fait de ce groupe un groupe si singulièrement génial. L’une des chansons les plus connues des Smashing Pumpkins.

13 – Thirty-Three (Mellon Collie And The Infinite Sadness, 1995), l’une des meilleures chansons des Smashing Pumpkins

En parlant de leur attrait singulier, est-ce qu’un autre groupe de rock au milieu des années 90 aurait pu prendre une ballade aussi fragile et hésitante que Thirty-Three et en faire un single du Top 40 américain ? D’un point de vue stylistique, il y a des échos de l’incroyable Disarm de 1993, lorsque Billy déclare : « Tomorrow’s just an excuse away / So I pull my collar up and face the cold, on my own », mais la nature rêveuse et contemplative du troisième morceau de Twilight To Starlight (le deuxième disque de Mellon Collie) était emblématique de l’attrait unique des Smashing Pumpkins.

Le remarquable clip de Yelena Yemchuk, la petite amie de Billy mentionnée plus haut, a également joué un rôle important, offrant un montage scintillant de moments intimes qui s’accordent de manière déchirante avec la composition au piano du frontman. Une place bien méritée dans notre classement des meilleures chansons des Smashing Pumpkins.

12 – Geek U.S.A. (Siamese Dream, 1993)

La pièce maîtresse de cinq minutes de l’album Siamese Dream de 1993 a souvent été considérée comme la vitrine suprême des talents de percussionniste illimités de Jimmy Chamberlin, même le légendaire producteur Butch Vig l’ayant qualifiée de « l’une des performances de batterie les plus incroyables qu’il ait jamais entendues ».

Le dynamisme avec lequel le morceau passe de rythmes martelés à des remplissages jazz aériens garantit que cette réputation est bien méritée, mais il ne faut pas oublier les couches de guitare maniaque et le lyrisme dextre structuré par-dessus, y compris un solo déchirant pour les âges. La reprise audacieuse des prog-métalleux de Caroline du Nord Between The Buried And Me sur l’album The Anatomy Of de 2006 est une confirmation éclatante de l’influence considérable de Geek U.S.A. sur la musique lourde.

11 – Thru The Eyes Of Ruby (Mellon Collie And The Infinite Sadness, 1995)

Le contraste entre l’épopée festive de la première partie, Porcelina Of The Vast Oceans, et son pendant beaucoup plus sombre de la deuxième partie, Thru The Eyes Of Ruby, constitue peut-être la meilleure utilisation de la structure expansive du double album de Mellon Collie. Alors que le premier se déploie avec la lumière montante et l’espoir de l’aube, le second ressemble à une bande-son pour les ombres qui s’allongent et les doutes qui s’amplifient au crépuscule.

Il y a une romance subtile et sombre au cœur de la chanson qui change de forme, nous défiant d’être séduits par toute cette mélancolie et ce mélodrame entre ses extrémités faussement aériennes. L’un des meilleurs titres des Smashing Pumpkins.