Les meilleurs albums de Deftones

Découvrez notre liste des meilleurs albums de Deftones

Découvrez notre classement des meilleurs albums de Deftones. Les Deftones de Sacramento (Californie) ont eu l’une des carrières les plus variées et expérimentales de tous les groupes de musique moderne. Depuis leurs débuts au sein du mouvement nu-metal naissant jusqu’au post-metal ambiant d’aujourd’hui. C’est un véritable parcours du combattant. Nous vous présentons ici leur catalogue dans l’ordre.

Promo
White Pony
  • Ships in Certified Frustration Free Packaging
Adrenaline
  • Record Label: Warner Bros
  • Catalog#: 9362495781
  • Country Of Release: NLD
  • Year Of Release: 2011

Découvrez nos autres articles :

Les meilleurs groupes de metal

Les meilleures chansons de Deftones

Notre liste des meilleures albums de Deftones

9 – Koi No Yokan (2012)

Après le succès critique de Diamond Eyes en 2010, cet album est moins instantané et contient moins de moments d’excitation pour les fans de musique heavy. Entombed est aussi beau que tout ce que le groupe a jamais fait, et tout album qui commence par le monstrueux Swerve City ne peut pas être si mauvais.

8 – Saturday Night Wrist (2006)

Il semble que le monde soit enfin en train de rattraper Saturday Night Wrist. Réalisé par un groupe frustré et en proie aux querelles, et mal aimé par une grande partie de ses fans, le principal point de discussion pour beaucoup est qu’il s’agit du dernier album du bassiste originel Chi Cheng avant son accident de voiture fatal.

Mais en l’écoutant aujourd’hui, il y a beaucoup d’excellents moments sur Saturday Night Wrist, la plupart étant épiques, douloureusement mélodiques et brillamment inquiétants. Écoutez Beware ou Xerces et réévaluez la situation.

7 – Gore

On remonte notre classement des meilleurs albums de Deftones avec Gore. De nombreuses expériences réalisées sur Saturday Night Wrist ont été reprises dix ans plus tard sur l’album Gore, qui a suscité la controverse.

Il ne fait aucun doute que le groupe est plus habile et capable d’atteindre ces éléments ici, bien que la réaction de certaines personnes suggère que Gore pourrait être un autre slow burner.

6 – Ohms (2020)

Il y a eu des murmures de mécontentement de la part des fans qui trouvaient que Gore sacrifiait trop de choses en termes de lourdeur. Leur dernier album corrige le tir en faisant un tour complet du passé. Ohms pique comme un papillon et flotte comme une abeille, passant de la béatitude à l’agitation, souvent dans l’espace d’une même chanson.

Il n’indique pas de nouvelles directions au groupe et ne s’appuie pas sur de nouvelles influences, mais Deftones a prouvé il y a longtemps qu’ils étaient des leaders dans un domaine unique.

5 – Deftones (2003)

La tâche de suivre l’énorme succès de White Pony étant impossible, il est évident que l’opus éponyme de Deftones est régulièrement négligé. Mais ne croyez pas une seconde qu’il s’agisse d’un échec artistique.

La lourdeur est de retour, peut-être plus que jamais, sur le premier album Hexagram et le totalement brutal When Girls Telephone Boys, mais le nouvel amour pour l’exploration de nouveaux espaces musicaux et de nouvelles textures est omniprésent sur Minerva. Un classique perdu.

4 – Diamond Eyes (2010) – l’un des meilleurs albums de Deftones

Considéré par beaucoup comme l’album qui a remis le groupe sur une trajectoire ascendante après le traumatisme de Saturday Night Wrist. Diamond Eyes sonne étrangement comme un retour aux sources lorsqu’on le compare à la plupart de leur dernière période, mais comment peut-on contester la qualité de chansons comme Rocket Skates ou Cmnd/Ctrl ? C’est un album qui rappelle l’excitation des deux premiers albums du groupe, réalisé par un groupe plus âgé et plus sage.

Et le podium est…

3 – Adrenaline (1995)

L’un des grands débuts des années 90. Le nu-metal n’existait pas jusqu’à ce que Korn et Deftones arrivent sur la scène et changent tout. Bien que les deux groupes soient responsables de l’évolution de l’esthétique du metal, Korn ne s’occupait que de nihilisme, de douleur et de brutalité.

Tandis que Deftones, sur Adrenaline, mettait en avant des influences allant du gangster rap au skate punk. Des chansons comme Bored et 7 Words sont devenues des hymnes à l’aliénation de la jeunesse pour un tout nouveau groupe de jeunes, qui s’ennuyaient du grunge et voulaient leur propre son. Ils l’ont rapidement obtenu. Bienvenue sur le podium des meilleurs albums de Deftones.

2 – Around the Fur (1997) – l’un des meilleurs albums de Deftones.

L’album qui a fait de Deftones le groupe le plus en vue de la planète (en tout cas au Royaume-Uni), Around The Fur est plus réfléchi et plus profond qu’Adrenaline. Mais il reste aussi lourd que n’importe quel groupe de métal, comme on peut l’entendre sur le breakneck lotion ou en entendant Chino Moreno échanger des lignes de chant avec Max Cavalera sur Headup.

Mais surtout, Around The Fur contient au moins deux des chansons les plus hymniques de l’époque, « Be Quiet And Drive (Far Away) » et l’impressionnante « My Own Summer (Shove It) », qui sont encore aujourd’hui des incontournables de leur set live.

1 – White Pony (2000)

Comment ne pas placer White Pony en tête de notre liste des plus grands albums de Deftones ? L’une des déclarations les plus difficiles et les plus définitives de la musique moderne. White Pony a fait de Deftones l’un des meilleurs groupes d’une scène rapidement sursaturée et un genre à part entière.

Le nouveau membre Frank Delgado a apporté une toute nouvelle série de touches sonores subtiles au groupe, Moreno captive tout au long de l’album avec une performance vocale envoûtante, le batteur Abe Cunningham maintient un tatouage rythmique irrésistible de la première à la dernière seconde et même le guitariste Stephen Carpenter, le seul membre ouvertement incertain de la tentative du groupe de s’affranchir des chaînes du métal, réussit à insérer suffisamment de riffs époustouflants dans l’album.

La chose la plus proche que le metal ait jamais eu d’un album comme Ok Computer de Radiohead, et la raison la plus convaincante pour laquelle Deftones existe dans une bulle qu’ils ont eux-mêmes créée.